09/07/2013

[EP] The Algorithm : "The Doppler Effect"

Artiste : The Algorithm
EP : The Doppler Effect
Sortie : 2009
Genres : Electro, Mathcore, Expérimental, Métal Progressif
Label : Autoproduction
♥♥♥
> Ecouter l'EP sur Youtube <

C'est sur scène que j'ai découvert (bien tard il faut l'avouer quand on remarque que ce premier EP date de 2009) le véritable OVNI qu'est Rémi, alias Mr Algorithm, lors de sa première partie du concert d'Enter Shikari à La Cigale en ce début d'année 2013. Rémi, originaire de Toulouse, est un geek (ça, je le sais de source sûre) et ça se sent : véritable torpilleur de sonorités et styles musicaux improbables, le gaillard ne se donne aucune limite et mélange les genres comme on préparerait un "cercueil" à un de ses potes lors d'une soirée alcoolisée. Mais on aurait tort de tout de suite penser à une soupe infâme qui aurait un goût des plus désagréable. Bien au contraire, notre blondinet français n'ayant pas choisi son pseudonyme au hasard. Tel un orfèvre (ou plutôt un savant fou méticuleux), "l'algorithme" prépare sa musique avec soin et au poil de cul près. La science est faite d'expériences et celles de Rémi tapent plutôt dans la réussite. Explications.

"The Doppler Effect" est une de ces démos si peu prétentieuses qu'elles passent pratiquement inaperçues. Auto-produite, balancée sur le net gratuitement pour qui veut bien l'écouter, mais surtout pour qui survivra à l'écoute. Car il n'est pas donné à tout le monde de se farcir la musique de Rémi. De l'Electro, certes, il y en a. Mais le reste du contenu de ces huit titres est tout autre : Mathcore "métallistique", Dub, Trance, Techno, Hip Hop. Tout y passe et pas avec le dos de la cuillère ! Une oreille non avertie risque de rapidement faire la grimace au fil de l'écoute.

Pourtant tout commence de la façon la plus douce et la plus simple qui soit (bon, j'exagère un peu, il est vrai) avec un "Attack" aux sonorités Electro Pop Rock qui me rappelle étrangement du MGMT, sans doute à cause de ce foutu synthé en toile de fond... Rien de bien insurmontable me direz-vous, mais c'est la suite qui laisse pantois. On rentre dans le vif du sujet avec le titre qui donne son nom à cet EP (cette démo ?) et là c'est une autre paire de manches ! La guitare électrique torturée et découpée au hachoir fait son apparition, portée par un piano qui mettrait presque mal à l'aise, sans oublier une batterie millimétrée qui mettrait à mal n'importe quel batteur de Mathcore. Mais on comprend bien vite que Rémi n'a pas pour objectif de se cloisonner au sein d'un même morceau lorsque des sonorités huit bits font leur apparition. Là, on est dans un autre registre et pourtant le mélange passe bien. Plutôt bien même.

La suite est tout aussi édulcorée, même si on sent un net penchant pour tout ce qui est gras et qui tache dans les goûts musicaux du gaillard (aucun jeu de mot avec le Rémi du même nom, je précise). "Lost Frequencies" est une de ces compositions où on fait la grimace à la première écoute mais qui passe étrangement bien une fois qu'on a compris le concept (et je ne parle même pas d'un titre comme "Two Plane-Polarized Waves"). C'est surprenant, et ça en devient jouissif. Enfin, si on a déjà l'oreille habituée à ce genre de musique évidemment.

Mais il reste encore quelques titres et Rémi continue de surprendre : on passe par le Dub ("In A Dispersive Medium"), la Techno/Trance un poil vintage ("Decay"), un soupçon de Post Rock (le final de "Geometric Progression") et même le Hip Hop ("Release"). C'est dire si les influences sont nombreuses et donc si Rémi écoute de tout avant de confectionner sa musique.

C'est surprenant, pas très agréable à la première écoute, voire même à la deuxième et la troisième, mais ça donne quand même un bon coup dans la gueule à tout ce qu'on a l'habitude d'entendre ailleurs. On regrettera cependant un mixage parfois brouillon qui fait (presque) mal aux oreilles et l'impossibilité de partager ça avec n'importe qui tant le style est difficilement passe-partout. Cependant, Rémi fait sa sauce avec soin, évite de se faire tamponner une étiquette de genre et fait tout simplement ce qui lui plaît (ce qui le transcende même, il suffit de le voir mixer derrière ses machines) et finalement, c'est bien ça le principal. Pour les curieux qui ne connaissent pas encore, il suffit de farfouiller un peu sur la toile pour rapidement tomber sur un lien de téléchargement gratuit. Mais attention, vos tympans sont prévenus !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire