30/06/2012

[Album] God Is An Astronaut : "All Is Violent, All Is Bright"

Artiste : God Is An Astronaut
Album : All Is Violent, All Is Bright
Deuxième Album
Sortie : 2005
Genres : Post Rock, Rock Atmosphérique, Progressif, Instrumental
Label : Revive Records
Morceaux à écouter : All Is Violent, All Is Bright, Suicide By Star, Remembrance Day
♥♥♥♥
>Ecouter l'album sur Grooveshark<

Trois ans après leur premier album, les irlandais de God Is An Astronaut remettaient le couvert avec ce second effort d'un charme difficilement comparable. Un petit changement dans le line-up n'y a sans doute pas été pour rien : en effet, le batteur Noel Healy est remplacé par Lloyd Hanney dès 2004. Derrière une pochette toujours aussi sobre et étrange se cache donc un nouveau départ pour le groupe.

Plus qu'un nouveau départ, une véritable renaissance : comme un contre-sens au titre de l'album, l'introduction est assurée par une pièce répondant au doux nom de "Fragile". On retrouve tout ce qui fait l'identité de GIAA : des notes de guitare tellement légères qu'elles feraient pâlir une plume, des synthés eux aussi très aériens, d'une douceur très agréable, puis cette (ces ?) voix haut perchée(s), comme un murmure spectral lissant le tout. Une délicate montée en profondeur et puissance où la batterie apparaît doucement pour enfin sonner fort et clairement pour appuyer le tout dans un final puissant. C'est beau, léger et pourtant riche en émotions. Une parfaite mise en bouche pour la suite.

Une suite qui, comme dans le premier effort du groupe, garde cette ligne directrice qui fait toute l'identité de la musique des gaillards. Ainsi, on retrouve la plupart de ces ingrédients sur "All Is Violent, All Is Bright", pièce maîtresse de cette galette, où la longue montée en puissance se conclut par un tempo plus soutenu et une batterie omniprésente. Un déluge d'énergie toujours porté par ces sons d'ambiance cristallins et spectraux. La plupart des pièces de l'album sont structurées de cette façon : une introduction planante, telle un murmure, qui monte jusqu'à une explosion finale et le retour au calme. Peut-être un peu répétitif au final mais bel et bien jouissif.

Ainsi, "Suicide By Star" offre un martèlement à la double pédale jusque là impensable mais cette surprenante puissance (voire violence) vient offrir une nouvelle opportunité artistique à la musique du groupe. C'est beau et on exulte tellement c'est bon.

Le reste ne se démarque pas tant que ça mais reste dans la lignée de ce qu'avait proposé GIAA sur leur premier album : clair et limpide mais surtout efficace. On a même droit à une nouvelle version de "Remembrance" avec "Remembrance Day" qui permet de mettre en relief toutes les nouvelles subtilités de la musique du groupe (dont la nouvelle batterie est sans doute le point le plus marquant).

Enfin, même si on peut souligner le fait que ce deuxième album sonne davantage Post Rock et beaucoup moins Electro / Ambiant, on a tout de même droit à un morceau se rapprochant davantage des orientations Trip Hop d'auparavant avec "When Everything Dies".

Bref, un deuxième album subtil et plus approfondi, plus Rock et plus violent parfois que son prédécesseur. Une galette avec davantage de subtilités et des pièces plus identifiables. Peut-être à ne pas écouter à toutes les sauces de par son aspect planant et mélancolique mais qui reste tout de même quelque chose d'original, confortant le groupe irlandais dans sa propre musique et son propre style. Vous l'aurez compris, c'est "propre" et ça laisse rêveur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire