22/09/2015

[EP] LD.Kharst : "Truancy"

Artiste : LD.Kharst
EP : Truancy
Sortie : 2014
Genre : Post Rock, Math Rock, Rock Progressif, Instrumental
Label : Autoproduction
♥♥♥♥
> Ecouter et Télécharger l'EP via BandCamp <

Qui c'est, déjà ? Souvenez-vous, LD.Kharst, on en a déjà parlé ici à l'occasion d'un premier EP éponyme sorti en 2012 et qui présentait du beau travail de composition de la part du quatuor corrézien. Un Post-Rock intrumental à tendance Math-Rock, sans artifice de production, brut de décoffrage.

Quoi de neuf ? Deux ans séparent ces deux recueils et comme le groupe l'avait bien souligné, ils ne comptaient pas sur leur musique pour arrondir leurs fins de mois. Dans une optique de partage artistique, les quatre compères poussaient le bouchon jusqu'à faire l'enregistrement, le mixage et le mastering tout seuls. Un vrai travail d'équipe, complet, que l'on retrouve ici. Pas de label et une production intégralement entre leurs mains, autant dire "chapeau !" tout de suite.

Et le contenu ? Quatre pièces, longues, épiques, torturées parfois, où les guitares hurlent, pondent des notes tantôt lumineuses, tantôt beaucoup plus graves. L'univers musical de LD.Kharst est riche, fouillé, et sonne toujours aussi "vrai" dans le sens où les arrangements sont (pratiquement ?) inexistants. Les pédales multi-effets sont exploitées à bon escient et on en prend plein la gueule au long de cette grosse demie heure de musique. Sobrement baptisées "I", "II", "III" et "IV", les quatre pièces se révèlent être dans la même veine que le premier EP mais avec une profondeur et une consistance nettement plus grandes. Un vrai régal lorsqu'on se plonge pleinement dans cet univers à la fois poétique et guerrier, une alternance et un équilibre bien dosés pour des passages puissants aux riffs gras et épais, et d'autres plus aériens et légers qui font office de pauses dans ce déchargement d'énergie brute où la guitare solo s'envole parfois dans des sphères lumineuses. La première pièce résume à elle seule cet EP et la joie est immense à la découverte des trois autres. Dès le second morceau, on remarque soudainement cette basse si lourde et ronde qui marque une ambiance pesante pourtant tirée vers le haut par les guitares scintillantes (ce passage à deux minutes et quarante secondes sur "II", bordel !). Comme un seul et même monstre, les quatre instruments sont dans une telle synergie qu'il est très rare que l'un d'entre eux prenne le dessus sur les autres. Lors de ces passages, on sent la volonté d'offrir à un instrument choisi un moment pour s'exprimer et s'affirmer, puis les autres lui répondre, se joindre à lui et créer ce fameux ensemble qui fonctionne parfaitement bien (second moitié de "II" à partir de cinq minutes et cinquante secondes par-exemple).

Une évolution musicale ? Si il est difficile de parler de réelle évolution, il est clair et net que le travail ici est énorme. Le son de cet EP est quand même meilleur, la batterie mieux traitée et l'ensemble plus consistant que sur l'opus précédent où on avait l'impression d'avoir tous les instruments sur le même plan. Il y a ici davantage de profondeur qui donne toute cette force ressentie à l'écoute.

LD.Kharst rentre définitivement dans la cour des grands avec ces quatre compositions et devient un groupe à suivre, certains autres comme Totorro ou Man Is Not A Bird ayant pris des places de choix sur la scène française dernièrement. Un EP lui aussi en téléchargement libre via le BandCamp du groupe et dont il serait dommage de se passer. Quatre pièces à écouter d'une traite, avec attention, pour un plaisir bien réel et ainsi ne surtout pas perdre la force de cette fermeture sur une ligne de batterie jouissive en conclusion de "IV".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire