21/09/2011

[Album] Orelsan : "Perdu d'Avance"

Artiste : Orelsan
Album : Perdu d'Avance
Premier Album
Sortie : 2009
Genre : Rap, Hip Hop, Electro
Label(s) : 3ème Bureau, 7th Magnitude
Morceaux à écouter : Changement, Gros Poissons dans une Petite Mare, Jimmy Punchline, Entre Bien et Mal
♥♥♥
>Ecouter l'album sur Deezer<

En 2006-2007 s'abattait sur le net le buzz musical Orelsan. De son vrai nom Aurélien Cotentin (né en 1982), ce jeune rappeur français originaire d'Alençon dans l'Orne a commencé par diffuser ses productions musicales sur Internet où les clips (à voir) tournés en amateur de ses premiers morceaux font sa réputation : antihéros du Rap, provincial assumé, il ne vit pas dans une grande banlieue de la capitale et écrit sur des sujets multiples, actuels, de façon parfois très crue.

Lorsque son premier album sort, certains restent sur le souvenir de morceaux comme "Saint Valentin" ou renient l'artiste à cause de "Sale Pute" qui fera polémique à cause des textes violents à peine un mois après la sortie de "Perdu d'Avance". Ce morceau ne figurera pas sur la tracklist de quatorze morceaux offrant presque une heure d'écoute sur ce premier album. Et quelle heure d'écoute ! Une écriture débordante de rimes et de "punchlines" sorties tout droit de la vie et des expériences d'un énergumène totalement allumé, un tantinet adolescent attardé mais pourtant si lucide sur le monde et la société dans lesquels nous vivons tous. Intelligents, les textes sont sortis à la volée, de la façon la plus simple possible, qui éclabousse et tache par moments, mais qui parle à tout le monde, avec dérision et humour.

Tout y passe (ou presque) : le choc des générations ("Changement"), les filles, les relations avec celles-ci ("50 Pour Cent"), l'argent, la musique, l'alcool ("Soirée Ratée"), la mode... Bref, la société qui régit notre quotidien mais surtout la façon dont certains comme Orelsan la vivent ou la perçoivent. En effet, pessimiste sur beaucoup de points, légèrement dépressif, l'artiste dresse le portrait d'une jeunesse un peu dérivante et larguée. Majoritairement écrit sur la base d'expériences personnelles, l'album nous plonge dans le quotidien désabusé du mec qui est un peu "monsieur tout le monde". Réaliste et critique, Orelsan fait mieux que de rapper et déblatérer sur ce qui l'intéresse : il nous invite à réfléchir sur ce que nous vivons tous plus ou moins tous les jours, un peu comme lui finalement.

C'est frais, intelligent et lucide, avec beaucoup de second degré et d'auto-dérision. Je suis moi-même peu friand du Rap Français mais je reconnais que là, en écoutant bien, on accroche et on adhère. Pas un morceau est à jeter et ça s'écoute plutôt bien. Orelsan a plusieurs fois été comparé à Eminem (ce qu'il reconnaît être flatteur) et TTC pour son discours plutôt cru mais là, ça ne passe pas et il le revendique. Un artiste français à part donc, qui fait parfois sourire, mais qui ne plaît pas à tout le monde. Chacun en pensera ce qu'il veut. Personnellement, je dirai que c'est loin d'être mauvais !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire