05/10/2011

[Album] Au4 : "On: Audio"

Artiste : Au4
Album : On: Audio
Premier Album
Sortie : 2006
Genres : Post Rock, Rock Atmosphérique, Ambient,  Electro, Progressif, Trip-Hop, New Wave
Label : Torn Open Records
Morceaux à écouter :  Hit And Miss, Paper Cuts From Paper Butterflies, One Thousand Rivers Flowing Further and Further Away
♥♥♥♥♥
> Ecouter l'album sur Youtube <

Que peut-on bien trouver derrière une pochette pareille ? Il est vrai que pour une fois, il y aurait de quoi discourir devant un tel visuel : sombre, étrange, mettant en scène arbre tordu, enfant (zombie ? squelette ?), chien et fruit étrange le tout sur fond de ciel nuageux alimenté de fumées de centrales nucléaires... Tout droit sortis d'un conte lugubre, cette illustration est à l'image de la musique gravée sur la galette à l'intérieur du boîtier : intemporelle et mystique. Au4 est un quatuor canadien formé en 2003 et composé des trois frères Wylie (Ben, Aaron et Nathan) et de leur ami Jason Nickel. Ayant suivi une formation de musiciens Jazz, de choristes et d'acteurs de théâtre, les quatre artistes décident de former le groupe suite à l'écoute de compositions Electro produites par Ben et Aaron.

Ce premier album est une sorte de pot pourri où se mêlent les talents des quatre compères. Une véritable oeuvre créative qui apparaît comme (presque) inimitable : une basse, une batterie et une guitare entourées de machines, synthés et claviers déversant un flot de mélodies si personnelles et subjectives, le tout pour un voyage intersidéral.

Car c'est véritablement une musique originale que le groupe nous sert. Spatiale, poétique, sombre parfois mais parsemée de points lumineux (une écoute au casque permet d'apprécier toutes les nuances et sons arrangés qui agrémentent l'ensemble), elle fait véritablement l'âme et la personnalité du groupe. Les voix aussi sont mises à l'honneur : murmurées ou chantées à gorges déployées, tantôt soufflées, souvent haut perchées. On pourrait croire entendre une musique venue d'une autre décennie, d'un autre siècle, voire même d'ailleurs, tout simplement.

Il n'y a pas vraiment de comparaison à faire entre les morceaux : chacun d'entre eux est particulier et vaut autant le détour que les autres. L'idée même de vouloir comparer cet album à un autre n'aurait pas de sens. C'est une oeuvre à part qui s'écoute et se réécoute comme quelque chose d'indémodable. Du grand art qui doit être apprécié à sa juste valeur. Après, on peut ne pas aimer : chacun ses goûts comme on dit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire