03/05/2013

[Album] Ill Niño : "One Nation Underground"

Artiste : Ill Niño
Album : One Nation Underground
Troisième Album
Sortie : 2005
Genres : Néo Métal, Métal Latino, Métal Alternatif
Label : Roadrunner
Morceaux à écouter : This Is War, Corazon Of Mine, In This Moment
♥♥♥
> Ecouter l'album sur Youtube <

On sentait Ill Niño sur la mauvaise pente dès le deuxième album, s'aventurant dangereusement sur le terrain du Néo métal commercial et suivant plus ou moins la piste chaotique empruntée par Linkin Park. Il est vrai que "Confession" et "Meteora" comportaient tous deux les mêmes symptômes de la mauvaise graine du Métal sans réelle saveur et à la recette convenue, donc sans réel danger. On ne va pas y aller par quatre chemins : ce "One Nation Underground" a plutôt bien rectifié le tir et malgré quelques facilités, permet de ne pas sonner comme un médiocre "Minutes To Midnight".

Avec treize titres et presque quarante cinq minutes au compteur, on peut dire que le groupe présentait là un album convenable. Mais, comme avant chaque première écoute d'un nouveau disque d'un combo que l'on connaît bien, il toujours cette question : "à quoi va-t-on avoir droit ? dégringolade ou bonne surprise ?" Concernant ce troisième effort d'Ill Niño, la réponse ne se fait pas attendre. En effet, c'est un "This Is War" dégoulinant et intelligemment placé en ouverture qui vient répondre à ces questions. Dès l'intro, les ingrédients qui font toute l'identité du groupe sont présents : percussions, guitares saturées, double pédale et ambiance latino. Le premier couplet réconcilie les fans de la première heure qui avaient boudé ce côté si convenu et sucré du Néo Métal présenté sur l'opus précédent : Machado s'est remis au cri vengeur et envoie la purée. Un cocktail qui rappelle d'emblée les bonnes impressions du premier album. C'est violent, puissant, mais ne renie pas pour autant les passages aériens et les solos aux airs flamenco.

Le plaisir est retrouvé mais une question subsiste toujours : poudre aux yeux ou ligne directrice pour l'intégralité de l'album ? "My Resurrection" qui déboule ensuite semble enfoncer un peu plus le clou : il y a bien un retour aux sources de la part d'Ill Niño et en même temps, un petit on ne sait quoi de neuf. Une nouvelle énergie et un côté Speed Métal pas si désagréable. En somme, une résurrection qui fait bien plaisir.

Alors, évidemment, tout l'album ne reste pas sur le même ton que les deux premiers titres, et tant mieux finalement, car on se serait sans doute vite lassé. Ce qui est cependant très agréable, c'est de retrouver les percussions de Daniel Couto sur l'intégralité des pistes de cette galette et ce de façon très audible, ainsi que certaines parties chantées en espagnol ("Corazon Of Mine"). Pour le reste pas grand chose à dire, Ill Niño livrant là un album fort sympathique et entêtant qui corrige les erreurs faites sur l'opus précédent beaucoup plus plat. On notera l'apparition de synthés sur le refrain de "In This Moment", une touche Electro toute nouvelle (et assez surprenante il faut l'avouer) qui passe plutôt bien et vient enrichir l'ensemble en plus d'en étoffer l'intensité.

On retrouvait donc Ill Niño en grandes pompes pour un petit bonheur coupable car l'ombre de "Confession" planait toujours dangereusement sur ce nouvel effort. En effet, malgré une énergie débordante et un retour aux premières inspirations, il traînait toujours un peu de Néo Métal simpliste par ci par là ("My Pleasant Torture"). Une touche pourtant bien camouflée dans les nouvelles intentions du groupe qui prouvait qu'il était encore capable de faire de belles choses. Pas désagréable.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire