31/03/2018

[Vidéo] No Money Kids : "Man Down"

No Money Kids n'en est pas à son premier tour de piste : avec un EP  et un premier album parus respectivement en 2014 et en 2015 (en écoute sur BandCamp), le duo formé par Félix Matschulat (guitare et chant) et JM Pelatan (basse, machines et samples) a su trouver son public et a pondu son second effort Hear The Silence en 2017.

Pour le titre qui ouvre cet album, on retrouve le duo prenant en auto-stop une femme cherchant à faire son deuil d'un parent autrefois habité par la fièvre du voyage. Tourné en noir et blanc et réalisé par Sherkan Films, le clip nous emmène "au bout du monde", en bord de mer. Le reste de l'album Hear The Silence est à découvrir sur BandCamp et d'autres vidéos sont à visionner, notamment via le site officiel de No Money Kids.

29/03/2018

[Vidéo] DeLaurentis : "A Big Part Of A Big Sun" (Paroles / Lyrics)

Depuis son passage dans l'émission The Voice, DeLaurentis a vu son succès grandir de manière significative. L'artiste pluri-disciplinaire a sorti un nouvel EP le 13 avril 2018 intitulé Big Part Of A Big Sun est c'est logiquement pour le morceau du même nom qu'il a été décidé de réaliser un clip.

Réalisée par AB/CD/CD et produit par La Pac, cette vidéo aux images de qualité est tout de même d'une certaine violence en comparaison de la voix douce de DeLaurentis. Big Part Of A Big Sun est le troisième EP de DeLaurentis, Brand New Soul, le précédent, étant sorti en novembre 2016.

Put your soul into The smallest things you do everyday When you think it’s just a dream If no reflection you can see You’re not sleeping in the matrix You’re a big part of a big sun A big part of a big big sun Put your soul into The smallest things you do everyday When your heart’s in many pieces Ask if it is just a dream Put this pain into your voice and Let the music dry your tears You’re not sleeping in the matrix You’re a big part of a big sun You’re a big part of a big, big sun

28/03/2018

[Vidéo] Casablanca Drivers : "Kids + Extra Cheese"

Après avoir assuré une promo d'enfer pour un concert à venir dans le clip de "Our Town", l'heure de l'épreuve du feu est arrivée pour les gaillards de Casablanca Drivers dans cette vidéo pour les deux morceaux "Kids" et "Extra Cheese" extraits de l'EP Menu Best Of paru le 9 février 2018.

C'est tout simplement dans un garage et devant un public sceptique et intrigué que le groupe se produit, les quelques curieux s'étant déplacés finissant rapidement par se détendre et se trémousser sur la musique, comme en transe. La suite est à découvrir dans cette vidéo où on retrouve les fameux costumes blancs et la Lancia Fulvia du clip précédent.

25/03/2018

[Vidéo] Heart Of A Coward : "Collapse" (Paroles / Lyrics)

Cela faisait quelques temps que le groupe britannique Heart Of A Coward se faisait plutôt silencieux. Et pour cause : le groupe a du faire face au départ de son chanteur Jamie Graham en 2017, ce dernier étant réputé pour ses capacités vocales (comme on peut notamment le constater sur "Distance" par-exemple, dont le clip date de 2014).

Bref, Heart Of A Coward présente ici son nouveau frontman en la personne de Kaan Tasan (qu'on peut aussi entendre au chant chez No Consequence, groupe actif depuis 2005). Rappelons que ce n'est pas la première fois qu'Heart Of Coward subit un changement important de line-up, le groupe ayant d'ailleurs vu passer dans ses rangs Ben Marvin au chant et James Timfy à la guitare, les deux compères ayant quitté la formation en 2011 pour former Hacktivist.

Forever betrayed, we stand at the edge, Ourselves are to blame, there’s no turning back. We buy into this madness ; waste every resource and remain mindless. We stand and watch the world decay. Living a lie as we’re wasting away. There’s no measure of control, No concept of what we hold. We’ve bled our future dry, and there’s no one else left to blame. In this mindless paradigm, We can only decline. Our future’s being sold, by the hands of greed. But what is the real cost ? Watch as we all collapse, I tell you that we’ve lost our way, Under the dying sun, Watch as we all collapse. Watch as we all collapse. Sedated masses swallow headlines over and over again. So consumed in the mundane, there’s no way for us to maintain. This vicious cycle is, spinning out of control. We’re left dead behind the eyes and there’s no one else left to blame. Staring at the end, a future obsolete. We’re only living to consume, ourselves. In this mindless paradigm, We can only decline.

23/03/2018

[Vidéo] Snak The Ripper : "I'm Good" (Paroles / Lyrics)

C'est évident que devenir parent, ça vous change un homme ! C'est justement ce qui est arrivé récemment à Snak The Ripper, le rappeur canadien et sa compagne Jaclyn Gee (elle aussi chanteuse) ayant partagé la naissance de leur fils sur les réseaux sociaux.

L'habit ne fait pas le moine, comme on dit, pourtant beaucoup de rappeurs avouent avoir eu une vie plutôt difficile. Malgré tout, Snak The Ripper semble bien vouloir rappeler qu'il est un "homme bien". Maintenant qu'il est devenu père, il veut soigner son image de gros dur "pour son fils" et aussi vouloir assurer "une meilleure vie à sa famille". Une forme de rédemption qui quoiqu'un peu simpliste reste touchante.

When Im sitting all alone I can I focus the best, always short of breath from the smoke in my chest, came a long way from being broke and depressed, lately life got me feeling hopeful and blessed, Been doing pretty good but it ain't goin to my head, investing in the future I ain't blowing any bread, mother fucker, I ain't even owing any debt, they ain't fucking with me cause they know that I'm a threat, Self made, that means, nobody the boss of me, life's short, make it count, live by that philosophy, I been stacking up and I'm about to buy some property, somewhere far away from here where nobody could bother me, Smoking on this kush got me trapped in a thought, hackin a grot, yo this shit happens a lot, they only want the ripper, they ain't askin for Scott, I could keep it chill or I could snap on the spot, While you sittin there hating I'm devising a plan, if you ain't movin with the tide you gonna die in the sand, took a couple years to realize who I am, I've been studying and this could be my final exam, Man I can't fix the past cause the damage is done, too many sides of me I never planned to become, been desensitized, I been stranded and numb, now I'm just trying to be a better man for my son, If you want to know where I stand, I'm just doing all that I can, to provide a better life for my fam, Man I'm good, If the dramas all your about, ain't nothing honest out of your mouth, you could keep all that for yourself, Cause I'm good, hold me back and I'll break free, with all the strength that it takes me, shits looking up for me lately, I'm good, my shoulders carrying weight, I got so much shit on my plate, but, I ain't losing no faith Yeah Im good Let me break it down this is real as it gets, smoke a little weed how I deal with the stress, I been down and out but now I'm healing I guess, always try to find a way to keep my feelings suppressed, I been at it so long I ain't losing my passion, been dealing with more shit than you can imagine, fuck what they say, I ain't doin what they asking, five in the morning and music is blasting, always keep it honest I ain't talking no lies, right now I'm only focussing on positive vibes, so I turn the fuckin beat up when I hop in the ride, seem like people all around me fucking dropping like flies, yeah you know what we call that? cause and effect, only wanna ya be friend when you deposit a check, you never get it back, once you lost my respect, so I put two middle fingers up calm and collect, cause the show goes on, feelin untouchable cause I grown so strong, getting too comfortable that's where most go wrong, You could left behind if you don't hold on, with your hopes all gone, all the, knowledge I got, might be worthless, so I'm, pulling the shit out when I write these verses, never knew where I was headed kinda like the circus, but now, I'm feeling like my fuckin life has purpose,

22/03/2018

[Vidéo] Underoath : "Rapture" (Paroles / Lyrics)

Si "On My Teeth" s'avérait être plutôt une bonne surprise marquant le retour d'Underoath, on est bien loin du compte avec ce "Rapture"...

Le groupe américain de Métalcore chrétien qui s'était séparé en 2013 a vu son chanteur Spencer Chamberlain monter le projet Sleepwave la même année. Et il faut croire que ce temps passé à faire de la musique sous la bannière Sleepwave va forcer à la comparaison entre les deux projets tant ce nouvel extrait de l'album Erase Me prévu pour le 6 avril 2018 ressemble à ce qu'on a pu entendre sur l'album Broken Compass paru en 2014 ! Même si il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, espérons seulement qu'Underoath a prévu quelques titres prenant leurs distances avec Sleepwave sur ce nouvel effort...

Old familiar face / That bitter taste She’s been hangin’ round too long That crooked tongue / So pale so young Makes me warm Take me to the darkness / Hang me out to dry Tangled in your legs in the webs of your lies Lead me to the rapture / Set my body free Higher than flames set ablaze inside of me There’s no turning back / There’s no coming down I’m forever lost / There’s no coming down Oh I’m skin and bones / Pale as a ghost I know that I should be moving on But in your embrace / You know I’ll never change Hopeless I am chained down on my knees When you call my name / I’m never far away When you call my name / I know there’s no escape

21/03/2018

[Vidéo] Run The Jewels x Rick And Morty : "Oh Mama"

On ne le dira peut-être jamais assez mais il n'y a clairement rien de mieux qu'un clip animé pour mettre des images sur de la musique !

Alors que la série Rick and Morty est devenue en seulement trois saisons un véritable phénomène planétaire et la nouvelle poule aux œufs d'or de la chaîne Cartoon Network sur son créneau Adult Swim (la saison 4 n'a cependant pas encore été mise en production malgré une annonce dès septembre 2017), Run The Jewels a fait appel à l'équipe d'animateurs de la série pour réaliser ce clip pour "Oh Mama" extrait du troisième album du duo sobrement baptisé Run The Jewels 3 et paru le 24 décembre 2016. Un clip haut en couleurs, complètement barré et blindé de références, comme aime si bien le faire la série Rick and Morty. Résultat : des millions de vues en quelques jours et un clip relayé par toute la presse déjà conquise par la série.

20/03/2018

[Vidéo] The Dali Thundering Concept : "The Myth Of Happiness"

Critiquer la société de consommation n'est pas une chose nouvelle et beaucoup de groupes ou artistes se sont déjà adonnés à cet exercice. Malgré tout, c'est ce à quoi veut s'attaquer The Dali Thundering Concept avec cette vidéo pour "The Myth Of Happiness" réalisée par Igor Omodei.

Le morceau est extrait du nouvel album du groupe de Deathcore/Djent parisien qui paraîtra chez Apathia Records et qui répondra au nom très évocateur de Savages. Cette galette est prévue pour le 13 avril 2018. Et comment ne pas repenser à des films comme 99 Francs ou Fight Club à la vue des images shootées par Igor ou à la lecture des textes pondus par le groupe ? Un clip qui n'est pas non plus sans rappeler la récente vidéo de The Amsterdam Red Light District pour "Need".

18/03/2018

[Vidéo] Doja Cat : "Go To Town"

Cela fait quand même quatre ans que Doja Cat a sorti son EP Purrr! qui fleurait les vapeurs de weed, sur fond de nappes Pop aux accents Dub et de bass music. La demoiselle sortira son premier album le 30 mars 2018 chez RCA Records et il semblerait qu'elle aime toujours autant le rose, preuve en est avec ce clip pour "Go To Town".

Musicalement, on est assez loin de ses premiers titres beaucoup plus posés et psychédéliques, comme "Trauma" publié en 2015. Toutefois, d'autres extraits de ce premier album baptisé Amala ont été publiés et restent fidèles à l'univers musical de la chanteuse qu'on a pu découvrir avec "So High" en 2014 (écouter "Candy" dont une première version a pu être écoutée dès 2016 ou "Roll With Us").

17/03/2018

[Album] Novelists : "Noir"

Artiste : Novelists
Album : Noir
Deuxième Album
Sortie : 2017
Genre : Métalcore Progressif, Djent, Métal Atmosphérique
Label : Arising Empire, Sharptone Records, Nuclear Blast
Morceaux à écouter : Monochrome, Les Nuits Noires, A Bitter End
♥♥♥♥(♥)
Écouter l'album sur Youtube <

Nouvel état d'esprit. Il n'aura pas fallu attendre très longtemps pour profiter du second effort des parisiens de chez Novelists. En effet, ce Noir est arrivé dans nos oreilles moins de deux ans après la sortie d'un premier album de grande qualité qu'était Souvenirs et comme chacun sait, l'épreuve du second opus est toujours déterminant pour un groupe. Autant dire que la bande emmenée par Mattéo Gelsomino était attendue au tournant ! Le groupe avait d'ailleurs pris les devants en balançant ça et là quelques infos sur cet album à venir, précisant qu'il serait différent du premier, tant dans les textes que dans les mélodies, car écrit avec un tout autre état d'esprit et une vision beaucoup plus positive des thèmes abordés. De quoi attiser la curiosité des fans et surtout préparer le terrain en vue de la potentielle déception qui pouvait pointer à l'horizon, surtout que le premier extrait livré sur la toile, à savoir "The Light, The Fire", semblait de facture beaucoup plus "accessible" en s'éloignant des racines Métalcore du groupe.

Album concept. Au delà du visuel qui, sous la forme d'un énigmatique artwork, fait écho au nom de l'opus avec ce noir aux reflets de charbon omniprésent et qui contraste avec l'emploi d'une photographie pour Souvenirs, ce second album propose une tracklist où les titres sont regroupés sous forme de chapitres. Douze titres divisés en quatre parties distinctes (ce qui n'est pas sans rappeler la tracklist d'un album comme À Nos Traîtres par Ellipse), ces dernières étant accompagnées d'un médaillon renfermant lui-même une illustration : un coucher de soleil, un croissant de lune sur fond de nuit noire, l'aurore et un soleil de midi. Une progression évidente, cyclique, qui permet de directement poser des images, une ambiance et une signification au sens large sur chacun de ces chapitres. Il n'en faut pas plus pour offrir à ce second effort un intérêt tout particulier et tout simplement donner l'envie de s'y plonger.

Atmosphères. Comme à son habitude, Novelists a travaillé les ambiances avec toujours ces nappes et autres lignes solo miroitantes et lumineuses en toile de fond de chacune de ses compositions. Quant à l'univers global et la direction musicale de l'album, on découvre dès le premier chapitre ce que le groupe avait voulu dire en parlant de "différences" avec Souvenirs. En effet, "L'Appel Du Vide" et "Monochrome" ouvrent magnifiquement ce second opus avec une douceur, une poésie et une mélancolie qu'on ne reconnaissait que trop peu aux parisiens. Certes, on avait eu un avant-goût de tout ça sur quelques pièces présentes sur Souvenirs mais on reste très éloigné du Métalcore progressif auquel le groupe nous avait habitués à ses débuts. Le résultat est cependant magnifique, Mattéo proposant un chant clair de haute volée, notamment sur "Monochrome" qui ne compte pas un seul hurlement et où un saxophone vient même proposer une chaleur toute particulière en la personne de John Heinrich. C'est là aussi une nouveauté : Novelists a fait appel à plusieurs autres artistes pour des collaborations donnant une toute autre dimension à cet album : qu'il s'agisse du couplet rappé par Matt Youkhana (DVSR) sur "Stranger Self", de la voix singulière de Jesse Cash (Erra / Ghost Atlas) sur "Joie De Vivre" ou du doigté de Julien Chevalier sur le solo de "À Travers Le Miroir" (La Terre Tremble !!!), il y a beaucoup de choses qui se passent au fil de ces douze pistes. Du coup, l'enjeu est double : proposer un album à l'identité forte tout en arrivant à produire quatre univers différents pour bien séparer chaque chapitre. Et il faut admettre que le challenge a été parfaitement relevé.

Les racines. Alors voilà, Novelists propose quelque chose de différent avec Noir, prend des risques, mais ne se prend pas les pieds dans le tapis pour autant. Même si il est évident que tous les fans de la première heure ont eu (ou auront) du mal à encaisser ce changement et cette "douceur" nouvellement injectée dans la musique du groupe, ce dernier n'en oublie pas ses bases Métalcore pour autant et propose avec le second chapitre de l'album un triptyque alliant violence et majesté pour un résultat qui ravira les auditeurs ayant découvert le groupe avec Souvenirs ("Les Nuits Noires" / "Grey Souls" / "A Bitter End"). On trouvera aussi dans "Lead The Light" beaucoup d'éléments qui ont fait la force du groupe il y a quelques années. Mais c'est véritablement sur toute la seconde moitié de l'album que Novelists développe cette fameuse nouvelle vision et une franche positivité dans sa musique. Avec toujours de l'inventivité et une maîtrise des éléments vocaux et instrumentaux, le groupe arrive à pondre des titres comme "Stranger Self", sorte de crossover aux multiples influences, ou encore l'éblouissant "Heal The Wound" qui sonne comme un apaisement en clôturant l'album sur un fondu sonore qui pourrait vouloir dire que "l'aventure continue". En résumé, Noir apparaît comme un cheminement vers le calme intérieur, l'album traversant toutes sortes de phases, de sentiments et émotions où la signature sonore de Novelists est reconnaissable, mais avec un petit truc en plus qui pourrait s'apparenter à la maturité, tout simplement.

La beauté. On l'aura compris et surtout entendu : Noir puise sa force dans Souvenirs mais s'entiche d'une toute nouvelle approche, tant musicale que dans l'état d'esprit de ses membres, élevant le projet à un niveau encore plus haut. Plutôt que de se complaire dans un Métalcore progressif aux accents Djent, les parisiens tentent de nouvelles choses et élargissent leur palette avec une nouvelle touche atmosphérique et une sensibilité beaucoup plus portées vers l'espoir que sur la triste résignation ou le regret. Noir est donc un album différent, positif, mais ô combien agréable, paradoxalement plus accessible et cohérent. Encore un très beau recueil servi par les français qui ne déçoivent pas, bien au contraire !

n.b. : Rappelons aussi qu'à quelques jours d'intervalle, Gravity - autre groupe français - a lui aussi présenté un album intitulé Noir qui est, dans un autre style, tout aussi impressionnant. L'album est à découvrir en intégralité sur BandCamp ou sur Youtube.

16/03/2018

[Vidéo] Tesseract : "King" (Paroles / Lyrics)

Les britanniques de Tesseract sortiront leur quatrième album Sonder le 20 avril 2018, environ deux ans et demi après Polaris. Le groupe a livré un nouveau morceau répondant au nom de "King" accompagné d'un clip réalisé par Kyle Kadow et Steven Cleavland.

Comme à son habitude, le groupe met en relief les textes à la fois universels et métaphoriques de Daniel Tompkins grâce à des images énigmatiques et pourtant pleines de sens et de symboles. Tourné dans le Wisconsin après une tempête de neige, le clip met en scène plusieurs personnages, tous confrontés à un combat, celui de l'existence face à des forces qu'ils ne maîtrisent pas et qui les dominent. Selon les membres du groupe, il est question ici de pointer du doigt "les sociétés patriarcales" et le fait que nous soyons menés "à la déresponsabilisation, à la corruption et à la guerre", l'Histoire se répétant sans cesse. Et à la fin, c'est à la Nature qu'il faudra rendre des comptes...

You died within me The boatmen came to sail me down the river Bind me up with visions of a blind man I operate this way Turn nothing into gold Death on such an ugly day You dine like a king on top of the world You show us all That forgiveness is the weakest call And now revenge Against that grudge inside your tiny head Remove the crown of absolution Let the retribution fly The king has all the king has all But words can kill and maim and take their toll And you massacre my dreams at night And eat away at every thought Until we take control The king has all totalitarian and carnivore Bow down submit to me and kiss the ground Until it’s safe to breathe and coexist again Bow down submit to me and kiss the ground Until it’s safe to live and coexist again They’re taking away the freedom to be just you But the sun always shines for you They’re taking away the freedom to be just you You’d kill to find me But the crown above my head is deadly They’re taking away the freedom to be just you

15/03/2018

[Vidéo] GFBF : "Phonecalls"

Quelles seraient vos premières impressions et les premières choses que vous feriez si vous échangiez soudainement de corps avec votre partenaire ? C'est ce qu'ont expérimenté Nova Rockafeller et Tom MacDonald dans leur dernière vidéo pour "Phonecalls", un titre écrit à deux pour leur projet commun GFBF. Et le résultat est tout aussi drôle que le clip est réussi, porté par le duo qui se prête au jeu avec humour.

Pour mémo, les deux tourtereaux ont déjà publié plusieurs vidéo pour leur projet GFBF et la combinaison de leurs deux personnalités et voix s'avère être une réussite. Revoir les vidéos via la page Youtube du projet.

14/03/2018

[Vidéo] Elbi : "Neville" (Paroles / Lyrics)

Il y a un peu plus d'un an, Elbi présentait un EP répondant au nom de Colourful Shores paru sur le label parisien Animal Records et dont était extrait "On A Wave Of Light".

En 2018, l'artiste qui oscille entre Electro, Soul, House et même Jazz parfois est de retour avec un nouvel EP baptisé Shadows qui devrait sortir le 6 avril 2018 et duquel est extrait ce "Neville" où la chanteuse n'hésite pas à mélanger anglais et français dans les textes, le tout servi par un clip aux magnifiques décors.

I just wanted to loosen up Before the boring stuff ate all my mind I just wanted to loosen up to be gliding over time Sometimes I wish I had never met you Sometimes I wish I had never touched you Neville was kind he took my heavy head of the ground For just a minute or two A way to see beyond my own eyes Wanted to fly me up for a longer one A long one I’m coming babe Let me, sail by your side Take me to my soul I want to rise high I want to dance alone Let me with my heart full No one will sky me down Nez vide je n’ai plus la pépite des villes Neville me l’a chourée, bon vent Mais son navire a chaviré But evil Neville didn’t warn me that the way back Felt like the deepest ocean Devil I want you to go back to sleep Je ne veux pas mourir ainsi Neville my soul Love you Love you my soul

12/03/2018

[Vidéo] Evidence : "Powder Cocaine" feat. Slug & Catero (Paroles / Lyrics)

Il est l'un des membres de Dilated Peoples et a sorti un album solo pas plus tard qu'en janvier 2018 qui répond au nom de Weather Or Not : Evidence a publié une vidéo pour "Powder Cocaine", un titre en collaboration avec Slug et Catero (qui se charge de chanter sur le refrain).

Avec une instru complètement perchée concoctée par Alchemist et une conclusion encore plus perturbante, "Powder Cocaine" s'offre un clip au concept coloré et... rebondissant, le tout filmé par Stephen Vanasco sous la direction de Jason Goldwatch. "Powder Cocaine" est le quatrième single de cet album et les autres clips/morceaux sont disponibles via la page Youtube de Rhymesayers Entertainment.

[Catero:]
These voices inside of my mind they will try
To drive me insane
But everything's fine if I try to remain
Like powder cocaine


[Evidence:]
I be fine like powder cocaine
And that's a hell of a drug, and that's a hell of a saying
They need elephant trunks to get it off of the plate
I wanna better myself, they wanna dwell in the pain
I wanna better my health, no umbrella for rain
And that's a hell of a bug, I wanna live in my dreams
Got an ocean in mind, they wanna settle for streams
I wanna settle for more
I wanna get knocked down so I could settle the score
Better than before as if that was possible
To shake the demons of my mother in the hospital
Drove to a mansion and wrote this shit in front of it
'Cause everybody covets the comfort of us becoming it (rich)
And that's a hell of a drug, I caught a hell of a dream
Caught a hell of a bug, fuck irrelevant things
I've been moving at the speed of my life
Ignorant to the price, I be fine like powder cocaine

[Slug:]
I never boarded your plane, but I crossed your border
Got a pocket of nails and we can prop these boards up
I caught a fish this big like I would die for your sins
If it would cure my boredom
I want knowledge of self and also everything else
But the gravity helps, yeah, reality's real
When I finally fell, I told my family
"Well, when a battery dies it goes to battery hell"
Bent, intent, inflict a dent in the cement
Magnificent, brag like Sisyphus
Boast like the host with the most upvotes
I bought a spot in coach but got the bump-up hopes
It goes fine like the spot on my brain
Put my notes in the book, from the top of the chain
You stood over to look like dinner and it's not a complaint
But I'm almost halfway out of the rain (I'm fine)

11/03/2018

[Vidéo] A Perfect Circle : "Disillusioned" (Paroles / Lyrics)

On ne le dira jamais assez mais les nouvelles technologies n'ont pas l'air d'emballer tout le monde ! Qu'il s'agisse de la série Black Mirror, du cinéma ou de certains groupes musicaux, la thématique est souvent abordée avec généralement une prise de position contre tout ce qui relève de la réalité augmentée, des mondes virtuels ou de la dépendance et de l'isolement social qui en résulterait.

Ainsi, après The Algorithm, Moby ou encore Enter Shikari (parmi d'autres), c'est au tour d'A Perfect Circle de pointer du doigt le fait que nous ayons perdu ce qui fait de nous des êtres profondément sociaux dans ce clip de six minutes pour "Disillusioned". Eat The Elephant, le nouvel album du groupe entourant le vocaliste Maynard James Keenan sortira le 20 avril 2018.

(Dopamine, on dopamine...)

We have been overrun by our animal desire
Addicts of the immediate keep us obedient and unaware
Feeding this mutation, this Pavlovian despair

We've become disillusioned
So we run towards anything glimmering

Time to put the silicon obsession down
Take a look around, find a way in the silence
Lie supine away with your back to the ground
Dis- and re-connect to the resonance now
You were never an island


Unique voice among the many in this choir
Tuning into each other, lift all higher


(Dopamine, on dopamine...)

Willingly been re-wired by clever agents within
Looping our reflections, our obsessions draw us in
Fix and fixation, no sentience beyond

Unique voice among the many in this choir
Tuning into each other, lift all higher

10/03/2018

[Vidéo] Flo : "Vraie Histoire"

Ceux qui suivent l'actualité de Landmvrks (le groupe de Métalcore mélodique français qui nous vient du Sud et a sorti son premier album Hollow en 2016) ainsi que celle de certains de ses membres sur les réseaux sociaux (notamment Instagram) savent que Florent Salfati, chanteur du combo, s'adonne à un tout autre genre musical sur son temps libre : le Rap.

D'ailleurs, le style de chant pratiqué par Flo avec Landmvrks a déjà été caractérisé comme possédant des accents Rapcore et son amour pour le genre n'a jamais été mis en doute. Avec "Vraie Histoire", le gaillard livre donc le tout premier extrait de son projet solo sobrement baptisé "Flo". Et si ce dernier troque ici l'anglais pour le français, on retrouve cette même introspection plutôt amère déjà présente dans les textes de Landmvrks. Le tout est évidemment "fait maison" sous la bannière de Homeless Studio. La vie, même sous le soleil de la côte d"azur, n'est pas toujours rose : true story.

09/03/2018

[Vidéo] God Is An Astronaut : "Epitaph"

Qu'y-a-t-il de plus horrible que de perdre son enfant ou tout simplement de savoir que des enfants qui avaient toute la vie devant eux partent trop tôt, emportés par la grande Faucheuse ?

Derrière cette triste et universelle question se cache l'horreur, une horreur que les irlandais de God Is An Astronaut ont choisi de mettre en images dans ce diaporama faisant office de clip pour "Epitaph", le titre qui donne son nom au huitième album du groupe qui paraîtra le 27 avril 2018 chez Napalm Records. On retrouve dans ce morceau le piano si cher au groupe ainsi que la voix spectrale soufflée dans le micro mais on découvre aussi une approche plus Doom que n'aurait pas reniée Russian Circles, notamment sur Memorial. Le résultat est aussi beau qu'il est glaçant : une expérience forte.

08/03/2018

[Vidéo] Gavlyn : "Looking Back" feat. Reverie & Vel The Wonder

Gavlyn et DJ Hoppa ont encore frappé : le duo infernal composé par la MC et le producteur a balancé un nouvel album paru chez Broken Complex le 1er mars 2018. Ce nouvel opus qui répond au nom de Headspace présente plusieurs featurings dont ce "Looking Back" avec Reverie et Vel The Wonder.

Autant dire que le Hip-Hop féminin outre-Atlantique a le vent en poupe actuellement, les trois acolytes représentant cette vague de MCs productives (sans oublier Blimes Brixton) et attachées au "real Hip-Hop", loin des productions électroniques du moment. Et quand, en plus, les filles prennent clairement leur pied à rapper comme on peut le voir dans ce clip, c'est que du bonheur !

07/03/2018

[EP] Ocean Grove : "Black Label"

Artiste : Ocean Grove
EP : Black Label
Sortie : 2015
Genre : Néo-Métal Expérimental
Label : Shock Entertainment , UNFD (réédition)
♥♥♥(♥)
Écouter l'EP sur Youtube <

Second jet. Il y a toujours un "avant" et un "après" dans l'histoire d'un groupe et il apparaît évident que ce second EP pondu en 2015 par les australiens d'Ocean Grove marquera à jamais l'histoire de la bande emmenée par Luke Holmes. Les gaillards originaires de Melbourne qui avaient présenté un premier recueil dès 2013 présentent ce Black Label un peu plus de deux années plus tard et on comprend bien vite qu'ils ne sont pas là pour enfiler des perles mais plutôt pour nous retourner le cerveau, à l'image de ce visuel un peu dégueulasse. Le résultat est tellement efficace que le label UNFD se charge du projet et réédite l'EP (avec Rise Records), notamment dans une version améliorée et baptisée Sublime comportant le morceau "Lights On Kind Of Lover" qui annonçait d'une bien belle façon l'avenir musical de la jeune formation. Mais intéressons-nous d'abord à cet EP plutôt généreux présentant pas moins de huit titres.

Efficace. Huit titres, voilà qui fait pas mal au compteur pour un EP, d'autant plus que le chrono affiche une bonne grosse vingtaine de minutes en guise de durée totale. Pas de quoi sauter au plafond diront certains, car on sait bien - notamment dans un genre comme le Post-Rock - que ce n'est pas le nombre de pistes qui fait la durée totale d'un album ou d'un EP. Bref. Ocean Grove revient en forme avec de la nouveauté et ça fait du bien : tout est plus puissant, plus travaillé, plus aiguisé. En un mot : c'est mieux. Le groupe a su mettre en application toutes les bonnes choses présentées sous forme de "brouillon" sur Outsider (même si il faut quand même admettre qu'on a entendu des "brouillons" vachement moins bien produits !). Les australiens sont "back again" et ils le martèlent dès "Blackbone" qui ouvre cet EP avec des gros sabots nous emmenant sur un véritable boulevard d'énergie qu'est "B.L.U.D.", un titre qui fait étalage du potentiel désormais maîtrisé du groupe : du riffs lourd qui tache, des ambiances travaillées et des compositions percutantes. Si on y regarde de plus près, Ocean Grove compte sur des atouts facilement identifiables tels qu'une seconde guitare s'occupant des nappes et ambiances en toile de fond ainsi qu'un chant à deux voix diamétralement opposées. Luke Holmes, qui se charge du chant hurlé, interprète parfois des textes où sa voix est teintée d'effets. On sent qu'il y a eu du travail et que la technique est au poil pour mettre en relief l'univers décalé du groupe. Que dire aussi de la voix claire du bassiste Dale Tanner qui a cette particularité de ne jamais tomber dans la mièvrerie comme on peut souvent l'entendre chez certains groupes à deux chanteurs ? Ce dernier fait d'ailleurs étalage de ses capacités vocales sur pratiquement tous les morceaux de l'EP, notamment sur les impressionnants refrains de "You Know Something We Don't ?!" et "167 Damilla". Si on avait relevé sa performance sur les deux derniers titres de l'EP Outsider, on a ici la confirmation qu'Ocean Grove ne s'était pas trompé et savait qu'il faudrait compter sur le bonhomme pour assurer les futures parties de chant clair. C'est donc solide, tant musicalement que vocalement, et le tout est évidemment porté par une production de haute volée : un régal pour les oreilles.

Appréciable au format court. Découvrir cet EP juste après son prédécesseur est comme une vague de bonheur envahissant l'auditeur tant l'ensemble est élevé à un niveau supérieur. Reste qu'on ne respire pas beaucoup sur ce recueil et qu'on n'a droit qu'à une seule pause répondant au nom de "Diploid", un morceau qui vient rappeler qu'Ocean Grove ne fait pas uniquement dans l'énergie brute et l'étalage de gros riffs. Le groupe confirme qu'il sait aussi faire des choses plus cérébrales et expérimentales, voire même progressives. On notera aussi quelques passages de ce type dans les compositions suivantes, comme l'étrange "Cold Skin" porté par une guitare solo tissant un fil conducteur strident et une conclusion sur un beat électronique qu'un groupe comme Korn n'aurait pas reniés. On pourrait croire que la bande s'est doucement calmée mais "I Told You To Smile" remet le couvert avec une puissance inédite, "167 Damillia" se chargeant d'enfoncer le clou une bonne fois pour toute avec un solo de guitare fort bienvenu. L'EP s'achève soudainement et on a littéralement l'impression de s'être fait broyer le cerveau pendant vingt minutes. Une sensation qui pourrait être désagréable sauf qu'il s'agit ici d'une sorte d'exutoire. L'écoute de ce recueil aurait facilement pu tourner à la mauvaise expérience si celle-ci avait duré plus longtemps. Heureusement, on est arrivé au bout avec ce sentiment d'avoir écouté quelque chose de bourrin mais qui fait néanmoins un grand bien aux oreilles. Tandis que beaucoup de groupes se complaisent dans des genres et styles déjà vus et entendus, Ocean Grove trace sa route et prouve avec ce second EP que la petite bande de Melbourne a bien l'intention de proposer quelque chose de singulier et ça, ça donne juste envie de suivre le groupe pour écouter la suite de son travail !

Dans le grand bain. Si le premier EP Outsider profitait d'une bonne production et faisait étalage de bon nombre de qualités du groupe, Black Label est une véritable confirmation qui propulse Ocean Grove au-delà des côtes australiennes pour convier le reste de la planète à découvrir sa "Odd World music". C'est jouissif et frais et on en redemande, même si il paraît évident que l'ensemble sera parfois bien trop agressif pour certains. Dommage pour eux.

06/03/2018

[Vidéo] Impure Wilhelmina : "We Need A New Sun"

Cela fait une bonne grosse vingtaine d'années qu'Impure Wilhelmina s'est mis en selle et le groupe a livré en 2017 son sixième effort répondant au nom de Radiation et disponible en écoute intégrale sur BandCamp et Youtube via la page de Season Of Mist.

Pratiquant un Rock sombre et mélancolique en mélangeant ses influences telles que des groupes comme Katatonia et en s'appliquant à développer sa propre identité (un peu comme Lòdz qui est d'ailleurs sur le même label), le groupe suisse originaire de Genève propose pour "We Need A New Sun" - un titre s'étalant sur presque sept minutes - une vidéo montée à partir de captations Live. C'est beau et c'est d'autant plus fort que le morceau délivre un message puissant.

05/03/2018

[Vidéo] Nova Rockafeller : "Jesus On My Neck" (Paroles / Lyrics)

Il faut croire que la santé mentale de Nova Rockafeller est loin de s'arranger... Toutefois, si son état de santé ne va pas vers le mieux, il faut reconnaître que celui-ci la rend productive.

C'est donc quelques mois après "Wishing Well" et "I'm Not Well" que Nova revient avec un nouveau titre et une vidéo où la jeune rappeuse dit se sentir "tellement morte que si elle l'était vraiment, elle ne s'en rendrait même pas compte". Textes introspectifs dépeignant un mal-être bien réel ou personnage créé de toute pièce ? Voilà qui devient de plus en plus difficile à dire...

Time took the pain but then nothing grew back in its place So I watered it with whiskey, spoken tongues at his grave You'd think the devils on his way the way I cycle through plagues A ballerina in a box for the spiral I made I go around in circles and I cycle through days In a city full of sirens and black tidalling waves I swim out past the breakers till it sparkles and fades until the stars are clear as ever and they're screaming my name I'm so dead if I died I wouldn't notice Pull up at The Case in the Uber Ford Focus All I see is red and I feel like Moses Jesus on my neck, Jesus on my neck Jesus on my speed dial right after all the demons Fighting them in levels, final boss will be the ceiling I'm ignoring ever call might as well of got a pager I'm only showing up to papers so man fuck you and your rager Another face from a bad dream A name I wrote on paper set to flame and then swallow because the sacrifice was safer Another stranger that I smile out while I'm out by a mill Where I'm a name on a credit card of which I can't pay the bill I don't need nobody when that shit pops off You all don't like the way I'm going you can get dropped off All the blood that's on my hands can never get washed off I got fanciful up on you like brap bop bop I don't need nobody when that shit pops off You all don't like the way I'm going you can get dropped off All the blood that's on my hands can never get washed off I got fanciful up on you like brap bop bop

04/03/2018

[Vidéo] Ocean Wisdom : "Revvin" feat. Dizzee Rascal

Changement de décor pour Ocean Wisdom dans le clip de "Revvin" avec Dizzee Rascal. Après une vidéo haute en couleurs dans un environnement urbain mais aussi bucolique pour "Don", le rappeur britannique qui vient de sortir son nouvel album Wizville le 23 février 2018 a proposé un clip beaucoup plus sombre et aux allures de démonstration de force en se mettant dans la peau de ce qu'on pourrait appeler un véritable caïd.

Au programme, grosses cylindrées et voitures de luxe, le tout dans un décor industriel qui nous rappellerait presque les rassemblements de courses nocturnes dans les premiers films Fast & Furious. Le Rap britannique se porte plutôt bien et montre qu'il n'y a pas que les américains pour peser dans le game.

03/03/2018

[Vidéo] The Amsterdam Red Light District : "The Best Is Yet To Come" (feat. Liam Cormier) (Paroles / Lyrics)

Le nouvel album de The Amsterdam Red Light District baptisé Sapere Aude est maintenant sorti et le groupe lyonnais fête ça avec un nouvel extrait évidemment servi par un clip : "The Best Is Yet To Come" est vitaminé mais c'est aussi le seul morceau de l'album à proposer une collaboration. En effet, on retrouve sur cette piste la voix de Liam Cormier, chanteur et membre fondateur du groupe canadien Cancer Bats.

Pour cette vidéo, TARLD a fait appel à quelques figurants parmi lesquels on peut reconnaître plusieurs personnes très actives autour de la scène musicale lyonnaise. On y découvre une bagarre rangée, en bonne et due forme, rapidement interrompue par la communion autour de la musique. Fun.

All of these morning we spent together when we were young All of these nights we stayed up to see the morning sun A storm is near But the sun will come back again Can you hear the voices of despair Which bring out the worst in me All of these streets we knew This place we grew up in All of these people who were there since begining We're spending so much time We spent so many years Every moment we’ve lived Are stuck in our memory The worst is over now, the best is yet to come We were there when it began We’ll be there until the end We force you to give the best of yourself We were there when it began We’ll be there until the end Try to not forget it And all the stories that we never told And all the stories that we never told The storm is over The sun is shining again Can you feel this hope growing in your heart who bring out the best in us The worst is over now, the best is yet to come We were there when it began We’ll be there until the end We force you to give the best of yourself Try to not forget it

01/03/2018

[Vidéo] The Glitch Mob : "How Could This Be Wrong" (feat. Tula)

Huit longues années après un premier album remarquable (et remarqué) et quatre ans après un second effort beaucoup plus mitigé, le trio de musique électronique The Glitch Mob sortira un troisième album en 2018. Ce dernier répondra au nom de See Without Eyes et devrait logiquement voir le jour via le label Glass Air Records fondé par le groupe.

"How Could This Be Wrong" est un titre en featuring avec la chanteuse Tula et est servi par un clip animé réalisé par StrangeLoop Studios où on découvre sous tous les angles l'icône qui sert de visuel à l'album. See Without Eyes sera disponible le 4 mai 2018.