14/10/2019

[Vidéo] Novelists FR : "Head Rush" (Paroles / Lyrics)

C'est clairement une fierté que d'avoir un groupe français tel que Novelists sur la scène Métalcore progressif/Djent mondiale, on ne va pas se le cacher ! D'ailleurs, ne dites plus Novelists, mais Novelists FR, le groupe ayant modifié son nom pour éviter des problèmes juridiques, un autre groupe portant déjà cette désignation.

Si on parle des parisiens en ce mois d'octobre 2019, c'est parce que le (désormais) quatuor a publié un nouveau morceau, servi par un clip, ainsi que le nom de son prochain album et sa date de sortie. Autant dire que les infos ont plu d'un coup, la bande s'étant faite plutôt discrète ces derniers temps. Il faut dire que depuis la publication de "Eyes Wide Shut" il y a presque un an, on savait que les gars bossaient sur un nouvel effort mais il a fallu s'armer de patience avant d'en avoir un avant-goût, ce même morceau n'apparaissant même pas sur la tracklist de ce troisième album prévu pour le 24 janvier 2020 et baptisé C'est La Vie.

D'ailleurs, soulignons que cette fameuse tracklist est (pour l'instant ?) présentée comme assez légère : neuf titres au compteur seulement, ce qui fait moins de quarante minutes en boîte si on en croit les sites de pré-commande. Espérons que ces morceaux sauront nous faire oublier leur faible nombre en étalant de la qualité de bout en bout comme seuls les français savent en produire ; ou qu'une version avec quelques morceaux bonus est dans les tuyaux. En attendant, "Head Rush" est donc le premier extrait de ce nouvel album et on peut souligner ses quelques points forts : Novelists (on s'autorisera à ne pas mettre ce "FR" bien moche à chaque fois qu'on parlera des parisiens) semble avoir parfaitement mixé les atouts de ses deux premiers efforts, à savoir les ambiances très aériennes et poétiques de Noir (voir la chronique) portées par un chant clair magnifique et la hargne du scream et la créativité des riffs dans les refrains avec une identité sonore qui semble empruntée à Souvenirs (voir la chronique). De plus, on soulignera l'écriture de Mattéo qui retrouve ses qualités de conteur avec un texte bien plus conséquent que celui présenté pour "Eyes Wide Shut". Bref, il semble y avoir pas mal de travail derrière ce nouvel album et même si il risque d'y avoir peu de morceaux à se mettre dans les oreilles, ce troisième effort risque bien d'être tout aussi impressionnant que ses deux prédécesseurs. Affaire à suivre, pour sûr !

Is this where all is ending ? 'Cause I don't wanna leave right now you know.. (Don't let the night in) Can't seem to stop the bleeding, Just can't pretend I got this in control. (You should have seen it coming) I don't wanna feel the comedown. Just wanna feel it bite and burn me whole. (And watch me fade into the flames). I'm only going nowhere or straight into the fucking wall. (Can't you feel ?) Can't prove me wrong, just kill this now, I wanna see what will survive. Just say you'll try and swear it on my life, even if deep down we both know you lie. Tell me this life is harmless while it's skinning me to the bones, Looking me straight in the eyes when it is stealing my breath. Tell me the scars will make sens when the wounds are way too deep.
Don't let me believe that it's gonna end like this. This feeling is like a fire rushing in these veins, Keeping me alive when your eyes are on me. I can't escape these colors you designed inside of my brain when you let the lights in. Can anybody stay here ? Don't really wanna sleep right now, you know... (Don't let the night in) I wanna keep believing this will all make sens somehow. (Let me feel) Can't prove me wrong, just kill this now, I wanna see what will survive. Just say you'll try and swear it on my life, even if deep down we both know you lie. Tell me this life is harmless while it's skinning me to the bones, Looking me straight in the eyes when it is stealing my breath. Tell me the scars will make sens when the wounds are way too deep. Don't let me believe that it's gonna end like this. I stand here and sometimes my words don't make sens, Like they only fade away and disappear beneath the voice of my own silence. But you keep me breathing, and right here I feel alive ... ...You've always been the brighter part of me.

03/10/2019

[Vidéo] Thornhill : "Where We Go When We Die" (Paroles / Lyrics)

Il y a quelques semaines, les allemands de The Oklahoma Kid sortaient leur premier album. En ce mois d'octobre 2019, c'est Thornhill qui publiera son premier recueil au format long. Et c'est peu dire qu'on a hâte d'entendre ce que le groupe australien va présenter tant son ascension a été fulgurante et son évolution impressionnante, dans le bon sens du terme évidemment.

Avec deux EPs au compteur (le premier, baptisé 13, est paru en 2016), la jeune formation originaire de Melbourne a su développer son style tout en marchant dans les pas de ses aînés devenus des références dans le genre Métalcore progressif (notamment en Australie) comme Northlane. Ce premier album de Thornhill est baptisé The Dark Pool et sortira le 25 octobre via UNFD. "Where We Go When We Die" est le troisième extrait de ce disque. Il clôture d'ailleurs ce dernier et est accompagné d'un clip où on notera la présence du personnage présenté dans la vidéo pour le morceau "Nurture". Ici, Thornhill mélange spiritualité et science-fiction, les textes faisant eux-mêmes une référence (probable) à la religion ou aux belles paroles de nos dirigeants. L'espoir fait vivre... mais en vaut-il la peine ?

Avec ce troisième morceau (publié après "Coven" et "Nurture"), Thornhill étale tous les atouts de sa musique : riffs parfois lourds et passages beaucoup plus aériens portés par la voix angélique (voire même spectrale) de Jacob qui présente une nouvelle voix tout le travail effectué depuis l'EP 13, tout ça pour poser des textes énigmatiques mais cependant fascinants. Du très bon boulot qui risque de mettre Thornhill sur le devant de la scène Métalcore mondiale dans les mois ou années à venir, en espérant toutefois que le reste de l'album soit du même niveau.

Can you believe that our time ends now ? Just face the fact we all live 'till we drown You see they made it all for show / Everything you see / Everywhere you go Paradise ? Hybrid lungs in an opaque light / Green offset bleeding out the night We lie still in the way of time lacing wings in this paradigm If I die would you make it work ? What about me isn’t enough for you ? Do you dream when I’m asleep ? Take a look at yourself as you drink hypocrisy Land of the free, I don’t want to leave again Land of the free ? World of the dead If I burn would you let me die ? I just want to know what it feels like I can’t dream and if can’t sleep / Take a look at yourself and tell me what you see Mind locked up in this shells decay / Stalker watching the prey today I’ll stay feeling in hell to say I have something I need to say You speak of a world I knew before we lost the air We all know the lie you let it die
You speak of paradise like it exists forever They all made you believe but I don’t think I want to Well what’s the point of life ? If we can’t be together I need you here with me / I need you to remember