02/10/2012

[Album] Guano Apes : "Don't Give Me Names"

Artiste : Guano Apes
Album : Don't Give Me Names
Deuxième Album
Sortie : 2000
Genres : Rock Alternatif, Métal Alternatif
Labels : BMG, GUN, Supersonic Records
Morceaux à écouter : Innocent Greed, Money & Milk, Too Close To Leave
♥♥♥
> Ecouter l'album sur Grooveshark <

Sandra Nasic et sa bande ayant fait leur petit effet lors de la sortie de leur premier album, le groupe remballe trois ans plus tard avec ce "Don't Give Me Names" qui, en plus d'une pochette à la direction artistique similaire au premier opus, vient sonner comme un écho avec ce titre évocateur. Après la chauve-souris, place à la fourmi.

Il ne faut que peu de temps pour se rendre compte que la grosse différence avec "Proud Like A God" est dans la production : le son est d'une bien meilleure qualité et chaque instrument est traité avec soin. Dès l'ouverture, on retrouve tout ce qui fait la force de Guano Apes : une guitare saturée et pourtant mélodique qui n'hésite pas à s'attaquer à des lignes aériennes parfois, une basse audible qui sonne bien et une batterie carrée et efficace. Mais c'est surtout Sandra qui, une fois de plus, offre toutes les facettes de sa voix, pouvant alterner entre chant crié et chant beaucoup plus aérien. "Innocent Greed" introduit donc très bien ce deuxième album.

Un deuxième album qui apparaît quelque plus posé que le premier : à l'image d'Incubus qui, au fil des années, est passé d'un Métal des plus efficaces à un Rock beaucoup plus doux et aérien mais tout aussi percutant, Guano Apes tendait à s'assagir avec ce second opus. En résulte des morceaux beaucoup plus matures et composés avec un souci du détail palpable, des lignes de guitare davantage Rock'n Roll que Métal (un peu tordu comme tournure, mais je me comprends...). Ainsi "Money & Milk", "Heaven" ou encore "Too Close To Leave" marquent une profonde évolution dans la musique du groupe (avec même quelques tendances Reggae !). Un changement amorcé par "Don't You Turn Your Back On Me" pour la bande originale du film "Meschugge" en 1999.

Malgré tout, on retrouve cette fougue musicale de la première heure qui n'est d'ailleurs pas pour nous déplaire. "No Speech" et "Gogan" renouent allègrement avec les premières orientations musicales du groupe : des refrains parfois hurlés, une guitare particulièrement lourde et grasse sur fond de lignes de basse et batterie funkies à souhait, sans oublier la reprise très réussie de "Big In Japan", tube culte du groupe Alphaville, lui aussi allemand.

On notera au passage le surprenant "Ain't Got Time" sur la version digipack de l'album avec son Rock Electro vitaminé qui aurait très bien pu inspirer Shaka Ponk pour leur premier album !

Un deuxième album qui valait donc autant le détour que le premier du groupe. Une qualité que les allemands de Guano Apes ont su faire perdurer tout en proposant une évolution dans leur musique et ainsi gagner en maturité et intérêt qui se retrouvent d'ailleurs dans les textes. Une fois de plus, c'était du bon boulot !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire