25/11/2012

[Album] Pendulum : "Immersion"

Artiste : Pendulum
Album : Immersion
Troisième Album
Sortie : 2010
Genres : Drum and Bass, Electro Rock, Drumstep, Dubstep, Métal Alternatif
Label : Warner, Atlantic Records
Morceaux à écouter : Salt In The Wounds, The Island, Witchcraft, Self vs Self
♥♥
> Ecouter l'album sur Grooveshark <

C'est un fait, il n'est désormais plus possible d'espérer un album de Pendulum comme au "bon vieux temps", et ce pour une bonne raison : le groupe a annoncé sa séparation en début d'année 2012. Par séparation, il faut simplement comprendre que le groupe ne prévoit plus de concerts live sous une autre forme que des DJ sets et ne prévoit pas non plus de produire un prochain album. Autant dire qu'il sera toujours possible d'apprécier les meilleures productions du groupe lors de "concerts" mais que les versions instrumentales ne seront plus de la partie. Les fans de la première heure (comme moi) s'en tamponnent aisément, tandis que d'autres sont bien déçus. Bon, il faut avouer que les prestations live de Pendulum étaient bien jouissives mais elles ne faisaient qu'humaniser une musique qui passe déjà très bien sur de simples machines, enfin selon moi... Bref, là est un autre débat.

"Immersion" voyait donc le jour en 2010, et ce deux ans après un "In Silico" qui avait un peu surpris son monde. Ce troisième album affichait un visuel d'une toute autre classe que celui de l'effort précédent mais en ce qui concernait le son, peu de gros changements malgré une volonté d'innover et d'explorer d'autres genres comme le Métal et le Dubstep. Des genres qui finalement ne collent pas tant que ça à l'étiquette de Pendulum qui s'était imposé comme une référence en Drum and Bass avec un premier album qui "cassait des briques". Une évolution qui bien que respectable car synonyme de prise de risque était tout aussi regrettable car l'identité du groupe commençait vraiment à s'ébrécher...

Sur le papier, il y avait pourtant de quoi être satisfait : plus de soixante-sept minutes de musique en boîte et des featurings assez éclectiques avec Steven Wilson (Porcupine Tree), In Flames et même Liam Howlett (The Prodigy), même si depuis le remix de Voodoo People par Pendulum, sa participation n'étonne pas vraiment. "Immersion" est tout de même un album difficile à cerner, force est de l'admettre. On retrouve la patte de "Hold Your Colour" dans pas mal de titres purement Drum and Bass, surtout dans certains synthés caractéristiques ("Salt In The Wounds", "Immunize", "The Vulture"), mais l'Electro Rock est toujours là, les guitares aussi, et le chant de Rob Swire encore et toujours de la partie ("Watercolour", "The Island Part I", "Witchcraft", "Encoder")... Davantage de morceaux chantés, donc, et même si le bonhomme se débrouille plutôt bien, on est très très loin des pépites purement Electro de 2005 !

L'évolution de la musique du groupe se ressent donc énormément sur cet album même si on peut noter une volonté de retour dans le temps musicalement. Pendulum s'inspire donc de son propre parcours mais vient ajouter tant d'autres genres qu'on est finalement un peu perdus. In Flames apporte sans doute la touche la plus étonnante de l'album avec son Métal coriace qui "tache". Le titre "Self Vs. Self" passe cependant bien si on ne rechigne pas le genre qui n'a à priori rien à faire dans un album de Drum and Bass. Le Dubstep pointe le bout de son nez sur "Set Me On Fire" tandis que c'est un côté beaucoup plus House/Dancefloor qui transparaît avec "The Island Part II", un morceau qui apparaît aujourd'hui comme une évidence quand on voit ce que Swire fait désormais avec Knife Party.

Bref, "Immersion" éloignait encore davantage Pendulum de son fameux "Hold Your Colour" en explorant d'autres genres musicaux parfois non apparentés à la Drum and Bass. Une direction artistique un peu casse gueule mais qui restait charmante à l'oreille et qui a pourtant bien fonctionné quand on voit la position atteinte par l'album dans les charts. Une curiosité qui bien que maîtrisée et propre ne pouvait que décevoir les fans de la première heure. On sent bien que le public visé n'était pas vraiment le même et que Pendulum s'essoufflait tout en essayant toujours d'innover. Dommage et surtout décevant...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire