30/09/2011

[Album] Fumuj : "Monstrueuse Normalité"

Artiste : Fumuj
Album : Monstrueuse Normalité
Premier Album
Sortie : 2005
Genre(s) : Dub, Electro, Rock, Musique Electro Acoustique, Instrumental
Label : Life Five
Morceaux à écouter : Ecumes, Buddha Score, Pollie
♥♥♥
>Ecouter l'album sur Grooveshark<

Originaire de Tours (comme Ez3kiel), Fumuj est un groupe français formé en 2003 et composé à la base de trois membres seulement. C'est avec cette formation qu'ils composent ce premier album "Monstrueuse Normalité". Il en résulte une sorte de mixture musicale plus ou moins agréable où multitudes de genres musicaux se retrouvent, notamment appuyés par des instruments tels que le violon, le violoncelle, ou encore la contrebasse et l'accordéon.

Pas vraiment de ligne directrice sur cet album si ce n'est un goût prononcé pour l'instrumental ("Petit Poisson Vert" est le seul morceau chanté de l'album avec la collaboration de Mr Irie). On y retrouve les principaux ingrédients du Dub mais qui sont toujours accompagnés d'un ou plusieurs instruments secondaires, ce qui a pour effet de changer totalement la donne parfois : le violon/violoncelle sur "Pgaze", l'accordéon sur "Pollie", ou encore le piano et un gros beat Electro sur "Buddha Score". L'ajout de nombreux samples et un gros travail sur le son (beats électro, enregistrements électro-acoustiques, mixage et mastering) offrent des compositions aussi détonantes qu'étonnantes comme "Buddah Score" justement, ou "Tripozutoire" qui se termine en vrai Rock/Fusion bien gras. Car il y a bien du Rock dans tout ça, le final à la guitare sur "Montrueuse Normalité" en est le parfait exemple.

Ainsi, la musique distillée dans cet album passe de plutôt douce et aérienne ("Pollie" ou "Pgaze") à quelque chose de plus violent et percutant ("Buddha Score"), souvent dans un même morceau où l'intro sera plus douce pour amorcer un final explosif ("Monstueuse Normalité", "Poupoudance"). Il est donc difficile de se "reposer" les oreilles avec les maigres passages de Dub pur sur certains morceaux ("Tripozutoire"). C'est parfois un effort d'écoute qui est demandé à l'auditeur, le travail du son pouvant surprendre et faire mal aux oreilles (final de "Poupoudance" par-exemple).

Quoiqu'il en soit, Fumuj signe là un album original qui lui permet d'asseoir une solide réputation dans le (large) monde du Dub/Electro de la scène hexagonale (de plus en plus fournie depuis le début des années 2000). Du beau travail sur le son mais de trop nombreux instruments ou arrangements laisseront parfois paraître une sorte de brouillon sonore. Le tout s'écoute, mais avec attention.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire