20/07/2012

[Album] Breaking Benjamin : "Dear Agony"

Artiste : Breaking Benjamin
Album : Dear Agony
Quatrième Album
Sortie : 2009
Genres : Métal Alternatif, Post Grunge
Label : Hollywood
Morceaux à écouter : Fade Away, Hopeless, Lights Out
♥♥(♥)
>Ecouter l'album sur Grooveshark<

C'est trois ans après le surprenant "Phobia" que Breaking Benjamin offrait ce quatrième effort sous le signe de la souffrance (et l'agonie d'un groupe déchiré entre problèmes internes, de droits d'auteurs et autres litiges financiers). Signant toujours chez Hollywood et travaillant toujours avec Bendeth à la production, on retrouve cette année-là le quatuor pour quarante minutes de musique en boîte environ étalées sur onze titres, le tout caché derrière un visuel énigmatique (un de plus) et un composition toujours aussi critiquable (comprenez cette typo d'un bien mauvais goût, toujours la même...).

Tandis que "Phobia" marquait une profonde fracture avec les deux premiers opus du groupe qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, on serait presque tenté de dire que ce léger penchant refait ici surface. En effet, il y a bien trop de points communs entre "Phobia" et cet album pour qu'ils ne sautent pas aux yeux (ou plutôt aux oreilles), une fois de plus...

Bon, on a beau dire, il y a quand même des points positifs à ce nouvel effort. Tout d'abord, c'est avec grand plaisir qu'on retrouve Monsieur Szilega derrière les fûts ("Hopeless"), sa contribution permettant toujours à l'ensemble de "garder la tête hors de l'eau". Ensuite, on notera une production toujours aussi propre, les instruments étant parfaitement bien audibles et le traitement de la voix de Burnley toujours aussi léché, lui offrant ce timbre quelque peu métallique parfois ("Fade Away"). Enfin, le travail de composition en général qui offre de jolies lignes se complétant mutuellement entre les deux guitares et la basse ("Crawl").

Maintenant, tout ça est bien joli, mais il faut reconnaître un côté "facile" à l'ensemble (musicalement parlant), la majorité des titres ne se démarquant que très peu de ce qui avait été fait sur "Phobia". On a même un léger retour aux sources (un peu décevant) avec ces morceaux au ton mielleux que le groupe pondait sur les deux premiers opus ("Give Me A Sign"). On a d'ailleurs toujours les mêmes types de sujets abordés dans les textes, simples et sucrés parfois, mais qui fonctionnent toujours, aussi étonnant que cela soit ("Without You"). Enfin, on relèvera certaines similitudes dans l'approche de certaines pièces comme "Hopeless" même si ces riffs gras à souhait sont loin d'être déplaisants.

En bref, un quatrième album dans la lignée de "Phobia", qui ose un peu moins et reste dans un domaine parfaitement maîtrisé. Breaking Benjamin fait du Breaking Benjamin et rien d'autre. Un album qui s'écoute et passe plutôt bien même si on regretta de ne pas avoir une nouvelle surprise comme celle qu'avait été "Phobia". Pour les fans ou amateurs du genre. Il suffit d'être un tant soit peu bon public pour accepter ce disque tel qu'il est.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire