30/06/2019

[Vidéo] The Contortionist : "Early Grave" (Paroles / Lyrics)

Le dernier album en date des américains de The Contortionist date de septembre 2017. On en avait parlé ici à l'occasion de la publication d'une vidéo pour l'excellent morceau "Return To Earth". Depuis, plus rien. Ou pas grand chose. C'était il y a presque deux ans.

En cette année 2019, le groupe originaire d'Indianapolis présente un nouvel EP de quatre titres dont ce "Early Grave"  servi avec une vidéo - et qui est dédicacé à tous les fans ayant partagé leurs expériences de vie avec le groupe, sans doute de dépression ou d'envies de suicide - et une reprise des Smashing Pumpkins pour "1979". Cet EP, baptisé Our Bones, est évidemment en écoute intégrale sur BandCamp. De quoi patienter calmement jusqu'au prochain album.

Come get your sleep and in the wake, breathe deep
'Cause when this all fill your lungs
It'll feel just like you're a sinking stone
Oh, it happened to us all when we lose control, we lose control, we lose control...
The life that you chose where the dirt cloaks your bones

And I know it feels like you're drowning these days
And I know you question if it's too late
And my only hope is that you choose to stay

'Cause you're more than, you're more than an early grave
You're more than an early grave

Does it feel like you're sinking ? (Don't sink, don't sink)
The hurt that you show in every word you that you spoke


And I know it feels like you're drowning these days
And I know you question if it's too late
And my only hope is that you choose to stay

Don't be too proud to say that you are alone, lost and afraid
When you're about to break, just know your doubt's misplaced

I know it feels like you're drowning these days
I know you feel like you can't be saved
And my only hope is that you choose to stay

28/06/2019

[Vidéo] Tiny Moving Parts : "Medicine" (Paroles / Lyrics)

Si les britanniques de Bring Me The Horizon avaient proposé un titre baptisé "Medicine" dès les premiers jours de l'année 2019, Tiny Moving Parts vient d'en faire de même avec un morceau portant le même nom.

Le trio de Pop-Punk-Math-Rock originaire du Minnesota présente avec ce "Medicine" le premier extrait de son nouvel album baptisé Breathe. Ce dernier est prévu pour le 13 septembre 2019 via Hopeless Records, label sur lequel Tiny Moving Parts vient de signer. Comme à son habitude, le groupe balance un morceau accrocheur et accessible dans lequel Dylan Mattheisen propose un solo dont lui seul a le secret.

I’m bathing in exhaustion. A never ending train wreck. I swear my legs, they function, But I’m assembled to crawl. I’m heading east of Benson to glorify a casket. Whether it's Swift Falls or St. Paul. I can’t spend another weekend at a funeral.  I will try again. I need psychologic paralyzing medicine to forget who I am. Forever freeze in silence. I need to forget who I am. I need something symbolic to rupture. I want to seek some unforeseen color. Please get me outside with sunlight reflecting off a waterfall. I can’t spend another weekend at a funeral. Will you twist my vision into a perfect blur ? Will you pull me underwater ? Drag me down headfirst

27/06/2019

[Vidéo] Danny Worsnop : "Ain't Feeling Sorry" (Paroles / Lyrics)

Entre sa carrière solo et la nouvelle direction musicale prise par Asking Alexandria, on peut dire que Danny Worsnop n'est plus vraiment le même homme et qu'elle semble bien loin, l'époque où le gaillard braillait à gorge déchirée dans un micro et s'enquillait de l'alcool et des drogues à n'en plus finir jusqu'à mettre sa santé en danger !

Le leader du groupe de Métalcore britannique Asking Alexandria a bien changé et son projet solo n'y est peut-être pas pour rien tant le bonhomme fait référence à ses frasques avec l'alcool, la drogue et ses querelles avec ses compagnons de route dans ses textes. Après un premier album solo paru en février 2017 et baptisé The Long Road Home, il a présenté en cette première moitié de l'année 2019 un second opus répondant au nom de Shades Of Blue. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que Danny Worsnop est complètement métamorphosé : on le découvre plus mince, souriant et aussi plus "adulte", à l'image du clip pour "Best Bad Habit" où on le voit préparer à manger à l'un de ses chiens, probablement dans sa maison à Jacksonville, aux États-Unis.

Si son premier album était fortement teinté de musique Country, ce second effort s'avère être beaucoup plus orienté Rock et Blues, en plus d'être plus jovial et donc positif. Il semblerait que cette carrière solo profite largement à la santé de Danny Worsnop qui a retrouvé ses compères de chez Asking Alexandria depuis octobre 2016 et avec qui il sortira sans doute un sixième album prochainement, le groupe ayant présenté un nouveau morceau baptisé "The Violence" courant juillet 2019.

I know I’m the only one to blame / I locked myself out in the pouring rain I beat myself up and I knock myself down / ‘Cause you can’t be lost if you don’t wanna be found No, I don’t feel sorry for myself / It’s all my fault, can’t you tell That I don’t feel sorry for myself I’m hard headed, I’m set in my ways / I don’t need help I don’t need your savior I’m only happy when I got a foot in the grave / Call it an excuse for my bad behavior ‘Cause I don’t feel sorry for myself / It’s all my fault, can’t you tell That I don’t feel sorry for myself I’ll build up my ways, beat myself black and blue / There’s nothing at all that anyone can do I don’t feel sorry for myself / It’s all my fault, can’t you tell That I don’t feel sorry for myself

26/06/2019

[Vidéo] Unprocessed : "Abandoned" (Paroles / Lyrics)

Pourquoi parle-t-on beaucoup de formations anglaises et américaines en ce qui concerne le Djent ou le Métal technique et expérimental ? Peut-être parce que les groupes originaires de ces contrées sont portés par des labels permettant une plus large visibilité qu'ailleurs. En Europe, s'il y a bien un label qui met toute son énergie pour promouvoir ce type de musique, c'est Long Branch Records dont l'écurie rassemble (entre autres) des groupes comme Ghost Iris, Uneven Structure ou encore 22 et Annisokay.

En cette année 2019, les allemands de Unprocessed sortiront leur troisième effort au format long via ce même label (après In Concretion qui date de 2014 et Covenant qui a tout juste un peu plus d'un an car paru en avril 2018). Cet album, prévu pour le 9 août 2019 et baptisé Articifial Void, se dévoile peu à peu : après un premier extrait servi par un clip et baptisé "Fear", voici "Abandoned". Ce second extrait a ensuite été suivi par un troisième (et impressionnant) morceau répondant au nom de "Prototype" qui ouvrira le recueil.

Une chose est sûre, les allemands originaires de Wiesbaden sont bien partis pour rivaliser avec des groupes comme Monuments, Animals As Leaders ou encore Polyphia, même si chacune de ces formations a su développer un style qui lui est propre. Dans tous les cas, la production dont profite Unprocessed avec Long Branch Records est aux petits oignons et permet de mettre en relief le talent de chacun des musiciens : un véritable bonheur pour les amateurs du genre, bien évidemment à écouter au casque.

An ancient warmth under the horizon / Given signs of lights a solid rising I knew the void would come to be / I never thought it would complete me The words I speak will feed the disease Fragments of old scriptures will shape new belief Pretended tears, Past time Abandoned souls in such a place Leaves all over me / Buried alive Flowers of sulfur / A dark future ahead It was not always marked by the dark / Once the sun belonged to the stars The silence surrounded us and numbers existed just in minds In between everything, all, nothing can change It's such a shame I missed the rain that would have taken me far away A last glance at those lights I knew I could be moved I knew that this age was doomed

25/06/2019

[Vidéo] Lysistrata : "Mourn" (Paroles / Lyrics)

Les trois enfants terribles du Post/Psyché/Math/Noise Rock français seront de retour avec un nouvel album en cette fin d'année 2019 : Lysistrata a annoncé son troisième effort au format long pour le 18 octobre 2019. Ce disque répondra au nom de Breathe In/Out et verra donc le jour deux ans après The Thread, presque jour pour jour, via Vicious Circle Records.

Le trio originaire de Saintes a depuis quelques temps gagné en popularité, tant et si bien que la France toute entière est devenue son terrain de jeu. Pour preuve, Lysistrata est encore en pleine tournée estivale actuellement. Pour "Mourn", premier extrait de ce prochain album, les gaillards ont fait appel aux talents de Margaux Chetteau afin de produire un clip animé dans un style graphique qui lui est très personnel. Le résultat est une quête surréaliste tout à fait singulière et aussi psychédélique que peut l'être le Rock du trio. Toute la musique de Lysistrata est en écoute libre sur BandCamp.

They always felt so complete / An inspiration to all Three all-American brothers / Wholesome to the core A row of gold and silver / Material proof of success Taken from behind the glass but not a clue was left Three long years of searching / Crumbled, cracked and torn Three long years of searching / Broken, burned and worn Three long years of searching / Crumbled, cracked and torn Three long years of searching / Can't just give up and mourn Rolled up colour comic / Masked by a pocket of denim Pointing to the forehead of the gas station attendant Across the country's asphalt / On stolen tanks of fuel This old technique of thievery / An indispensable tool Forget, give up and mourn / Move on, give up and mourn Drink up, give up and mourn / Forget, give up and mourn That buildup of rage / That tremor of anger has built up a faith of unstoppable power That bullet's going somewhere : Right in the head of an innocent man.

12/06/2019

[Vidéo] Sum 41 : "A Death In the Family" (Paroles / Lyrics)

Si Sum 41 n'a pas pris énormément de risques ni renouvelé le genre Punk-Rock avec son dernier album Order In Decline paru le 19 juillet 2019 via Hopeless Records, il faut reconnaître aux canadiens cette capacité à pondre des riffs accrocheurs, de beaux passages mélodiques et du solo de guitare impressionnant en mode shred. "A Death In The Family", le second extrait de ce huitième album à avoir été présenté après "Out For Blood", c'est tout ça à la fois.

En ce qui concerne le clip, la bande se compare à une version d'elle-même en 1969 sous la forme d'un montage parallèle qui n'est pas sans rappeler tous ces clips où des groupes se mettent en scène face à leurs alter ego ou opposés d'une autre époque, une autre dimension ou dans un tout autre style (voir, par-exemple, les clips de TARLD pour "Carry On" ou celui de Twelve Foot Ninja pour "One Hand Killing"). Dans tous les cas, Sum 41 conserve sa ligne musicale depuis ses débuts, et ce n'est pas pour déplaire à ses fans !

L'album Order in Decline est en écoute intégrale sur Youtube.

(Oh rescue me) Oh to be blessed with this godless mistake one / One day you soon will find (Just A warning) You’re gonna pay for the abominations / It’s only matter of time. I wait, I hope I pray for better days / They seem so few and far between The fear, the pain this hate’s it’s not for me / We’re not so different, can’t you see Your lies will tear you apart, will take you alive, won’t spare you at all. I tell you all your lies will tear you apart, I’m calling all to arms so everyone and all it’s time hear your voice You’ve got the right. (Oh rescue me) You better pray for you’re commiseration / You’re almost out of time. (Just A warning) Your fate is left to a different generation / You know they won’t be kind. You take, this hate and package it to sell to victims of your great divide. You’ve no, ca-pa-city to even feel / I hope you get this through your mind Because now I won’t let you, just break me in two. There’s no way that I would give in, Those words that you say, of hate and dismay, Will lose your place in the end.

09/06/2019

[Vidéo] Meltdown : "Death Is A Promise" feat. Flo (Paroles / Lyrics)

On va tous mourir un jour, et personne n'y échappera. Le souci, c'est quand un proche s'en va avant nous. Et s'il y a bien une chose qui n'est pas nouvelle, c'est le pouvoir cathartique de la musique dans ce genre de cas, et c'est le sujet de ce nouveau clip des espagnols de Meltdown pour un morceau au titre évocateur : "Death Is A Promise".

Le (jeune) groupe (ou "groupe de jeunes", c'est comme vous voulez) qu'est Meltdown a sorti son premier album From This Day To The Grave en mars 2018 via Art Gates Records (en écoute intégrale sur Youtube). Ce premier recueil au format long qui présentait dix titres n'était en rien un coup d'essai puisque la bande avant déjà proposé plusieurs EPs disponibles à l'écoute sur BandCamp. On notera plusieurs collaborations sur ce disque, notamment celle dont il est question ici avec Florent Salfati de chez Landmvrks, cette dernière scellant une solide amitié entre les deux formations.

All light I have inside are memories of you I keep within Even if you are not here your best part still lives in me
No, there is a promise that we can't break The destiny in the end of the path Losing myself, I want to understand what the fuck is the meaning of the end of a life Why can't I accept that you are gone ? The most common thing in this world Why can't I accept that you are gone ? The most common thing in this world Death is a promise, death is a promise of blood Death is a promise, promise of fire and blood Hey, whatever you say there's no time to pray This life is a road, black and grey All this fucking pain everything’s the same You can only fight until you pass away Whatever you say there's no time to pray This life is a road black and grey All this fucking pain everything’s the same You can only fight until you're fucking dead Cut up my throat What the fuck you say ? Cut my throat ! This life is a road black and grey You can only fight until you're fucking dead All light I have inside are memories of you I keep within Even if you are not here your best part still lives in me All the light I have inside, are all those memories you left in me Even if you are dust, your best part still lives in my heart

08/06/2019

[Vidéo] Beartooth : "Afterall" (Paroles / Lyrics)

Beartooth a sorti son troisième album baptisé Disease le 28 septembre 2018, toujours via Red Bull Records et UNFD, tout comme les deux opus précédents.

Si Caleb Shomo semble loin d'en avoir terminé avec ses vieux démons et un certain mal-être qui l'ont toujours rongé, cela ne l'empêche pas de continuer à produire un Punk-Rock-Hardcore qui fait mouche dès les premiers riffs de la plupart des morceaux de Beartooth. Et cet "Afterall" ne fait évidemment pas exception : bien que le son des guitares soit beaucoup moins "crasseux" qu'à l'époque du premier album Disgusting (en écoute intégrale sur Youtube) paru en 2014, le chant, les textes et évidemment le refrain de ce morceau sont une fois de plus accrocheurs et une réussite dans le genre. Cette nouvelle vidéo arrive après celles déjà présentées pour "Disease" et "You Never Know". L'album Disease est en écoute intégrale sur Youtube.

I must be doing this all wrong / Should be happy but I'm searching for the voice I lost Guess I'm just human after all / I guess I'm just human after all I woke up with the same dark feeling / Head on the ground and my thoughts on the ceiling
Another dream where the light is burning out I don't know what to chase / My hope is erased I look at myself and I don't know my own face I just got fixed and I'm already breaking down How do I feel when my wounds aren't healing ? Why do I stop when I start believing ?
I must be doing this all wrong Should be happy but I'm searching for the reasons why puts my head in overdrive I thought I had this figured out I should scream but I'm still searching for the voice I lost I guess I'm just human after all You're no good so get up and change it / The way you feel is a little outdated You'll never change if you'd rather hear the lie I don't know what to say / I'm never okay I try to dig deep and there's nothing but pain I'm singing my songs but the words just don't relate It's time to live when my wounds aren't healing Why do I stop when I start believing ? There's not an ounce of hope inside of me I wanna die before I fade away

05/06/2019

[Vidéo] Coheed And Cambria : "The Pavilion" (A Long Way Back)

Une vidéo en noir et blanc, une session de répétition, une promenade face à la caméra : il y a dans ce clip de Coheed And Cambria des similitudes avec les vidéos proposées par Metric pour les titres "Dressed To Suppress" et "Risk" !

Le dernier album de Coheed And Cambria, Vaxis  - Act I : The Unheavenly Creatures, est sorti depuis le 5 octobre 2018 et avec ses presque quatre-vingt minutes de musique pour quinze titres en boîte, il y a matière à produire du clip vidéo. "The Pavilion" est le quatrième extrait de l'album à recevoir des images (cinquième si on compte les animations proposées pour "The Gutter") après "Unheavenly Creatures", "Old Flames" et "True Ugly" qui propose des images du groupe en Live. L'intégralité de ce neuvième album studio s'écoute sur Youtube.

Carried them over your shoulders, you fear
The absence, the void you'll cause when you choose to leave them all here There's no turning back, it's time that you steer The wide open stares back alone at the cusp The self that you thought you lost the shine that burned well into rust You can’t hear my voice 'cause I'm not loud enough Believe me, when I say it's a long way back from here / Goodbye for now Hang on, it’s clear that the road’s about to get rough Oh, can you hear the ringing, it’s left in my ear Over and over the light hits the dust It's the choice that I've made but for us, I'd choose to give it all up If you want me here, well, then ask me to stay The glistening wet concrete the heat off the road The clamoring hands and the bus you call home. This is it ? Believe what you want in this space I don't fit Same day repeats with the things that you see Dirty dressing room carpets and broken TVs Is this it ? In this water I'll tread 'til the day that I'm dead Goodbye for now / Echoes, echoes / Mile marker / Minutes, hours If this it and there is no more and you believe you’re true It's a long way back from here / There's no going home

04/06/2019

[Vidéo] Fit For A King : "When Everything Means Nothing" (Paroles / Lyrics)

Dans la (large) famille du Rock/Métal chrétien d'outre-Atlantique, appelons cette fois Fit For A King.

Le groupe américain qui s'est formé dès 2007 a sorti le 14 septembre 2018 son dernier album baptisé Dark Skies. Ce cinquième effort, paru chez Solid State Records comme tous les opus précédents du groupe (le label chrétien compte notamment dans ses rangs Norma Jean et Silent Planet), présente dix titres et compte déjà deux autres vidéos, respectivement pour les titres "Oblivion" et "The Price Of Agony".

"When Everything Means Nothing" semble faire référence à la dépression ou à un état psychique qui s'en rapproche et comme la plupart des groupes chrétiens, Fit For A King emploie des textes à double-sens auxquels même les non-croyants peuvent s'identifier, l'interprète pouvant aussi bien s'adresser à un proche qu'à Dieu lui-même. Dans un sens, cette universalité dans l'écriture permet aux groupes de cette trempe de ne pas tomber dans le prêche ou l'idolâtrie ostentatoire. Et ça marche, tant et si bien que le Métalcore chrétien a véritablement la cote dans le large univers du Métal, surtout aux États-Unis. L'album Dark Skies est en écoute intégrale sur Youtube.

Ones and zeros fill my eyes / Am I supposed to be like everybody else ?
A prisoner of my own mind / Should I give up ? Should I give up ?

I try to smile, try to fight, just say I'm okay
But everyday feels like a hurricane
Yeah, I was born in the rain / Yeah, I was born in the rain


Answers never seemed so distant / The fear of missing out blurs my vision
Am I enough to live up to the expectations of a world that won't stop moving ?
I am so lost in the eye of the storm / I am so lost

But I try to smile, try to fight, just say I'm okay
But everyday feels like a hurricane
Yeah I was born in the rain / Yeah I was born in the rain


So tell me what I need [so tell me what I need]
The water's rising past my eyes
So tell me what I need : the water's rising past my eyes

The rain pours down / The clouds block the light
I can't find the help I need / Let this destroy me
Let this destroy me

I try to smile, try to fight, just say I'm okay
But everyday feels like it's killing me
Yeah I was born in the rain / Yeah I was born in the rain

03/06/2019

[Vidéo] Daniel Tompkins : "Limitless" (Paroles / Lyrics)

Si Daniel Tompkins est (re)connu pour être l'une des plus douces et belles voix de la scène Rock/Métal britannique (et internationale), il ne faut pas oublier de prendre en compte tout le talent d'écriture dont il sait aussi faire preuve. Qu'il s'agisse de son travail au sein de Tesseract ou de tous ses autres side-projects, les textes de Daniel Tompkins ont l'étrange particularité de mêler ésotérisme et universalité, ce qui élève son travail bien au-dessus de la grande majorité de celui de ses pairs.

L'artiste a sorti le 31 mai 2019 un album solo baptisé Castles (via Kscope) et "Limitless" est le second extrait à recevoir une vidéo après "Saved". Ce morceau, on avait pu le découvrir dans sa version composée en collaboration avec Acle Kahney, cette seconde version figurant de toute façon sur le recueil. Tout comme "Saved", "Limitless" existe en deux versions sur Castles : la première, aux sonorités Electro-Pop, est la version originale. La version concernée par ce clip est, quant à elle, enregistrée avec le producteur et compositeur Dmitry Stepanov et s'entiche d'une forme instrumentale où une batterie (programmée ou non) vient apporter une vraie valeur ajoutée au morceau, les arrangements et les textes étant eux aussi différents. Pour faire court : cette version est bien meilleure et plus agréable à écouter que l'originale.

Dans "Limitless", Daniel Tompkins fait référence à un amour perdu, toujours avec une sensibilité qui lui est propre. L'album Castles et en écoute intégrale sur Youtube.

Intoxicated by the silence of your cannons fire Understand your resignation and your contemptuous choir Separated by the silence : your stoic pacifier Endless gazing to discover through the limitless sky You said, “Goodbye” so long ago but I can’t remember why that it feels so wrong Goodbye I'm letting go but I’ll wash your sins away if you just stay strong Procession of your resignation your fallacy sublime But sweet the tongue of resurrection / The tangled to unwind Lay down your blade I’ll swallow mine And tell no-one your perfect lie

02/06/2019

[Vidéo] Vola : "Ruby Pool" (Paroles / Lyrics)

Les danois de Vola ont sorti leur dernier album baptisé Applause Of A Distant Crowd le 12 octobre 2018 et quoi qu'on puisse dire de la musique du quatuor, force est d'admettre qu'il y a quelque chose de fascinant dans cette dernière.

Évoluant dans un style à part qui se retrouve à la croisée du Métal technique et lourd de groupes comme Meshuggah et de la Pop aérienne teintée de Synth-Wave que des formations nordiques telles que A-Ha sont capables de produire, le groupe originaire de Copenhague a su se démarquer de la masse, c'est le moins qu'on puisse dire. Expérimental et organique, ce Rock-Métal progressif atteint avec "Ruby Pool" des sommets de douceur, le clavier de Martin Werner tenant une place toute particulière en transportant l'auditeur vers de hautes sphères.

"Ruby Pool" est le quatrième extrait de cet album à recevoir un clip vidéo après "Smartfriend", "Alien Shivers" et "Ghosts". Dans ce clip sobre, on découvre un plan séquence sur smartphone du chanteur et guitariste Asger Mygind. Il fait référence ici à tous ceux qui passent à côté de l'instant présent en observant le monde à travers leur écran de téléphone... ou qui préfèrent tout simplement observer ce même écran plutôt que le monde qui les entoure. C'est arrivé à pratiquement tout le monde, au moins une fois. Voici sa déclaration en entier : "Whether the screen is a window to happiness or a barrier for happiness is subjective, but I imagine that a lot of people have experienced a sense of lost opportunity after having been absorbed in the screen at the wrong time and place. I surely have. It was with this image in mind that I began working on a video for Ruby Pool. It was shot at 9 different outdoor locations on Zealand, Denmark, during April and May 2019".

L'album Applause Of A Distant Crowd est toujours en écoute intégrale sur BandCamp mais aussi sur Youtube.

I wanna lay my head down now. / I wanna turn the tide somehow. I wanna lay my head down now. / I wanna turn the tide somehow. We are the lonely kids falling away from this tedious swarm of bliss inside. We’re in a ruby pool left with a kingdom rule. / Shiny without a jewel in life. I wanna lay my head down now. / I wanna turn the tide somehow. I wanna peel my face in doubt. / I wanna wrap my arms around you.

01/06/2019

[Vidéo] Knocked Loose : "... And I Still Wander South" (Paroles / Lyrics)

Les choses se précisent concernant la sortie du prochain album de Knocked Loose : ce second recueil au format long est en effet prévu pour le 23 août 2019, il répondra au nom A Different Shade Of Blue (ce qui explique sans doute la présence non dissimulée de la couleur bleue dans cette nouvelle vidéo mais aussi et surtout dans celle proposée pour "Mistakes Like Fractures") et verra le jour via Pure Noise Records.

Concernant cette nouvelle vidéo, le format "quatre tiers" ne passe évidemment pas inaperçu et semble revenir en force dans les vidéos musicales ces derniers temps : réelle nostalgie ou simple effet de style et de mode ? Difficile à dire. Dans tous les cas, rien de bien fou ici puisque la scénarisation reste presque inexistante et on a une fois de plus droit aux musiciens jouant sur leurs instruments. Dommage.

I spent so much time focused on the difference  Eclipsed by the shadows of my past Nothing will sustain, nothing is built to last There’s a hole in the dark where the waters rest  No waves in a grave, in a grave unkept  As above so below, lost inside this hole  My mouth is a drain where no water flows A jaded infatuation nothing more I need lightning to strike in the same place twice I cast out a prayer for wings anything to remove this vice Trapped in my head where the waters rest I've spent so much of my life trying to get out and still I wander south