14/04/2015

[Album] Animals As Leaders : "Animals As Leaders"

Artiste(s) : Animals As Leaders (Tosin Abasi & Misha Mansoor)
Album : Animals As Leaders
Premier Album
Sortie : 2009
Genres : Métal Progressif, Djent, Expérimental, Instrumental
Label : Prosthetic Records
Morceaux à écouter : Thoroughly At Home, On Impulse, Point To Point, CAFO
♥♥♥♥(♥)
> Ecouter l'album sur Youtube <

La branlette de manche n'a jamais été ma tasse de thé. Certes, il est facile de se laisser aller à regarder les prouesses de guitaristes remarquables, et admettre le talent de certains, voire le génie. Il n'empêche que des artistes comme Joe Satriani, Slash ou encore d'autres à la "suce-moi l'noeud" (humour) comme chez Dragon Force, ça ne m'a jamais botté. C'est balèze, c'est tricky, mais ça m'ennuie. Ce n'est qu'une question de goûts, évidemment. mes choix auditifs s'étant davantage portés sur des mecs comme Tom Morello, Mike Einziger ou à la rigueur, Buckethead. Il faudra désormais ajouter à cette liste (déjà longue comme le bras) un certain Tosin Abasi, véritable génie de la huit cordes.

Animals As Leaders est désormais un groupe mais ce projet musical a pourtant vu le jour en étant porté par un seul homme, ce fameux Tosin. Seul ? Pas vraiment car finalement, ce premier album éponyme ne serait pas ce qu'il est sans le travail de Misha Mansoor à la production, notamment des lignes de batteries programmées sur son ordinateur. Un travail en duo qui a débuté suite à la séparation de quatre mecs qui formaient le groupe Reflux. Peu connu, il y a pourtant une anecdote croustillante derrière ce détail : le travail d'Abasi à la guitare est déjà audible chez Reflux et les quatre compères du groupe sont depuis restés très proches. En effet, le chanteur Ash est le créateur du label Sumerian Records (chez qui est désormais signé AAL), le bassiste Evan Brewer a ensuite officié pour The Faceless (un groupe signé lui aussi chez Sumerian), et le batteur est apparemment affilié à Sumerian, lui aussi.

Bref. Animals As Leaders voit le jour en 2007 et Tosin Abasi mettra la barre très haut dès le début en démontrant avec ce premier album qu'il est une brute. Mais une brute inspirée. Plus de cinquante minutes en boîte et pas une minute qui soit d'un ennui profond. Au contraire même : la technique d'Abasi est tellement folle qu'il peut se permettre le luxe de jouer de tout, à toutes les vitesses, et à toutes les sauces. On a même droit à des expérimentations et exercices d'arpège qui feraient pâlir le premier prof de conservatoire venu ("Tessitura"), et ce avec des influences classiques et jazzy très reconnaissables ("Point To Point"). Cependant, aucun solo interminable ou de passage prétentieux, ce qui est fort agréable. Pour le reste, c'est évidemment très Métal et on pourrait même aller jusqu'à dire qu'AAL est sans doute l'un des meilleurs exemples pour illustrer le genre Djent : un Métal technique mêlant différents genres de jeux comme le picking en tremolo couplé à du double tapping ou même du slap (et si vous voulez prendre une leçon, elle est donnée par monsieur Tosin en personne). Une richesse technique qui offre des sonorités et mélodies particulières qui font l'identité de la musique d'Abasi.

Mais ce qui fait le pouvoir de la musique d'AAL, c'est qu'elle est universelle car instrumentale. Ainsi, chacun mettra ses propres images sur la musique de Tosin Abasi qui nous livre des pièces à la fois sensibles, mélodiques, parfois aériennes, ou au contraire beaucoup plus épiques, boostées par des accords lourds à la huit cordes, le meilleur exemple restant incontestablement "CAFO", pièce maîtresse de cet album.

Même si on ne peut que s'incliner devant la maîtrise de la guitare dont Abasi fait preuve, il y a tout de même des chances d'être blasé par tant de technique, sans parler du fait que le genre musical n'est pas accessible à tout le monde. Et on est vite tenté de lancer des réflexions du genre "Ouais, mais en live c'est pas faisable de toutes façons". Des réflexions justifiées si on se réfère à d'autres "marathons guitaristiques" comme chez Dragon Force où la prouesse est bien rarement exécutée sans faute lors de prestations Live. Pourtant, assister à un Live d'AAL est une expérience unique (voir Live Report du concert de 2014), Abasi semblant presque s'ennuyer (façon de parler) en jouant ses propres compos. C'est impeccable, et rien que pour ça, on se doit d'applaudir, qu'on aime ou pas.

Un premier album riche, complet, technique et beau à la fois. Un truc gonflé et très ambitieux qui passe pourtant très bien, sans paraître pompeux malgré un talent qui n'est vraiment pas loin du génie. Un Djent personnel signé Tosin Abasi qui mettait Animals As Leaders sur les rails pour une belle destinée. Ultra balèze !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire