29/07/2016

[Vidéo] Crossfaith : "Rx Overdrive"

Crossfaith est de retour avec une nouvelle vidéo et comme d'habitude, ça envoie la purée (même si le refrain est un peu facile...). Et si les japonais ne révolutionnent pas le Métalcore ici, on notera le fait que ce morceau soit beaucoup moins gorgé d'Electro que ce que le groupe a pu produire ces dernières années. De plus, ce "Rx Overdrive" profite d'un clip très bien réalisé et à la post-production de gros calibre qui en plein les yeux.

Moins d'un an après la sortie de son quatrième album Xeno, Crossfaith annonce le début d'une nouvelle ère pour sa musique avec ce nouveau morceau et on peut dire que le groupe est plutôt productif puisqu'il a été en tournée une grande partie de cette première moitié d'année 2016.


Blood in my veins is running faster
Will it take me high again ?
My eyes are tracking harder
Will my sanity remain ?
Pull me out from myself
No other way
Primal fears in my head
No turning back today

I can see what you can't see
I can be what you can't be
This is injection overdrive

It's striking back / blood in my veins
I feel it taking me taking, me through the haze
It's striking back / blood in my veins
And this will carry me, carry me through the pain
It's striking back

I can not stop the shaking till I black out
I taste adrenaline and ride it out
Pull me out from myself what do I see
The prisoner in my head is staring back at me

No longer empty, Feel it striking back
Gave me a lifetime fix I won't go back
I feel it taking me through the haze (Haze !)
And this will carry me through the pain (Pain !)
Pain.

28/07/2016

[Vidéo] F.O.E.S. : "The Everest"

Basick Records ne signe pas que des trucs de Métal bien bourrin et techniquement fous. Et F.O.E.S. (pour Fall Of Every Sparrow) en est la preuve. Le groupe britannique, qui a déjà sorti deux EPs répondant au nom de Ophir et Antecedence, prépare un premier album qui sortira le 7 octobre 2016 et répondra au nom de The Summit Lies Skyward.

Même si "The Everest" est bien plus calme que la plupart des autres titres sortis par le groupe (voir la vidéo pour "Beautiful Fiction"), on y retrouve des éléments propres au Rock Progressif, éthéré et cinématographique du quatuor. Un titre à la lente montée en puissance pour une final où le traitement des guitares n'est pas sans rappeler le son de groupes comme Uneven Structure.

On pourrait même aller jusqu'à dire que c'est un peu comme si Arcane Roots s'était mis à faire un truc plus progressif, entre Métal et Rock Atmosphérique (voir aussi du côté de Good Tiger pour un truc du même acabit). La morale là-dedans, c'est que les anglais nous la mettent une fois de plus bien profond niveau musique ! Et qui sait, les quatre barbus ont peut-être créé un nouveau genre musical : le beardcore ?

27/07/2016

[Vidéo] Korn : "Rotting In Vain" (Paroles / Lyrics)

Korn n'a rien perdu de ce qui faisait sa force il y a vingt ans et le groupe américain le prouve avec ce "Rotting In Vain" où se logent quelques passages de scat de la part de Jonathan Davis. Après une très bonne prestation au Hellfest en cette année 2016, les américains semblent confirmer qu'ils sont en forme.

Ce morceau - dont les textes pourraient tenir sur un post-it - semble représenter à lui seul ce qui contiendra l'album The Serenity Of Suffering (le douzième album du groupe, tout de même !) prévu pour le 21 octobre 2016.

Avec un titre pareil, on peut supposer que les thèmes chers à Korn tels que la souffrance personnelle, la tristesse, la colère et tout ce genre de trucs pour adolescents torturés seront de la partie.

I wouldn't be angry if you just fucking cried
Your tears would arouse me, refreshing my supply
The suffering is fading, I scream into the sky
Repulsion invades me, I say goodbye

Digging deep inside of me
Getting past this agony
I can't seem to get away
Another day rotting in vain

I wouldn't be angry if things would stay the same
You're fighting the torment that helps me feed my pain
The suffering is fading, I scream into the sky
Repulsion invades me, I say goodbye

I can't take this
[scatting]
I can't fuck this
[scatting]
I can't fake this

26/07/2016

[Vidéo] Wasaru : "Blurred Foam" feat. B.Written, Slawth, 211 Joe & Cory Bugz (Paroles / Lyrics)

La question se doit d'être posée : faut-il vraiment toujours de belles filles, jeunes et dénudées, et des grosses voitures pour faire la réussite d'un clip de Rap ou Hip-Hop ? Wasaru a décidé de faire l'inverse et met les anciens, retraités, seniors et personnages âgées à l'honneur dans son dernier clip pour "Blurred Foam", premier morceau (si on ne compte pas l'intro) sur la tracklist de son album Sadtimes sorti au mois de mars 2016.

L'album Sadtimes est d'ailleurs en téléchargement libre via BandCamp. Si vous n'avez pas encore jeté un oeil aux autres vidéos de cet album, allez regarder les clips pour "Sociophobe Within" et "All Across The Sun". Sur "Blurred Foam", ce sont pas moins de quatre MCs qui sont mis à contribution avec B.Written, Slawth, 211 Joe et Cory Bugz.


[Bwritten] 
I bet you never thought of this 
Bwritten got the mothafuckin’ “IT” factor 
You can find me balling out like the Raptor 
Or working down at Best Buy making HSAC backwards 
And no shame where I work at cause in a year 
when these student loans appear I'll reverse that 
Now while ya home saying luck 
I’m out here for a ride yea tailgating trucks 
When I’m aiming for the bucks I ain’t waiting for a creature 
But still won’t make a sound like the class 
when they first meet the teacher 
Straight silent scrap I make quiet facts 
If they live watch me hyphen that Its eastside. 

[Slawth] 
Beer belly Get the cheddar 
Never bills stacked high 
Lurking through the void ill-advised 
Hills have eyes Chef Slawth from the top 
Let me show'em how the cream's made 
Hit the sack early Till they're chirpin' for my dreams sake 
I arrived in my sun-soaked gillie 
Suited for the winter My dinner is rap-beef chili 
Will they learn? 
Or continue to feed the bottomless pit of dead rappers 
And fading back to anonymous? 
Kids assemble to be heard from the cheap seats 
East bound, bring your feelings in a bucket to be kicked 
Riverside, until every single leech feeds 
And your soul will be freed to be hunted in the mist 
Here it is. 

[211Joe] 
I've been called in for duty, ain't playing games no call of duty 
I'm the shit you can call it doody. You smell me? 
But hold up, let me switch it up you can say 
I'm sick as fuck when 
I'm spitting up tap out go ahead and give it up 
This is chess not checkers 
I'm calling check mate call and check on my mate 
our date at checkers at eight. Wai 
Off topic you should know I'm the top pic bald headed eagle 
soaring way above the ostrich. 
Headed to the top me and wifey in the cockpit drop it 
all that negativity stop it Or else your liable to be a hostage 
so let it go this ain't a threat 
I'm just letting know, It's 211joe. 

[Cory Bugz] 
Left the hood, now I'm coming off deadly, 
Collected myself and my soul is never ending, 
So now I rock this game like a pendant on my necklace 
but gold chains ain't up on my check-list 
Scripting my life, a steady wordsmith 
I've been told many times this craft is worthless 
Many times I left class 
Inserted emotions into my lines, inside of these rhymes 
I find coping, I know this, yeah it takes some work 
Stop telling me what I'm doing 
Yeah, I am my own person, coming up with a movement 
You could see I'm not perfect 
Steady making improvements, I am my endorsements.

20/07/2016

[Vidéo] Breaking Benjamin : "Ashes Of Eden" (Paroles / Lyrics)

La vie sur Terre serait-elle apparue suite à la chute de restes de reptiliens qui auraient été carbonisés en pénétrant dans l'atmosphère ? C'est sûr, ça sonne comme un mauvais scénario de SF. Ou à un complot reptilien illuminati ou toute autre "foutrerie" du même niveau. C'est en tout cas une théorie que Breaking Benjamin met joliment en images et propose avec le clip de "Ashes Of Eden" extrait de l'album Dark Before Dawn paru en 2015.

Voilà un titre plutôt mou du genou pour un groupe estampillé "Métal Alternatif" mais il faut reconnaître à Breaking Benjamin le fait d'avoir toujours proposé des trucs plus doux - ou même carrément sucrés - dans ses albums. Et pour les natifs anglophones, ce titre apparaît comme l'un des meilleurs de ce dernier album, voire même peut-être l'un des meilleurs de tous ceux écrits par le groupe depuis le début de sa carrière... Rien que ça ! Et même si le clip est très bien réalisé, on peut cependant souligner quelques ressemblances troublantes avec l'univers SF développé par Starset (voir les clips pour "My Demons" et "Halo").


Will the faithful be rewarded / When we come to the end
Will I miss the final warning / From the lie that I have lived
Is there anybody calling / I can see the soul within
And I am not worthy / I am not worthy of this
 [Are you with me after all
Why can't I hear you
Are you with me through it all
Then why can't I feel you
Stay with me, don't let me go
Because there's nothing left at all
Stay with me, don't let me go
Until the Ashes of Eden fall]

Will the darkness fall upon me / When the air is growing thin
Will the light begin to pull me / To its everlasting will
I can hear the voices haunting / There is nothing left to fear
And I am still calling / I am still calling to you
Don't let go
Why can't I hear you
Stay with me, don't let me go
Because there's nothing left at all
Stay with me, don't let me go
Until the Ashes of Eden fall
Heaven above me, take my hand (Stay with me, don't let me go)
Shine until there's nothing left but you
Heaven above me, take my hand (Stay with me, don't let me go)
Shine until there's nothing left but you

19/07/2016

[Vidéo] Sianvar : "Omniphobia" (Paroles / Lyrics)

On avait parlé de Sianvar à l'occasion d'un premier EP éponyme sorti en 2014 et ça y est : le super-groupe de Sacramento a annoncé son premier album pour le 5 août 2016 (le même jour que pour Guidance de Russian Circles). Ce premier recueil grand format - baptisé Stay Lost - sera disponible via Blue Swan Records.

Et quand les mecs de Sianvar tapent la sess' en studio, c'est pas vraiment pour rigoler, en témoigne cette vidéo pour le titre "Omniphobia".

Un second extrait de l'album est aussi en écoute et répond au nom de "Psychosis Succombing".


Have you ever shared a premonition Have you ever lived inside a dream (Watching me, energy, moving me, stays asleep) Have you ever stayed in one position Terrified by movement on machines [ Moving walls It's a cold belief Frigid halls It's the problem but we believe to see, believe to be the dead Moving walls It's a cold belief Frigid halls It's the problem but we believe to see, believe to live again (What if we could hear them whisper) ] Would they give us answers Would they try to tell us what the rooms say To tell us what the walls say The apparition comes to stay with us in terrible condition Terrible condition Have you ever laid in one position (Any move you make is real) Realized that you forget to breathe (Any move you make is real) Whispers in the wall begin to snarl, begin to talk We are the problem now We are the hollow sounds What's in front of us (on the water) Moving through the walls (all together) What's in front of us (on the water) Moving through the walls (son and father) What's in front of us (on the water) Moving through the walls (all together) What's in front of us (on the water) What if we could hear them all whisper Stuck in the wall, shaking the mirror What if we could hear them all whisper Stuck in the wall, shaking the mirror Have you ever seen yourself asleep Whispers in the wall begin to snarl, begin to talk We are the problem now We are the hollow sounds

18/07/2016

[EP] Koan Sound : "Dynasty"

Artiste : Koan Sound
EP : Dynasty
Sortie : 2014
Genre : Electro, Glitch Hop, Neurohop
Label : Owsla
♥♥♥♥
> Ecouter l'EP sur Youtube <

On en est où ? Cinquième EP pour le duo Koan Sound originaire de Bristol et composé des deux producteurs Will Weeks et Jim Bastow. Et toujours pas d'album au compteur. Après un EP réalisé en collaboration avec Asa l'année précédente, les deux compères ne perdent pas en productivité et enchaînent sur ce Dynasty dont le visuel relativement abstrait reste difficile à relier à ce terme pourtant très évocateur. Et ce n'est pas le premier titre de ce recueil ("7th Dimension") qui nous fera faire le rapprochement : funky à souhait, on y retrouve des sonorités qui ont fait toute la force de la musique de DJs comme chez C2C ou Chinese Man (pour ne citer que des français). Non, Koan Sound ne s'impose rien et n'hésite pas à varier les sonorités, styles et influences au sein d'un même EP, ce Dynasty étant un nouvel exemple des libertés prise par le duo.

L'influence d'Asa. Retour aux origines Glitch Hop avec un "7th Dimension" qui balance, qui charme et illustre au mieux ce que Koan Sound a fait dès ses débuts avec les EPs Max Out et Funk Blaster sortis en 2011. Le duo a évolué mais n'oublie pas ses bases : ces basses, ce groove et ce côté Hip-Hop qui alimente toute sa musique, de près ou de loin. Après l'EP très "contemplatif", aux ambiances pleines de charme et organiques qu'était Sanctuary, on sent qu'Asa a laissé des traces après son passage en studio et sa collaboration avec les deux gars de Koan Sound. "Dynasty", qui donne donc son nom à l'EP que voilà, est en effet marqué au fer rouge de cette influence si particulière, ces sonorités d'extrême Orient et son côté mystique. Le titre aurait d'ailleurs très bien pu figurer sur Sanctuary et donne cette étrange impression de vouloir rappeler que Koan Sound peut à peu près tout assimiler et le ressortir à sa sauce. Comme un petit pied de nez à Asa.

Terrain balisé. Avec seulement quatre titres, Koan Sound ne propose pas là un gros recueil mais une petite palette de nouvelles productions édulcorées et travaillées. On est donc dans un univers musical bien connu si on est habitué au travail antérieur à cet EP. L'ensemble groove avec agilité et efficacité, "Infinite Funk" portant très bien son nom avec une basse sonnant comme slappée avec dextérité. C'est dansant, funky à souhait et festif. Et même si on a l'impression d'avoir déjà entendu ce genre de morceau de la part des deux compères, on ne peut que reconnaître le travail de production dans le fourmillement des sonorités qui habillent (et habitent) ce genre de pièce. Les basses vibrent, prennent aux tripes, ces fameuses sonorités "gastriques" qui sont la marque de fabrique du duo étant ici omniprésentes. Enfin, "Lost In Thought" apporte sa touche jazzy à l'ensemble, avec ses notes de piano et sa voix qui traverse le morceau comme une brise pour, semble-t-il, toucher notre âme. Et ça marche. Un titre introspectif qui rappelle lui aussi qu'Asa est passé par là, le piano figurant sur pas mal de morceaux de l'EP Sanctuary.

Toujours sympa. Un EP qui mélange les genres, les ambiances et les sonorités pour un nouvel étalage des capacités de production des deux britanniques. Avec Dynasty, Koan Sound montre une fois de plus l'étendue de son talent pour s'approprier de nouvelles influences, le tout pour un résultat fascinant, vraiment plaisant à écouter. Aucune réelle ligne directrice ici mais des morceaux agréables à l'oreille qui offrent chacun de potentielles pistes à suivre pour un hypothétique album. Avec Dynasty, Koan Sound apporte une pierre de plus à l'édifice du Neurohop.

13/07/2016

[Vidéo] Fire From The Gods : "Excuse Me" (Paroles / Lyrics)

Il y a des trucs qui sautent aux oreilles, exactement comme la patte de David Bendeth en matière de production musicale. Le bonhomme a marqué d'une empreinte indélébile le son de groupes comme Breaking Benjamin (Phobia, Dear Agony) ou Of Mice & Men (Restoring Force). Plus récemment, il a aussi fait perdre une part d'identité à la musique de We Came As Romans avec l'album éponyme sorti courant 2015. Le résultat est une rapide identification de son travail, notamment sur le son des guitares. Ainsi, écouter "Never Giving Up" de Of Mice & Men, "Regenerate" de We Came As Romans ou ce "Excuse Me" de Fire From The Gods donne l'impression d'écouter sensiblement la même chose et c'est bien dommage ! Bendeth donne cette désagréable impression d'imposer sa signature sonore aux groupes et ceux-ci y perdent clairement en originalité.

Car Fire From The Gods, qui vient de signer chez Rise Records - le label s'étant récemment séparé d'Exotype pour d'obscures raisons commerciales -, a les moyens d'apporter un peu de fraîcheur avec sa musique qui rappelle les premières années de P.O.D. et ce fameux mélange de Rap Métal. On trouve aussi dans la voix de AJ Channer un petit quelque chose de Benji Webbe, chanteur de Skindred. Bref, le groupe originaire du Texas a moyen de faire quelque chose et le premier album qui répondra au nom de Narrative sortira le 26 août 2016. Dans un contexte socio-économique tendu aux Etats-Unis, le combo espère bien apporter un peu de positivité via sa musique et rassembler les foules. Un programme chargé qu'on découvrira dans ce premier album. Il n'y a plus qu'à espérer que Bendeth n'ait pas tout lissé et aseptisé comme il sait si bien le faire...


Look what I’ve found. Come get down. It’s that revolution sound. 
Call it second emancipation, break these chains and let me out.
 It’s not violence I’m on about, but riot boots still hit the ground. 
Lower the gun put down the whip, take a step back hear me out.
 I am fanatic, employ guerilla tactics. Open up this lyrical automatic and put holes in your rhetoric. 
It’s archaic, kind of chaotic, almost barbaric, but yet you stand and you swear by it. 
And I’ve been readily, steadily waiting for a chance to resist. 
The devil is a liar, topple the empire, blood sweat tears and desire. 
I put my heart into this. Never forget I’m a soldier. I will not be conquered. 
I can’t walk this road forever, and I can’t forget the past. My soul is under pressure, and it's killing me. 
It’s destroying me within, my need for emancipation. My soul is under pressure, and it’s killing me.
Life, liberty, pursuit of happiness, equality and justice for all. Now you know you lying.
You on that shotgun philosophy. Celebrate the tragedy. 
Build an effigy high to the heavens to remind me and blind me. Turn the whole world into my enemy. 
Control my destiny and drain all my energy. It’s insane to me. 
Got the whole nation sedated and medicated, a testimony to the violence, yet you still give me that ghetto education, basically priming me to feed me to the prison industry. 
I see all of the cowards, the greed, the need to hold control over me. 
Break these chains, end the power. I’d rather you give back what you stole from me. 
I can’t walk this road forever, and I can’t forget the past. My soul is under pressure, and it's killing me. 
It’s destroying me within, my need for emancipation. My soul is under pressure, and it’s killing me.
Excuse me Mr. officer, come out of my sector, no need to stress, no need for vex.
Yo, excuse me your honor, fuck the drama. No apologies, I save that for my mama. 
Take my name off of the docket. Drop all these charges. All it took was a spark, all it took was a catalyst. 
Martin said it best, I live a life with no violence, so I speak up, no longer silent. I begin to see.
 My third eye is opening. My resolve is strengthening. I yearn to be free.
I can’t walk this road forever, and I can’t forget the past. My soul is under pressure, and it’s killing me. 
It’s destroying me within, my need for emancipation. My soul is under pressure, and it’s killing me.
Excuse me Mr. officer no need for war. Trying to drain my energy, but you can’t keep me down. 
I can’t walk this road forever, and I can’t forget the past. My soul is under pressure, but it won’t kill me.

09/07/2016

[Vidéo] Employed To Serve : "Greyer Than You Remember" (Paroles / Lyrics)

La démence sénile et la solitude des seniors ne sont pas le genre de thèmes qu'on voit souvent abordés dans la musique. Mais si en plus il faut tourner un clip sur le sujet, alors l'exercice devient carrément casse-gueule. Pourtant, c'est bien ce qu'Employed To Serve a décidé de faire et le résultat est tout simplement splendide.

Le groupe britannique - qui rappelle évidemment Code Orange musicalement - a sorti Greyer Than You Remember en 2015 chez Holy Roar Records et a balancé une vidéo pour le titre qui donne son nom à l'album. Aucun membre du groupe à l'écran, pas de musicien tripotant son instrument : juste un vieil homme rongé par les souvenirs et une mémoire défaillante. Quelle est la limite entre le réel et l'imaginaire ? Comment perçoit-on le monde lorsque la raison et la mémoire nous abandonnent ? Employed To Serve tente de répondre à ces questions de la meilleure des façons et offre là un film poignant et d'une tristesse immense sur la fin de vie et l'isolement social extrême que subissent certains de nos seniors. Un clip qui frôle la perfection, surtout dans ce genre musical.


I locked all the doors, just to keep me safe
But my demons are here with me, and they won’t let me rest
I must be a sinner, for this is surely hell?
No one else is here with me
Just ghosts from my past
Let me know if I’m still alive
Let me read between these withered lines
I’ve been here before but don’t remember your name
I forget more of myself each day I still manage to breathe
They always whisper to me, they whisper all day long
Please don’t sigh
I thought I told you before
Can you hear them to?
Am I the only one?
I won’t sigh
Anymore
Now just keep your promise, don’t bother me anymore
I’ll smile through the sadness, as wolves scratch at the door
I stand here alone, amongst these faceless and nameless people
Who shout my name
Been left alone, to expire in this place
But in their eyes, I died years ago
Endless
I am the one, that time forgot
Mercy, she loves me not
I am the one, that time forgot
Misery stole my heart
And it will tear it apart
You became a burden, made me ache
You became a strain
I locked you, locked you away
Let the sun set on this eternal day
I’m unwanted.

07/07/2016

[Vidéo] Casseurs Flowters : "Si C'était Si Facile"

Voilà un clip qui aurait pu être magnifique, mais c'était sans compter sur ces abrutis d'ados et leurs maudits smartphones...

Les Casseurs Flowters ont pris la liberté de balancer des clips sans même faire leur promotion avant leur publication depuis la sortie du film Comment C'est Loin en décembre 2015. L'intelligence des deux compères Orelsan et Gringe leur a permis de mettre de jolies images sur les morceaux phares qui composent la bande originale de ce film : entre le nouvel an d'Orelsan passé avec sa grand-mère pour "J'essaye, J'essaye" ou le très beau clip pour "Le Mal Est Fait", sans parler de ceux pour "Quand Ton Père T'engueule", "A L'heure Où J'me Couche", ou "Inachevés", c'est pratiquement un sans faute qui nous a plongés dans l'univers du film et la vie des deux rappeurs.

Cette fois, c'est en guise de surprise estivale que le duo balance un clip sorti de nulle part pour "Si C'était Si Facile". Un clip qui aurait pu être une totale réussite s'il ne montrait pas le fléau de la grande majorité des concerts de notre siècle : ces gens qui filment la représentation en direct Live d'un artiste et la vivent à travers le prisme de l'écran de leurs téléphones portables. Un fait d'une tristesse sans nom qui est de plus en plus montré du doigt par des spectateurs, des organisateurs d'événements ou les artistes eux-mêmes. Dernièrement, la chanteuse Adele a interrompu l'un de ses concerts pour rappeler à une de ses spectatrices qu'au lieu de la regarder à travers son écran, elle ferait mieux de profiter d'elle en chair et en os. Le comble dans cette histoire, c'est que la vidéo qui relate les faits à elle-même été tournée par un(e) spectateur(trice) dans la foule. Bref.

Plus récemment encore, c'est la marque à la pomme elle-même qui a parlé de plancher sur un système permettant de désactiver les caméras/appareils photos des smartphones pendant les concerts. Une nouvelle portée par des artistes qui en ont un peu marre de voir des téléphones brandis pendant leurs prestations scéniques. Pourtant, comme l'a souligné Alice Muruani dans un article posté sur rue89, certains artistes n'hésitent pas non plus à se filmer ou se prendre en photo eux-mêmes sur scène. Pour certains, il s'agit là du même problème. Pour d'autres, cet acte est davantage légitime et ne pose pas la même problématique. Si toutefois il y en a une.

Mais revenons à ce clip. Orelsan et Gringe entament ce morceau a capella dans les coulisses d'une salle de concert pour ensuite arriver sur scène et descendre au milieu du public pour terminer le morceau. Tout cela aurait pu être fort, puissant et prendre aux tripes sauf que voilà, à peine arrivé sur scène, le duo est mitraillé des flashs des objectifs évidemment activés à cause de la pénombre qui règne dans une salle de concert. Peut-être est-ce une demande explicite de leur part pour rendre la fosse lumineuse et vivante mais il y a quand même quelque chose de très dérangeant là-dedans : pourquoi ce public a-t-il filmé quelque chose qui était déjà filmé à la base ? Pour avoir un souvenir de l'instant ? Le clip lui-même est un souvenir de l'instant. Pour poster une vidéo du tournage du clip ? Est-ce nécessaire à moins de vouloir engranger un nombre risible de vues sur Youtube, surtout quand il y a cinquante - voire davantage - d'autres personnes en train de filmer la même chose ? Ce clip est censé être une galerie pour les Casseurs Flowters, une vidéo artistique pour mettre des images sur un morceau qui ne bougera pas, qui ne changera pas. C'est quand même dommage de le voir gâché par quelques ados greffés à leurs téléphones portables...

Du coup, ce qu'on retient de ce clip, c'est davantage un malaise. Entre celui qui regarde à travers son écran de téléphone tout en filmant et qui tente de faire un check à Gringe en se prenant un gros vent ou d'autres qui prennent des selfies pendant que les artistes sont au milieu de la foule, on se demande s'ils ont tout simplement conscience que tout ce qu'on retiendra d'eux, c'est qu'ils n'étaient pas en train de vivre l'instant présent. Mettons-les dans une fosse lors d'un concert de Punk Hardcore et on verra bien qui osera brandir son téléphone à cinq cents balles sans avoir peur de l'échapper pour qu'il se retrouve piétiné... Cependant, notons quand même que toutes les personnes visibles dans ce clip ne sont pas à blâmer et certains ont quand même compris le concept du clip en jouant le jeu à fond. Bravo à eux.

Enfin, pour conclure, notons tout de même qu'il y a dans ce morceau un sens profond sur tout ce qui passe pour un phénomène de mode et où il y aura toujours une bande de moutons pour suivre le mouvement - même si le thème ici est particulier et parle de se lancer dans le Rap. En cela, lorsque qu'Orelsan arrive sur scène et crie au public "Vas-y fais la pute, donne toi en spectacle", la foule se mettant instantanément à hurler, on se demande s'il n'y a pas un gros côté troll à cette vidéo. Et si, finalement, tout était intelligemment pensé pour faire un clip pointant du doigt tout ce qu'il décrit ?

Dans tous les cas, on est face ici à une sorte de performance, intéressante pour beaucoup de raisons, et entendre des centaines de personnes reprendre un morceau en chœur, ça fait toujours son effet.

06/07/2016

[Vidéo] Bring Me The Horizon : "Avalanche" (Paroles / Lyrics)

Alors que That's The Spirit fêtera son premier anniversaire au mois de septembre 2016, Bring Me The Horizon continue de mettre des images sur les morceaux de ce cinquième album.

Après "Drown", "Throne", "True Friends" et "Follow You", c'est au tour du morceau "Avalanche" de profiter d'un clip, cette fois monté à base de captations Live du groupe. Et après les moyens mis en oeuvre pour la vidéo de "Follow You", on peut accorder aux britanniques ce choix de ne pas avoir réalisé un véritable clip en bonne et due forme cette fois. Le résultat n'est cependant pas dégueu et permet de réaliser la capacité qu'a le groupe à faire bouger les foules lors de ses concerts. Pas mal du tout.


Cut me open and tell me what's inside
Diagnose me cause I can't keep wondering why
And no it's not a phase cause it happens all the time
Start over, check again, now tell me what you find
Cause I'm going out of frequency
Can anyone respond?
[It's like an avalanche
I feel myself go under
Cause the weight of it's like hands around my neck
I never stood a chance
My heart is frozen over
And I feel like I am treading on thin ice]
Am I broken? What's the chance I will survive?
Don't sugarcoat me, cause I feel like suicide
Just give it to me straight cause I'm running out of time
I need an antidote, now what can you prescribe
[Refrain]
And I'm going under
I need a cure for me cause a square doesn't fit the circle
Give me a remedy cause my head wasn't wired for this world
I need a cure for me cause a square doesn't fit the circle
Give me a remedy cause my head wasn't wired for this world
Cause I'm going out of frequency
Can anyone respond ?
Cause I'm going out of frequency
Can anyone respond ?
[Refrain]
And I'm going under
I need a cure for me cause a square doesn't fit the circle
Give me a remedy cause my head wasn't wired for this world
I need a cure for me cause a square doesn't fit the circle
Give me a remedy cause when it hits, well it hits like an avalanche

05/07/2016

[EP] Owl City : "Of June"

Artiste : Owl City
EP : Of June
Sortie : 2007
Genre : Synth Pop
Label : Autoproduction (Sky Harbor)
♥♥(♥)
> Ecouter l'EP sur Youtube <

De qui on parle ? Derrière le pseudonyme Owl City (comprenez la "ville hibou" ou "la ville des hiboux" peut-être, ce qui semblerait plus logique) se cache une seule et même personne : Adam Young. Personnage assez mystérieux et introverti, il est responsable d'un nombre colossal de projets musicaux (éphémères pour certains) et sort ce premier EP sous le nom Owl City à l'âge de vingt-et-un ans. Ayant grandi dans une bourgade des Etats-Unis, il développe un attrait particulier pour la nature et l'océan (qu'il ne verra de ses propres yeux qu'une fois adulte) et pratique le skateboard. C'est à la suite d'une chute qui le contraint à rester chez lui qu'il se met à composer de la musique. Et étrangement, tous ces détails - ces anecdotes de sa vie et goûts personnels - se retrouvent dans sa musique. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'il existe un autre visuel pour ce premier EP où on devine une vue panoramique sur l'océan.

Le vaste monde. Il faut bien replacer les choses dans leur contexte : le mec est fils unique, timide, n'a presque pas d'amis et est potentiellement atteint du syndrome d'Asperger, s'adonne au skate en solitaire et se casse la gueule un jour. Il aime la musique instrumentale et se retrouve cloîtré chez lui, dans l'incapacité de s'adonner à son sport favori. Rêveur et contemplatif, il se met alors à composer de la musique dans le sous-sol de ses parents. Quelque chose de simple qui lui permet de s'évader. Le résultat est empli de naïveté, de légèreté et de douceur mais incroyablement sincère. Des synthés qui rappellent un mélange de bande originale de film pour enfant, de jeux électroniques et de Synth Pop et Synth Wave des années 80 : difficile de mettre une étiquette sur cette musique, ce qui en fait quelque chose de singulier. Mais là où c'est assez surprenant, c'est que pour quelqu'un qui explique préférer la musique instrumentale car elle permet de mieux rêver et se représenter des images qui ne sont pas influencées par des textes, Adam Young écrit et chante sur ses compositions. Une voix étrangement suave et éthérée parfois, qui semble constamment marquée d'un auto-tune qui lui donne un aspect robotique. Comme si Adam Young était un androïde se rêvant une vie dans les grandes villes américaines ou au milieu de la nature et des animaux, dans de grands espaces. Un paradoxe qui pourtant concorde avec son espace vital réduit au sous-sol de sa maison en comparaison de l'immensité du monde qu'il aime s'imaginer.

Voyages et rêveries. Adam Young est donc un rêveur, ce qui vaut à sa musique d'être souvent considérée comme quelques chose de "dreamy", terme anglais résumant très bien ce qui se dégage de ses compositions. C'est planant, perché et pourtant très simple, primaire et vrai. L'expression la plus basique de sentiments comme l'amour et la joie donnant cette impression que tout est beau, tout est bien. Une candeur qui se retrouve dans les textes de ce premier EP où le monde que décrit Adam Young est mignon, coloré, calme et paisible. Les références à la nature sont excessivement nombreuses : il est question de "sea" (la mer), "flowers" (les fleurs), "ocean" (l'océan), "lake" (lac), "beach" (plage), et plein d'autres termes imageant les éléments qui font toute la beauté du monde, surtout pour Young. Bizarrement, la technologie fait aussi partie de ce qui fascine le bonhomme, lui qui se rêve architecte d'un monde où il serait seul à décider de l'agencement des éléments qui le composent dans "Designer Skyline". C'est alors là que le syndrome d'Asperger sauterait presque aux yeux (ou aux oreilles) avec cet amour pour l'ordre et le vocabulaire scientifique : "The options and possibilities are endless when we connect and re-align. Collections of books and documents arise and parade around my cluttered desk, reworking the math and measurements until I'm convinced these plans are picturesque [...]". Enfin, comme si Young ne pouvait pas, malgré lui, voir et visiter tout ce qui le fascine, il se rêve à voyager à travers sa musique où les références géographiques sont elles aussi très nombreuses. Sont cités, entre autres : Tokyo, San Francisco, Los Angeles, le New Jersey, Tampa Bay, Juno (sans doute pour Juno Beach en Floride). L'artiste voyage tellement dans ses textes et ses chansons qu'il ferait facilement le tour du monde en quelques secondes !

Comme un enfant, un enfant surdoué. Adam Young est une sorte de personnage à part dans le monde de la musique. Autodidacte et à la personnalité unique, sa musique l'est tout autant. On sent que l'artiste est différent et exploite cette différence pour proposer une musique en décalage avec ce qu'on a l'habitude de voir partout ailleurs. Malgré un côté naïf et enfantin, elle met en relief toute la complexité mais aussi toute la sincérité de la personnalité d'Adam Young. Le résultat est donc une réelle bouffée d'air frais si on est un minimum réceptif à ce qu'elle exprime et nous laisse percevoir de l'état d'esprit de son compositeur. Alors, certes, les ingrédients musicaux sont loin d'être complexes et l'ensemble reste basique mais il y a un truc qui ne laisse pas indifférent chez Owl City. Et cet EP - qui ne lui apportera pas non plus le succès - n'était que le début d'une aventure pour Adam Young !

Un truc facile et plaisant à écouter. Qui passe très bien comme une berceuse avant de s'endormir et rêver, ou pendant un voyage pour contempler le paysage. Le truc n'a pourtant pas de réel charme au niveau de la composition musicale mais on reste hypnotisé par cette poésie et cette douceur.