03/10/2012

[Album] Deftones : "Deftones"

Artiste : Deftones
Album : Deftones
Quatrième Album
Sortie : 2003
Genres : Métal Alternatif, Métal et Rock Expérimentaux
Label : Maverick Records
Morceaux à écouter : Needles and Pins, Deathblow, Battle-Axe
♥♥
> Ecouter l'album sur Grooveshark <

J'entends déjà les fans de Deftones me vomir sur la tête en voyant d'emblée la note accordée à cet album. Qu'on soit bien clair : le respect accordé à Deftones pour son travail est amplement mérité mais il arrive que chacun perçoive (ou ne perçoive pas) la saveur d'un album par rapport à celle dégagée par les autres. Et c'est exactement ce qui s'est produit ici.

"White Pony" avait créé la surprise à sa sortie, le groupe proposant une nouvelle vision de son travail et présentant ses nouvelles perspectives musicales. Mais on sent ici une certaine forme de retour aux sources, tout d'abord par la typographie similaire à celle employée pour "Adrenaline" et "Around The Fur". Généralement, un groupe qui sort un album éponyme laisse à penser que celui-ci est d'une maturité rare et que le travail effectué dessus est lui aussi d'une qualité rare. Il faut reconnaître que, comme tout album de Deftones, ce dernier est de qualité tout à fait respectable et qu'il propose une fois encore de nouvelles facettes de ce que le groupe peut produire comme musique.

Cependant, alors que "White Pony" se présentait en dents de scie (mais dans un sens positif de l'expression), avec tantôt des expérimentations, tantôt des restes des deux premiers génialissimes albums, ce quatrième opus m'est apparu étrangement "plat" et fade. Certes, on ne peut nier la profondeur dans la musique servie ici, avec plusieurs niveaux de lecture, la guitare de Carpenter écrasant le tout de sa lourdeur si particulière et agréable n'hésitant pourtant pas à servir des passages beaucoup plus aériens, cette guitare étant toujours suivie par un Abe Cunningahm au toucher alternant entre légèreté Rock et martelage Métal des années "Around The Fur". Tous ces éléments se retrouvent dans l'ouverture de l'album avec un très bon "Hexagram" où Chino prouve une fois de plus que ses cordes vocales tiennent la route, et ce malgré un embonpoint naissant.

Mais c'est un album plus posé et moins "puissant" (à prendre au sens où je l'entends) que nous avons là. Un album qui expérimente encore quelques petites trouvailles toujours à la sauce deftonienne. La preuve en est dès "Needles and Pins" avec ces quelques simples notes de guitare répétitives mais toujours efficaces coincées entre des refrains aux lignes d'accord où l'émotion est palpable, ce même morceau où Chi Cheng donne de la voix pour une composition aux sentiments à fleur de peau. On retrouve cette langueur sur "Minerva", balade beaucoup plus aérienne où cette guitare étrangement lourde et lente est toujours présente.

Tout irait bien si cet album suivait cette ligne directrice au long des quelques onze pistes proposées. Mais voilà, l'expérimentation atteint parfois des sommets qui en ont déstabilisé plus d'un ! C'est donc avec une grande surprise qu'on découvre des titres comme "Lucky You" ou "Anniversary of an Uninteresting Event" qui, sans être désagréables, loin de là, s'échappent clairement des sentiers balisés par les trois premiers albums du groupe. Une nouveauté qu'on ne leur reprochera pas mais qui aurait sans doute valu un EP ou même carrément un album pour mieux les appréhender. Ces touches New Wave et Trip-Hop sonnent comme une excentricité dans l'album où des titres comme "Deathblow" ont bien davantage leur place à mes yeux, sans oublier un "When Girls Telephone Boys" d'une rage presque vomie.

Un quatrième album bien plus surprenant que "White Pony" selon moi et qui malgré une volonté constance de renouvellement de la part du groupe tend à se perdre dans des expérimentations un peu trop brutes et importantes. Pourtant, cet album est loin d'être mauvais et fait office de véritable pièce à part, sans remplacer la pierre angulaire qu'était le fameux "poney blanc". Un album qui se redécouvre encore aujourd'hui tant il est difficile à appréhender.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire