14/07/2012

[Album] Puppetmastaz : "Creature Funk"

Artiste : Puppetmastaz
Album : Creature Funk
Premier Album
Sortie : 2003
Genres : Hip Hop, Electro, Hip Hop Alternatif
Label : New Noise Records
Morceaux à écouter : Pet Sound, Hip Hop Police, Humans Get All The Credit
♥♥♥
>Ecouter l'album sur Deezer<
>Puppetmastaz - Site Officiel<

La planète Hip Hop a vu atterrir sur son sol une véritable bande d'extra-terrestres de la musique pendant les années 1990. S'agissant davantage d'une ménagerie que d'ovnis, la création de Puppetmastaz reste plus ou moins obscure mais qu'à cela ne tienne : la simple vue de la troupe de marionnettes suffit à attirer l'attention et leur musique fait bien vite oublier les questions qu'on pouvait se poser sur le pourquoi du comment de ce collectif organisé et complexe.

En effet, Puppetmastaz est un véritable concept où il est difficile de savoir si il faut parler des artistes humains ou des marionnettes qui auraient pris le pouvoir sur eux, selon la légende. Sur scène, ce sont d'ailleurs les marionnettes qui assurent le show et, de la même façon que Gorillaz se cache derrière un groupe de personnages animés virtuels, le background de chaque marionnette est tellement développé (et sans doute lié à son marionnettiste respectif) qu'il est difficile de ne pas en parler comme des personnages réels à part entière.

On se retrouve donc avec plus d'une vingtaine de personnages haut en couleurs et autant de timbres de voix, de flows et d'histoires à raconter. Une ménagerie très prolixe qui s'en donne à cœur joie sur des beats et sonorités Electro qui mélangent sans complexe les genres et cassent les frontières. C'est "Pet Sound" qui ouvre le bal avec des synthés étranges et un son de flûte à la sauce cartoon. Outre un nombre incalculable de références à l'univers des Puppets et à leur appartenance plus ou moins marquée au monde des animaux et les diverses aventures qui s'y passent ("Zoology", "Ms. Bumblebee"), on retrouve une forte dose d'humour décalé et une critique acide de leurs créateurs dont ils auraient pris le contrôle ("Humans Get All The Credit"). On se laisse transporter de morceau en morceau, découvrant peu à peu l'univers tout entier des marionnettes : un monde décalé, tordu, comique et aussi proche du nôtre.

Les instrus sont surprenantes, colorées et empruntent ça et là à l'Electro, à la House, au Hip Hop plus "gangsta-Rap" (ou "gangstoy-Rap" comme disent les Puppets) à la sauce US ("Hip Hop Police") et même à d'autres genres plus "exotiques" comme des airs latino sur "Re-Evolve". ou des sonorités orientales sur "Golden Center". Bref, c'est dépaysant et ça change de tout ce qui a pu voir le jour avant la sortie de cet album. Les berlinois à l'origine de ce collectif n'avaient vraiment pas à rougir à l'époque de leur travail de composition, de leurs flows et de leur concept original même si le son et la production n'étaient pas encore à la hauteur du travail réalisé. Dans une autre mesure, Maniacx fera quelque chose de comparable plus tard en France, mais de façon plus conventionnelle.

Bref, un album de Hip Hop unique en son genre qui bien que simple dans son approche musicale reste un petit monument. Couillu et osé, c'est une galette vraiment sympa qui reste toujours aussi agréable à écouter, à découvrir ou redécouvrir. Un truc qu'on écoute quand on aime le Hip Hop ou qu'on est simplement curieux d'entrer dans cet univers déjanté. De plus, on peut ne pas aimer et apprécier tout de même le spectacle live réservé par les Puppets !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire