02/11/2011

[Album] Linkin Park : "Hybrid Theory"

Artiste : Linkin Park
Album : Hybrid Theory
Premier Album
Sortie : 2000
Genres : Néo Métal, Rap Métal, Métal Alternatif, Fusion
Label : Warner Bros. Records
Morceaux à écouter : Papercut, With You, In The End
♥♥♥♥
> Ecouter l'album sur Youtube <

Il y a des albums comme ça qui ont marqué votre jeunesse (après, évidemment, tout dépend de l'âge que vous avez) et qu'on a jugé avoir trop écoutés et qu'on n'écoute plus ensuite. Ce genre de trucs qui vous rappellent une période obscure entre la jeunesse naïve et l'entrée dans l'adolescence, rimant avec collège et premiers achats de skeuds qui passent à la radio, comme tout le monde du même âge. Bien évidemment, on entend d'ici ceux qui ne supportaient pas ce son si particulier, entre Rap et Métal aux guitares grasses et saturées, et qui n'aiment toujours pas d'ailleurs. "Hybrid Theory" fait pourtant partie de ces albums qui n'ont pas pu échapper à vos oreilles à cette époque du renouveau du Néo Métal du début des années 2000, que vous l'ayez aimé ou non.

Et pour cause, ce premier album du groupe aujourd'hui connu pour ses nouveaux penchants Electro plus que critiquables a été l'une des meilleures affaires de l'année 2001. Des millions d'albums vendus en aussi peu de temps qu'il lui en a fallu pour rentrer au top 200 des albums de la décennie et faire partie du cercle des "1001 albums qu'il faudrait écouter avant de mourir" (titre du bouquin en question). Alors si vous n'avez pas écouté ça à l'époque de sa sortie ou si vous en avez un mauvais souvenir, il est encore temps de (peut-être) changer d'avis.

Une époque bercée pourtant par les papas du Métal Alternatif tels que Deftones ou Korn et qui voit de nouveaux groupes de p'tits jeunes tenter de relever le défi de faire différent mais aussi intéressant comme Reveille par-exemple (sans grand succès malheureusement pour eux). Linkin Park fait partie de ces groupes-là. On retrouve donc les ingrédients de base de ce genre aujourd'hui quelque peu essoufflé : une guitare grasse (voire plusieurs si on peut), épaisse(s) et saturée(s), une batterie (parfois avec effets, histoire de jouer des trucs flirtant avec l'Electro), une basse, et si on a les moyens et le courage de composer avec, un bon DJ. On rajoute deux chanteurs aux voix très différentes et voilà. La suite dépend du travail de production.

Et pour ce premier album, Linkin Park tape fort. Un son résolument Métal, parfois aux frontières du sombre et psychédélique ("With You"), mais composant avec un chant très Rap en la personne de Mike Shinoda ("In The End", "A Place For My Head") et un autre tantôt hurlé à la limite du dégobillé ("Points Of Authority") et tantôt léger et aérien ("Crawling") avec celle de Chester Bennington. Notons une basse suffisamment audible pour ne pas se faire oublier comme dans la plupart des groupes de ce genre ("A Place For My Head") et un DJ omniprésent sur l'intégralité des morceaux et qui s'en donne à coeur joie sur "Cure For The Itch", morceau instrumental Electro qui valait son petit pesant de cacahuètes à l'époque.

Bref, un premier album complet qui a marqué sa génération et qui s'écoute encore avec grand plaisir aujourd'hui. On aime ou on n'aime pas, simple question de goûts, mais on pourra s'accorder à dire que c'était du beau boulot en comparaison des productions futures du groupe et surtout un album culte du genre Néo Métal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire