16/06/2013

[Live Report] EmoDays 10th Anniversary Party avec Chunk! No, Captain Chunk! + Senses Fail + Fallaster et d'autres

C'était le dimanche 2 juin 2013 à Lyon, au Ninkasi plus précisément. La première de deux soirées "Emocore" pour fêter les dix ans de Emodays Production avec une petite flopée de groupes qui pour certains n'ont rien inventé ou rien apporté de bien neuf au genre, et d'autres considérés comme des piliers ou de nouvelles références. Je ne suis moi même pas si fan que ça du genre mais c'était au moins l'occasion de voir les parisiens de Chunk! No, Captain Chunk! sur scène. Et mon corps endolori s'en est souvenu pendant les jours qui ont suivi ...


Il n'y a rien de mieux pour commencer une soirée que d'être reçu par un soleil radieux. Et comme la météo n'a pas été vraiment clémente les semaines précédant l'évènement, c'est un petit bonheur non dissimulé qui se lit sur les visages de chaque personne dégustant sa bière sur la terrasse du Ninkasi - bière brassée sur place, soit dit en passant. Je ne retient pas un petit sourire en croisant Bert, chanteur de C!NCC!, lorsque je vais commander ma première mousse : les groupes sont eux aussi en terrasse et profitent du soleil avant de monter sur scène.

La soirée débute un peu plus tard que prévu et il est maintenant l'heure de passer aux choses sérieuses. Five Accross The Eyes ouvre le bal et c'est là que je me rends compte pourquoi le Métalcore me plaît sans pour autant déclencher chez moi l'extase comme du Deftones par-exemple : le son est gros, carré, et l'alternance entre voix hurlée et claire devient une sorte de recette infaillible. Et tout ça sans compter les breakdowns prévisibles. En bref, ça fonctionne, mais ça devient rapidement lassant. Il n'en reste pas moins une prestation sympathique qui ouvre le bal des festivités juste comme il se doit. Pour la suite, ce sont Shoot The Girl First (seul groupe comptant un membre féminin, au clavier) et Fallaster qui s'y collent et au delà de balances parfois vraiment mal réglées et un son presque inaudible, on reste dans la même veine. Les membres respectifs des deux groupes prennent leur pied, certains plus que d'autres, ça se voit, et essaient tant bien que mal de chauffer la fosse qui reste bien timide.

Il n'y a pourtant pas besoin d'avoir Bac+8 pour deviner que la majorité des gens venus ce soir là attendent C!NCC! et lorsque le groupe monte sur scène pour son "Restart" d'ouverture, la fosse prend soudainement des allures de bordel monstrueux. L'ambiance est bien différente et le groupe remercie gracieusement le public. Suivent alors les incontournables "We Fell Fast", "Born For Adversity", parmi tant d'autres, sans oublier la reprise de "We R Who We R" et une clôture avec "In Friends We Trust". La chaleur est insoutenable et tenir dans la fosse requiert un bon cardio. L'entracte vient à point nommé et on sort prendre l'air après avoir passé un vrai moment festif, énergique et sportif. En gros, même si je n'avais pas vraiment de raison de me bouger sur les prestations des trois premiers groupes, la seule partie de C!NCC! suffit à rentabiliser ma soirée. Mais c'était sans compter sur Senses Fail quelques minutes plus tard...

Le groupe tient la tête d'affiche et, fier de ses dix ans de carrière, sert une partie très très propre, avec juste ce qu'il faut de morceaux se prêtant habilement au Live, alternant entre anciens titres ayant fait la réputation du groupe et les nouvelles petits bombes de l'album "Renacer" : "Canine", "Mi Amor", "The Path"... Bien moins Pop Punk qu'à ses origines, le groupe offre un vrai concert bourrin, rythmé et plein de moshparts jouissives. Un régal !

Au final, les deux derniers groupes auront largement suffit à me faire passer une soirée fort agréable et véritablement sportive. N'ayant pas trop l'habitude de faire mon jogging le dimanche, ce sont des courbatures du diable qui m'ont transformé en papi les trois jours qui suivirent. Mais c'était le prix à payer pour une soirée dont le bilan final reste largement positif.

Pour ceux qui hésitaient, comme moi, c'est à faire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire