03/10/2011

[Album] Comeback Kid : "Turn It Around"

Artiste : Comeback Kid
Album : Turn It Around
Premier Album
Sortie : 2003
Genre(s) : Hardcore, Hardcore Mélodique, Punk
Label : Facedown
Morceaux à écouter : Die Tonight, Something Less, Never Fade
♥♥♥♥
>Ecouter l'album sur Grooveshark<

Le Canada est une grande contrée qui recèle de grands groupes internationaux aux styles divers et variés. Aux côtés des célèbres Sum 41 ou autre Nickelback, il y a les mecs de Comeback Kid et leur Hardcore Mélodique bien New School. Le groupe se forme en 2002 suite à la rencontre entre Scott Wade (chant) et Andrew Neufeld qui passera de chanteur du groupe Figure Four à guitariste pour le combo Comeback Kid. "Turn It Around" sort un an plus tard et assoie la réputation (déjà solide) des canadiens sur la scène Hardcore internationale.

Un premier album qui ne commet pratiquement aucune erreur. En effet, la puissance est là, la musicalité est bien mise en avant et les mélodies sont pêchues et accrocheuses. Pas de morceaux d'intro, on rentre directement dans le vif du sujet avec un "All In A Year" énergique et puissant où les nombreux textes repris en choeur affirment l'esprit Hardcore. Comme beaucoup d'albums du genre, il ne faut pas s'attendre à une longue tracklist, ni à des morceaux s'éternisant. Pourtant, on se satisfait assez bien de la trentaine de minutes offerte par les treize morceaux de cette galette, la plupart oscillant autour des deux minutes. On notera deux très courts morceaux jubilatoires : "Biting Tongue" et "Whithout A Word". Puis "Lorelei" (excellent morceau) s'étale sur plus de cinq minutes en fermeture de l'album.

La voix de Wade est criarde mais claire, audible et compréhensible, et convient donc parfaitement. Andrew Neufield en seconde voix pousse la "chansonnette" par moment (notamment sur "All In A Year" et "Step Ahead"), ce qui permet ce petit échange entre les deux timbres vocaux. Les deux guitares se complètent parfaitement ("Operative Word"), la basse sonne joliment mais elle passe pratiquement inaperçue (on regrettera de ne pas l'entendre seule assez souvent) et la batterie n'est pas avare en fioritures bien pensées (y compris à la double pédale). Bref, que ce soit musicalement ou vocalement, il n'y a pas grand chose à dire : c'est du beau travail. Peut-être le tout manque-t-il de profondeur dans le mixage/mastering mais en Hardcore, on n'est pas vraiment là pour ça. C'est propre et ça suffit largement. C'est donc un très bon premier album que nous avons là.

L'ensemble fonctionne très bien, avec un brin de fraîcheur (canadienne ?) dans le tout pour offrir une galette riche qui présente tout le potentiel du groupe pour la suite des évènements. Les amateurs de Hardcore aimeront (ou aiment probablement déjà). Les autres écouteront par curiosité ou passeront tout simplement leur chemin.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire