13/01/2013

[Album] Chinese Man : "The Groove Sessions Volume 2"

Artiste : Chinese Man
Album : The Groove Sessions Volume 2
Deuxième Album
Sortie : 2009
Genres : Electro, Trip Hop, Hip Hop, Breakbeat, Sampling, Musiques du Monde
Label : Chinese Man Records
Morceaux à écouter : Calling Bombay, Post Tauma, Ordinary Man
♥♥♥
> Ecouter l'album sur Grooveshark <

On pensait avoir tout vu et tout entendu avec le premier album du groupe mais, à l'image de cette pochette faisant directement référence au premier volume des Groove Sessions, les gaillards ont "grandi" mais n'avaient pas encore tout montré de leur talent. Ce second album n'en est donc pas vraiment un mais est davantage une suite qui vient compléter celui de 2007 en y ajoutant encore plus de couleurs et de vibrations musicales tout droit venues de chaque coin de la planète.

On rentre dans le vif du sujet dès le premier morceau aux sonorités orientales (indiennes) où on retrouve cette touche Hip Hop marquée par un beat caractéristique et des basses sourdes qui elles nous rappellent davantage le Dub ("Calling Bombay"). La patte Chinese Man est identifiable (personnellement, j'y retrouve un côté Thievery Corporation avec le morceau "Lebanese Blonde") mais on voit déjà pointer de nouvelles inspirations pour la suite. Et les signes ne sont pas trompeurs.

En effet, ce second volume des Groove Sessions ne manque pas de surprises, bien qu'on peut noter un plus grand nombre de morceaux chantés où d'autres artistes viennent prêter leurs voix ("Our Time") ou leurs instruments (notamment White Jive sur "Ordinary Man" où les cuivres apportent une chaleur sympathique). On passe très bien de la musique cubaine ("Jumpin' in Havana") à la musique africaine ("Ayoyo") en faisant un détour évident par le Hip Hop ("Post Trauma"). Le collectif arrive donc une fois de plus à réunir des genres éclectiques (entre lesquels il existe parfois un véritable fossé) pour un résultat réussi.

Bien que ces alternances de genres peuvent parfois surprendre, on peut reconnaître que Chinese Man arrive une fois de plus à obtenir des morceaux musicalement cohérents où le mélange des genres passe bien, très bien même. On retrouve énormément de sonorités qui font penser à d'autres productions du même genre (d'un point de vue personnel, Ratatat sur "7th Street" par-exemple) mais la touche du collectif est toujours présente.

D'une façon plus générale, on peut aussi noter deux styles de morceaux : ceux à l'approche plus festive ("Calling Bombay", "Day By Day" remix) et d'autres plus calmes, posés, voire intimistes ("He Said") et contemplatifs ("Elysean Fields"). Il en résulte un album à la fois riche et complet mais, d'une façon paradoxale, tout aussi décousu et paraissant hétérogène. Ces deux points ne sont toutefois pas une surprise, la couleur ayant déjà été annoncée sur le premier effort.

Chinese Man livrait donc là un deuxième volume de compositions aux multiples influences et aux sonorités riches et variées. Un petit bonheur pour les oreilles en mal d'originalité. C'est toujours aussi frais et ça passe bien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire