18/07/2013

[Album] Zebrahead : "Waste Of Mind"

Artiste : Zebrahead
Album : Waste Of Mind
Deuxième Album
Sortie : 1998
Genres : Funk Métal, Punk Rock, Pop Punk, Rapcore
Label : Columbia
Morceaux à écouter : Time, Check, Jag Off
♥♥
> Ecouter l'album sur Youtube <

Il y a un truc qui sonne résolument l'été chez Zebrahead. Sans doute le Funk, ou ce côté Pop Punk qui fait indéniablement penser à cette Californie ensoleillée et ses spots de skate... Qui sait ? En tout cas, se passer ce disque est comme une bonne dose de farniente et de glande en mode piscine/barbecue qui nous renvoie tout droit à l'époque de la Coupe du Monde de Foot remportée par la France... Oui, cet album date de 1998, et pourtant, on a du mal à y croire tant le son a plutôt bien vieilli, ce qui est assez rare finalement, surtout quand on note qu'il date de la même année que l'album éponyme qui apparaît davantage comme une démo.

Ce deuxième album de Zebrahead est donc un peu une version évoluée de "Yellow" sorti la même année, comme un second souffle pour sortir la tête hors de l'eau, le premier album n'ayant pas vraiment convaincu (moi, y compris) et n'ayant pas été signé chez des majors. Première grosse différence : un visuel. Mais ce n'est qu'un détail en comparaison de ce que Zebrahead met comme énergie dans sa musique, surtout lorsqu'on fait la comparaison entre les deux disques où on voit plusieurs titres qui ont été repris. Ce second effort est plus dense, plus riche, mais aussi plus varié. Le groupe conserve son style oscillant entre Métal Funk et Pop Punk avec le chant rappé caractéristique d'Ali Tabatabaee. "Check" ouvre l'album avec une énergie communicative qui se retrouve un peu partout au fil des quelques quatorze pistes de ce "Waste Of Mind", mais parfois dans une toute autre mesure.

Mais ce qui frappe le plus finalement, c'est l'efficacité des deux guitares qui multiplient les lignes à effets, alternant les riffs gras et ravageurs et les solos parfois franchement inspirés et bien sympathiques ("The Real Me", "Jag Off"). Le tout est "détendu du zgeg", comme diraient certains, et c'est vraiment sans prise de tête que l'intégralité de cette galette défile dans nos oreilles, et les textes ne diront pas le contraire. Un brin de légèreté, le côté Punk étant presque mis de côté. C'est vraiment un disque festif que Zebrahead pondait là (et il en sera de même pour pratiquement tout le reste de la discographie du groupe d'ailleurs).

Malheureusement, ce n'est pas un grand album. Difficile de dire pourquoi. peut-être tout simplement le genre en lui même qui ne permet pas de pondre une perle, même si on a déjà vu quelques groupes y arriver, et avec brio. Zebrahead fait donc du Pop Punk à la sauce Métal qui passe bien, mais sans plus. Ce qui assez dérangeant finalement tant il y a de petites choses par ci par là qui reflètent un certain niveau et une aptitude à jongler entre différents styles ("Walk Away"). Chacun est libre d'en penser ce qu'il voudra : les grands amoureux du genre (et du groupe) ont sans doute fortement apprécié cette galette (et l'apprécient encore). Personnellement, je prends mon pied, mais il n'y a pas vraiment de titres qui marque ma mémoire de sa mélodie ou son ambiance. Dommage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire