12/10/2011

[Album] Mr Roux : "Ah Si J'étais Grand et Beau..."

Artiste : Mr Roux
Album : Ah Si J'étais Grand et Beau...
Premier Album
Sortie : 2005
Genres : Chanson Française, Blues, Rock
Labels : Autoproduction, Atmosphériques, Mercury
Morceaux à écouter : Ah Si j'étais Grand et Beau, L' Homme Ordinaire, Le Clodo
♥♥♥♥
> Ecouter Mr Roux sur Youtube <

Alors que Raphael et Bénabar sortaient des albums comme "Caravane" et "Reprise des Négociations" en 2005, inondant les ondes radiophoniques françaises, en Bretagne, Mr Roux enregistrait son premier album et l'éditait au nombre modique de neuf mille exemplaires. Ce petit groupe breton composé de quatre compères aux pseudonymes amusants, dont Erwan Roux (Mr Roux) au micro, écumait alors les cafés concerts de la ville de Rennes, leur fief. Ce premier album passera donc (presque) inaperçu mais se vendra bien en Bretagne. Le groupe signera ensuite chez Atmosphériques puis chez Mercury, ce qui permettra une nouvelle distribution de l'album en 2007, mais dans tout le pays cette fois. Comme attendu, le succès est plus grand et le groupe commence à se faire connaître.

On peut écouter Mr Roux comme on écouterait de la chanson française tout ce qu'il y a de plus banal mais les textes sont moins anodins qu'on pourrait le penser. Derrière de petites histoires que chacun comprendra aisément ("Le Clodo", "Les Papiers Sâcrés") se cachent en réalité des portraits satiriques d'une société qui ne se porte pas le mieux du monde. De façon détournée voire carrément implicite, on retrouve de véritables critiques de (pratiquement) toutes les couches sociales ("L'Homme Ordinaire", "Petit Rasta") mais surtout de la façon dont celles-ci sont enclavées dans le système actuel ("Norredine").

Mieux que de se faire le porte-étendard d'un front orienté pleine gauche, Mr Roux reste objectif (autant qu'il le peut) et ne s'aventure guère dans la prise de parti. Les textes sont là pour faire sourire, décrire et mettre en avant les petites choses qui font ce que nous sommes et que nous ne voyons pas pour autant. Sans sortir du politiquement correct (surtout en ce qui concerne le vocabulaire), la poésie nous emmène pourtant bien loin de petites fables anodines et sans gravité ("Le Clodo", "Ma Mère La Pute"). On pourra tout de même noter une façon de "pousser le bouchon un peu plus loin" avec le clip de "Petite Pouff" où les images sont plus "violentes" que les mots.

Musicalement, très peu de percussions (maracas, tambourins, ou encore claquements de doigts) sauf sur quelques morceaux. En effet, la guitare et la contrebasse assurent les rythmiques aussi bien qu'une caisse claire ou une grosse caisse. Un banjo, un harmonica, un xylophone, un ukulélé ou encore un orgue de barbarie viennent s'inviter aux autres instruments plus communs pour colorer le tout. On est entre du Blues, du Rock et de la chanson bien française à la Brassens et c'est franchement bon à écouter.

Une petite promenade parmi les différents portraits qu'on croise tous les jours dans la rue, du clochard assis dans la rue à l'homme d'affaire en costume trois pièces, pour chantonner (le site officiel du groupe offre tous les textes des chansons et bien davantage), sourire et parfois réfléchir. Un album sympa, simple et pourtant intelligent, bourré d'auto-dérision (à la bretonne ?) qui se moque bien du "qu'en dira-t-on". Et si on se demande pourquoi cet album est ce qu'il est, la réponse est à la fin du premier morceau : "pour impressionner les filles". Pas certain que ça marche, mais en tout cas, ça reste cool à écouter et on ne va pas s'en plaindre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire