31/10/2012

[Album] Incubus : "S.C.I.E.N.C.E."

Artiste : Incubus
Album : S.C.I.E.N.C.E.
Deuxième Album
Sortie : 1997
Genres : Rock et Métal Alternatifs, Funk Métal
Labels : Epic Records, Immortal Records
Morceaux à écouter : Redefine, Vitamin, Favorite Things
♥♥♥♥
> Ecouter l'album sur Grooveshark <

Beaucoup de choses ont changé en seulement deux ans pour la bande de Brandon Boyd. Après un premier album assez "spécial" (que ce soit le visuel, les thèmes abordés et la musique), le groupe sortait ce deuxième effort ironiquement intitulé "SCIENCE". La musique est pour certains une science, et on peut dire que la formule préparée par Incubus était à cette époque complexe et alambiquée. Cependant, deux ans ont suffi pour que la mixture de "Fungus Amongus" devienne une véritable recette bien ancrée dans son époque : un Métal nerveux et riche qui ne reniait pas ses influences Funk, Rock, Rap et Electro. Un deuxième album qui a littéralement propulsé le groupe sur la scène internationale.

"SCIENCE", qu'est ce que c'est ? Excepté le fait qu'il ferait plus ou moins référence à l'élaboration de l'album, ce titre ne veut pas vraiment dire grand chose (on retrouve d'ailleurs le tableau de classification périodique sur ce visuel, les chimistes ne l'auront pas loupé !). Pour ce qui est du bonhomme moustachu, "Chuck", déjà aperçu sur la pochette de l'EP sorti l'année précédente et intitulé "Enjoy Incubus", une rumeur laisse supposer qu'il s'agirait du père de Brandon. Cependant, le groupe explique qu'il s'agirait en fait d'un portrait robot réalisé grâce à un morphing des visages de tous les membres du groupe... Pour ce qui est du contenu, ce deuxième effort offrait douze titres pour une cinquantaine de minutes de musique. Plutôt sympa, surtout quand on découvre la qualité du son et du travail effectué sur les compositions en comparaison de ce que "Fungus Amongus" présentait.

Une musique davantage maîtrisée et calibrée, mettant l'accent sur des solos toujours aussi inspirés et des lignes moins brouillons où l'accent est mis sur la qualité et non la puissance (grosse mode de l'époque et du Néo Métal qui tache). Incubus tendait donc déjà à se démarquer par ses inspirations Funk et Jazz ("Idiot Box") et un chant alternant entre tonalités Rap et envolées beaucoup plus clairs et affirmées qui démontraient une fois de plus que Boyd possèdait des cordes vocales mutantes. Ce n'est pas pour autant que le groupe renie les riffs gras à souhait ("New Skin", "A Certain Shade Of Green") sans en abuser toutefois, les bridges et couplets reprenant bien souvent des lignes beaucoup plus funky et légère où la basse trouve toute sa place et où la guitare de Mike Einziger multiplie les effets à la pédale pour des sonorités encore rarement vues.

Pour faire court, Incubus signait là un album percutant et davantage abouti que le premier, affirmant la maîtrise des genres et des instruments par ses différents membres (exemple de la basse slapée sur "Redefine") . Pour la plupart des fans, cet album est le véritable pilier de la musique du groupe et reste une référence du genre de la fin des années 1990. Un album cependant pas si accessible que ça tant les genres abordés étaient nombreux. Les réticents de la musique Métal ont tout de même trouvé (et trouveront) consolation dans des titres comme "Magic Medecine" et "Summer Romance" beaucoup plus légers.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire