25/10/2016

[EP] Tesseract : "Perspective"

Artiste : Tesseract
EP : Perspective
Sortie : 2012
Genre : Rock Alternatif, Rock Progressif, Acoustique
Label : Century Media
♥♥♥
> Ecouter l'EP sur Youtube <

De qui on parle, déjà ? Devenu l'un des fiers représentants du genre Djent sur la scène internationale avec un seul album, Tesseract proposait cet EP un peu plus d'un an après le magnifique One. Les anglais ne présentaient pas de nouvelles compositions avec cet opus qui explorait une approche acoustique de certains morceaux de l'album, à l'exception d'une reprise de "Dream Brother" (de Jeff Buckley), le morceau qui clôturait l'album Grace sorti en 1994. Pas de grosse surprise, à première vue. Et pourtant, ce Perspective met en relief les capacités de ces musiciens pratiquant un Métal technique à arranger leurs propres compositions pour leur apporter une touche de douceur et les rendre accessibles à un public qui n'est pourtant pas le sien à la base.

Une nouvelle voix. Si la tracklist ne laisse pas voir de grandes nouveautés dans cet EP, c'est dans le line-up du groupe qu'il faut plutôt aller chercher. En effet, quelques mois à peine après la sortie de One, Daniel Tompkins quitte le groupe pour se consacrer aux projets Skyharbor et In Colour. Tesseract est donc obligé de trouver un remplaçant mais il faut bien avouer que recruter une voix évoluant dans le même registre que celle de Tompkins ne devait pas être chose aisée. C'est finalement Elliot Coleman qui est annoncé comme nouveau chanteur au sein de la formation. Avec une voix douce et haut perchée, Coleman arrive à jouer dans la même cour que Tomkins sans pour autant arriver à la copier. Il faut dire que le premier chanteur de Tesseract avait déjà enregistré ces versions acoustiques auparavant et qu'il est donc assez bienvenu que Coleman propose quelque chose de légèrement différent, à sa sauce.

Acoustique, mais pourquoi ? Même si on voit de plus en plus de groupes de Métal balancer des versions acoustiques de leurs compositions, il faut tout de même souligner qu'en ce qui concerne Tesseract, c'est principalement le passage du groupe au studio Fastlane de Brooklyn en 2011 pour une session acoustique (disponible en vidéo sur Youtube : Partie 1 / Partie 2 / Partie 3) qui a motivé la sortie de ce recueil qu'est Perspective. Un opus un peu à part dans la discographie du groupe qui permet de découvrir les anglais sous un autre angle, notamment pour les gens un peu réticents avec le genre Djent. Le résultat est donc une toute autre facette de leur musique : la guitare acoustique remplace la guitare électrique, le choix des baguettes devient un détail déterminant pour obtenir un son différent à la batterie et le slap à la basse disparaît. C'est poétique, planant et doux pour les oreilles : de vraies balades qui donnent à chaque pièce une toute nouvelle dimension.

Reprises. Si il y a bien une chose à laquelle cet EP fait penser, c'est la compilation B-Sides & Rarities proposée par Deftones en 2005. Le groupe y reprenait certains de ses propres titres en versions acoustiques ("Change", "Digital Bath" ou encore "Be Quiet And Drive") en plus de proposer pas mal de reprises d'autres groupes (notamment les excellents "No Ordinary Love" - version originale par Sade - et "The Chauffeur" - version originale par Duran Duran). Ce que fait Tesseract avec Perspective est finalement la même chose, mais avec moins de morceaux. Le groupe reprend trois de ses titres en version acoustique, propose une reprise d'un morceau de Jeff Buckley ainsi qu'une nouvelle version de "Eden" ("Eden 2.0" qui profite d'ailleurs d'un clip) avec son nouveau chanteur Elliot Coleman. Trois expériences musicales en seulement cinq morceaux : voilà ce qui fait l'intérêt de ce recueil illustrant parfaitement le dicton "point trop n'en faut" !

Un EP qui a du charme. Il faut dire les choses comme elles sont : cet EP est une franche réussite mais ce n'est évidemment pas ce qu'on retient de la discographie d'un groupe comme Tesseract. Malgré une approche acoustique très bien amenée et très bien exécutée de titres qui ont fait toute la force du groupe anglais sur son premier album, Perspective apparaît davantage comme une curiosité, voire même une expérimentation, qui n'a pas grand chose à voir avec l'essence même de la musique du groupe, à savoir un Métal technique et atmosphérique des plus aboutis. Un EP à écouter avant la sieste ou à faire découvrir aux personnes qui ont du mal avec le Métal.

24/10/2016

[Vidéo] Casablanca Drivers : "The Shores Of Danger"

Bon. OK. C'est peut-être l'un des clips les plus funs de cette année 2016... et il y est une fois de plus question d'arts martiaux et de cinéma des années 80. Comme quoi, le kitsch et le rétro ont encore de beaux jours devant eux !

Casablanca Drivers, on en avait parlé en début d'année 2016 avec le clip décalé pour "Red Man". En ce mois d'octobre, les corses proposent un clip encore plus barré où ils sont directement confrontés à Jean-Claude Van Damme grâce à un "habile" montage à base d'images du film Kickboxer sorti en 1989. C'est drôle (on a même droit à un bêtisier du tournage en fin de clip) et c'est pas mal fait du tout, JCVD semblant se déhancher sur la musique du groupe. "The Shores Of Danger" est extrait de l'EP Donde Estoy sorti le 15 mars 2016.

20/10/2016

[Vidéo] The Animal In Me : "Grave Digger" (Paroles / Lyrics)

Voilà le genre de clip qui sert d'exemple en ce qui concerne les risques de crise d’épilepsie. Et qui illustre peut-être aussi ce qu'il ne faut pas faire en terme de vidéo musicale, finalement.

The Animal In Me propose cette fois une vidéo pour le titre "Grave Digger" extrait de l'album Words & Actions sorti pendant l'été 2015 et le montage est des plus désagréables pour les yeux. La faute à de nombreuses images subliminales sous forme de flash au noir qui donnent un effet stroboscopique difficilement supportable. Dommage car il y a du travail et les décors choisis sont plutôt beaux.

Un exemple d'autre clip qui met les rétines à dure épreuve ? La vidéo en noir, blanc et rouge pour "Hello Tyrannosaurus, Meet Tyrannicide" d'Enter Shikari extrait de l'album A Flash Flood Of Colour sorti en 2012.



I’ve had enough of all the shit you say
It’s time to open up your mind
To try to think before you speak
Cause every little thing you’ve said
Has never put you out in front
So it’s time to say we’re done
Over won’t see you around
You had your chance
And you buried it underground
This is the bed you’ve made
Where you can sleep all day into and early grave
I knew you’d give it away
Because you always did
You’re just thorn that’s in my side
We gave you everything
But still you wanted more
And all you gave us back were lies
You wanted it all so take it
Take everything
Just remember the day we let you have your way
It’s the day you dug your grave
Grave digger
You’ve wasted so much time on stupid things
Cause rationality is your weakest strength
But you know (Know) you give it everything you’ve got
Or nothing at all go home (Home)
Cause in the end you know
It’s not where you belong
But you know (Know) you give it everything you
Or nothing at all go home (Home)
Cause in the end you know
It’s not where you belong

17/10/2016

[Vidéo] Stupid Karate : "Série Noire" (Paroles / Lyrics)

Voilà un truc qui va vite. Très vite, même. Moins d'une minute pour le titre qui ouvre l'EP de Stupid Karate sorti le 10 octobre 2016. Du Punk au tempo soutenu, des textes en français et une certaine violence dont les images choisies pour ce clip illustrent parfaitement l'état d'esprit de la formation lilloise.

On y retrouve énormément d'extraits de films pas toujours d'une qualité grandiose - ça tape carrément dans la bonne vieille série Z et le cinéma asiatique - mais voilà, c'est fun et comme ça dure pas longtemps, ça passe tout seul. Il y a du karaté et évidemment, c'est parfois bien stupide. Pour découvrir le reste de cet opus, direction BandCamp où on y trouve les textes et l'EP en téléchargement libre.


Une ruelle sombre, froide et sale
Un sourire glaçant, un éclat de métal
Tes yeux s'affolent, ton coeur s'emballe
C'est sûr cette nuit te sera fatale

En un éclair il est face à toi
Une douleur sourde dans ton estomac
La lame remue, déchire tes entrailles
La douleur intenable et tu défailles

13/10/2016

[Vidéo] Novelists : "5:12 AM" feat. Plini & Lotti Holz (Paroles / Lyrics)

Et ça fait une vidéo de plus en boîte pour l'album Souvenirs sorti en fin d'année 2015 ! Novelists propose cette fois un clip pour le titre "5:12 AM" qui est la pièce la plus douce et calme de l'album si on ne prend pas en compte "Black Lights" qui ressemble davantage à un interlude.

"5:12 AM" nous parle d'amour et de la difficulté à vivre la distance qui sépare deux êtres qui s'aiment. Un sentiment sans aucun doute partagé par les couples composés d'un musicien lorsque ce dernier doit partir en tournée... Non ?

Quoiqu'il en soit, le clip est une fois de plus servi avec de belles images, poétiques - voire oniriques -, et la guitare de Plini offre de magnifiques solos dont la "patte" est facilement reconnaissable. Mattéo est le seul représentant de Novelists à apparaître à l'écran ici, mais la voix de Lotti Holz fait disparaître cette solitude dans un couplet qui sonne comme une réponse à ses lamentations. En bref, un morceau introspectif et même carrément sucré mais qui reste magnifique, à l'image de l'album Souvenirs.


I've been hearing you murmur about a thousand times.
The minutes are running like rabbits and I'm chasing words.
It's almost midnight,
You're probably already sleeping,
The sandman by your side.
So we'll meet in our dreams.
I've been far, for so long.
I swear, soon I'll be home.
If my heart is cold wrap it up please, warm me up.
I see the miles pass one by one on the rear-view mirror;
Driving, 'til the night's end, foot on the gas,
Leaving all the rest behind.

It's 5am and I'm miles and miles away from home.
Frozen.
Following the sings along the road.

[ Refrain ]
I miss your presence, I need you by my side.
I wished a thousand times upon these shooting stars to see you cross that door
'Cause I feel half alive since you're gone.

11/10/2016

[Vidéo] Everytime I Die : "It Remembers" feat. Brendon Urie (Paroles / Lyrics)

Rien de plus surprenant que d'écouter ce "It Remembers" quand on sait qu'il est extrait du même album Low Teens (sorti le 23 septembre 2016) que le titre "The Coin Has A Say" dont le clip est paru en juin 2016.

Everytime I Die propose cette fois un featuring avec Brendon Urie, le monsieur derrière le projet Panic! At The Disco. Le plus drôle finalement, c'est qu'en lisant les commentaires postés sous ce clip on se rend compte que beaucoup de gens ne connaissaient pas Everytime I Die (pourtant formé dès 1998) et découvrent le groupe via Brendon Urie. Une opération qui aura finalement permis à la formation de Hardcore américain d'élargir son public ! Merci Panic! At The Disco, en somme.


I brought a rumor when I came down from the mountain
 that spread quicker than the fire in your eyes. 
Heaven won’t let me in. I took my medicine. 
Salt water couldn’t quench my thirst at the fountain. 
Burn slow. Theres no rush. You’re right. Always right.
 I want oblivion all the time, mindless son of the eternal shine.
 It snuck up like a desert wind. I got a feeling I wont feel again.
 When faith abandons me I hope it does it honestly.
 I still howl like an animal in the darkness and I’m reminded by the blood on my clothes.
 I can’t stand what I’ve become. I’m shivering to spite the sun. 
We come together and we’re overwhelmed by the loneliness.
 I want oblivion all the time. Burn slow. 
Theres no rush. You’re right. Always right. 
I thought I settled my debts that night on the ride home. 
But I have still got hell to pay.

10/10/2016

[Vidéo] Enter Shikari : "Hoodwinker" (Paroles / Lyrics)

C'est un rituel qu'on connaît bien : entre chaque album, le quatuor de St Albans livre plusieurs vidéos pour des titres sortis au compte-goutte, histoire de ne pas rendre l'attente trop insupportable jusqu'à la prochaine galette (comme "Destabilise", "Rat Race" ou plus récemment "Redshift", entre autres).

Enter Shikari a annoncé la fin de l'ère de The Mindsweep et s'attaque cette fois à un nouveau problème très sérieux : l'afflux de migrants sur les côtes européennes. Ou s'agit-il encore d'une version métaphorique de ce qu'a été le Brexit pour le Royaume-Uni ? Difficile à dire mais c'est toujours avec une dose d'humour décalé qui avait fait du clip pour "Arguing With Thermometers" un véritable délice que le quatuor s'attaque au(x) sujet(s). Les quatre compères se retrouvent ici en pleine mer, sur une minuscule embarcation, et font preuve d'une bonne dose de culot qui prend directement à partie certains discours politiques européens.

Musicalement, c'est virulent et Enter Shikari retrouve ses origines, l'Electro se faisant ici très discret pour laisser la place à des riffs bruts de décoffrage et de bons gang vocals ! Visuellement, c'est réussi, avec de belles images et le clip est bien produit. Du bon boulot, comme d'hab' !


This is the voice of God
You've got it, you've got it
Stay in and lock your doors

I don't care what you've achieved
There's only one location if you don't follow me
(You always get what you wanted)
You're gonna burn in a blistering furnace
From now until forever, no matter how it ends
(You always get what you wanted)
Halt, freeze /Who goes there?
Do you have the right, do you have the right documentation?
Stop, wait /This ain't right
This is fraudulent, this is counterfeit
You are a hoodwinker, sir
This is the voice of God
Shrink wrapper of minds
Stay in, lock your doors
Halt, freeze / Who goes there?
Do you have the right, do you have the right documentation?
Halt, freeze / Who goes there?
Do you have the right, do you have the right documentation?
Stop, wait / This ain't right
This is fraudulent, this is counterfeit
You are a hoodwinker, sir
I don't care if you're devout
To the three thousand / Other gods
I start to levitate / But it works
It's a swindle for your soul (x3)
(You always get what you wanted)
For your soul
It's a swindle for your soul (x3)
(You always get what you wanted)
For your soul
Halt, freeze / Who goes there?
Do you have the right, do you have the right documentation?
Stop, wait / This ain't right
This is fraudulent, this is counterfeit
You are a hoodwinker, sir
You are a hoodwinker, sir
What do you take me for, a fool?
Cheeky fucker

09/10/2016

[Vidéo] Smokey Joe & The Kid : "So Sexy" feat. Blake Worrell (Paroles / Lyrics)

Ce n'est pas la première collaboration entre les deux beatmakers originaires de Bordeaux et Blake Worrell (ex-membre des Puppetmastaz). Et il y a fort à parier que ce ne sera pas la dernière (revoir les vidéos pour "Jailhouse Blues" ou "Somehow", entre autres). "So Sexy" est extrait de l'album Running To The Moon sorti le 7 avril 2016 (en écoute intégrale via BandCamp).

Si vous n'avez pas l'habitude d'aller vous promener dans les musées, ce clip animé et réalisé par Lola Penicaud vous fera réviser vos classiques : deux compères plus habitués au graff qu'à la peinture classique se disputent l'attention d'une demoiselle dans les allées d'une galerie d'art où on retrouve - parmi tant d'autres - Le Cri d'Edvard Munch, Le Baiser de Gustav Klimt, La Joconde de De Vinci ou encore L'Origine du Monde de Courbet. Le design est singulier et le clip vraiment cool !


She got them lips that I'm itchin' to kiss 
She got a lotta love that she's willing give 
She got a good sense of what I'm talkin' about 
She got a little thing about me makin' up sounds 
She got booga wooga that I love touch 
She got a funny way of playin' officer bitch 
She got a little grin that be makin' think 
She got friend there too that be willin' to play 
She got a cool style that she rock on the block 
She got a big smile that be makin' laugh 
She got a walk so cute -I wanna hold her hand 
She got skin so smooth -I wanna be her man 
She got a wild thing goin' with her hair it's the best 
She got a way she make moves that I love watch 
She got legs so long I like to see them cross 
She got a dress so hot it seem to make -ahhh! Ahhh! aahh!  
You lookin' so sexy you make me so crazy 
I get so stupid when I lookin' at they woowoo !
I wanna wiggy wiggyi uh -what? 
I make 'em silly when I ticklin' they moomoo !
they want dippy dippy -huh! 
Oh my there's just so many 
choices I can't just simply choose one they all got some 
thing 'bout them that I love so much ohhhhh !
She got helluva look 
She got killer way that she movin' to this 
She got me thinkin' things that I'd never of thought 
She got me in a strange way messin' me up 
I can't go on this way no 
she got me on that voodoo 
I'm goin' loose my mind ayayayayay !
You lookin' so sexy you make me so crazy

07/10/2016

[Vidéo] Korn : "A Different World" (feat. Corey Taylor) (Paroles / Lyrics)

Quand un poids lourd comme Korn fait de la promo pour son nouvel album, ça balance de la vidéo à n'en plus finir ! Après les clips pour les titres "Rotting In Vain" et "Insane", voilà que le groupe propose une vidéo en stop motion cette fois pour "A Different World".

Et après visionnage de cette animation en image par image, difficile de ne pas penser aux clips de Tool pour "Sober" ou même "Parabola" pour l'ambiance générale. Un détail qui fait évidemment réagir le public. Quoiqu'il en soit, "A Different World" - qui est un featuring avec Corey Taylor (Slipknot) - est un morceau qui rejoint les deux cités plus haut : Korn est de retour et semble animé par un passion musicale qu'on ne lui connaissait plus ces dernières années. Comme un air de 1990's bien senti avec une touche très moderne. Et l'album The Serenity Of Suffering qui sort le 21 octobre 2016 devrait ravir les fans de la première heure !


I dream of the past, so I can break through
The walls I have built inside / The thoughts I can't grasp
Transparency through
They're constantly fight and collide
I'd love to see a different world
A place where you can't find me
Feel me, kill me, my back's
Up against the wall
Your magic spell
Doesn't work anymore
Kill me, kill me, that's what
You've got to face, my friend (my friend)
This ain't the end (the end)

Why can't I relax and let it be true?
This world that I try to hide / It's kind of a mess
Too reckless for you
This place makes me feel alive
I'd love to see a different world
A place where you can't find me
[Refrain]

> Corey Taylor <
The call of the purpose is the change in behaviour
And that is all we can sense of the strangers
It gets on top of you and forces your perspective
Then you know it, can feel it, it's as dark as you can get, you want it

Harder! Harder! Harder! Give it to you
Harder! Harder! Harder! You just want it
Harder! Harder! Harder! Give it to you
Harder! Harder! Harder! I don't think you'll ever get it
[Refrain]

06/10/2016

[Vidéo] Siska : "Beautiful"

On avait succinctement parlé de Siska à l'occasion de la sortie de la vidéo tournée en cinq secondes pour le titre "Unconditional Rebel" extrait de l'EP éponyme sorti en mars 2015.

En cette année 2016, Siska sort son premier album intitulé A Woman's Tale et c'est avec une vidéo pour le morceau "Beautiful" que la chanteuse se dévoile. Un titre qui s'éloigne un peu de l'univers Soul et Trip-Hop développé sur l'EP pour davantage nous plonger dans une Pop Electro planante et mystique. Le titre "Beautiful" n'est d'ailleurs pas sans rappeler le morceau du même nom que proposait Doja Cat sur son EP Purrr!...

05/10/2016

[Vidéo] Parkway Drive : "Bottom Feeder" (Paroles / Lyrics)

S'il y a bien une chose qu'on peut constater en matant les images choisies pour cette vidéo du titre "Bottom Feeder" extrait de l'album Ire sorti en septembre 2015, c'est à quel point Parkway Drive est devenu un groupe qui en impose, tant musicalement que sur scène ! Ire est d'ailleurs un album qui marque un tournant musical majeur pour les australiens, s'orientant davantage vers une nouvelle touche de Heavy Métal dans son Métalcore.

Avec des images tournées lors de différents concerts du groupe depuis la sortie de cet album, cette vidéo montre à quel point les prestations scéniques du groupe sont devenues énormes, avec notamment la présence d'effets pyrotechniques impressionnants. Il faut aussi dire que le public semble très réceptif lors de ces concerts. Quant au titre "Bottom Feeder", il y a comme un "petit" air de mécontentement (politique ?)...


I’ve heard enough
No more, no more
You’ve had your time in the sun
Keep your head down kid, your fifteen seconds are done
I know it hurts, I wanted it this way
All these years, I’m still the voice you can’t destroy
I know how this one ends
Lying in the gutter spitting teeth at the sidewalk
I know how this one ends
So bite your tongue if you can’t tame it
Let’s get this straight, while you’re listening
In my world you count for nothing
Bow. You’ll be the one to
Drown, with the rats and the snakes
Bow. You’ll be the one to drown
Bottom feeder

I’ve heard enough
I’ve heard enough to know
Who talks the talk, who walks the walk
And who’s for fucking show
I know it hurts, I know it cuts
That I’m still standing / I’m everything you’re fucking not
I know how this one ends
Running from the world as your lies begin to cave
I know how this one ends
Your hollow words make shallow graves
[ Refrain ]
See I feel no guilt, like I feel no pain
like I feel the fire running through my veins
You can’t draw blood when my heart beats cold
And I’ll take your word like I take your name
An ego lost in the valley of self disdain
Pride cometh before the fall
And you’ll break as I watch it all collapse
No mercy, No peace. You can’t escape this beast
You can’t escape now snap your neck to this
No mercy / No peace
You fucking bottom feeder

02/10/2016

[Vidéo] Try $ Again : "Discover"

Try $ Again est le parfait exemple de ce qu'est la musique en France, loin de la capitale. Le groupe originaire de Montluçon dans l'Allier poursuit son petit bonhomme de chemin, tranquillement. Avec déjà quelques clips à son actif ("Calm Up" et "Bully Crew") et un premier EP sorti en 2014 répondant à l'énigmatique nom de 2F4U, le groupe vient de sortir une nouvelle vidéo pour "Discover" extrait de ce qui sera sans doute son prochain EP (on avait déjà pu découvrir le titre "Cadillac" plus tôt en 2016).
Réalisé par Vivi What pour HomeWork Production, les moyens mis en oeuvre ici sont importants et les images d'une bien belle qualité. Un clip réussi qui sent bon l'été où les membres du groupe se voient pourtant subir un étrange et obscur rite, de nuit, dans les bois...