05/05/2012

[Album] Ill Niño : "Confession"

Artiste : Ill Niño
Album : Confession
Deuxième Album
Sortie : 2003
Genres : Métal Alternatif, Néo Métal, Métal Latino
Label : Roadrunner
Morceaux à écouter : How Can I Live, Cleansing, Lifeless...Life...
♥♥
>Ecouter l'album sur Grooveshark<

Après un premier album fort sympathique qui sentait bon la hargne et les airs latino, on pouvait s'attendre à quelque chose de mieux de la part d'Ill Niño pour un deuxième effort. Mais le résultat est là : ça sent bon le Néo Métal "qui fonctionne" du début des années 2000. Derrière une pochette dans le même ton que la précédente (même typo, même gamme colorée), on sent pointer comme un double sens religieux dans cet album. Quoiqu'il en soit, Ill Niño revenait avec un deuxième opus qui n'a pas trop mal fonctionné à l'époque mais qui s'avère être bien en deçà de ce qui avait déjà été proposé deux ans plus tôt.

Pourtant le contenu était agréable : une cinquantaine de minutes d'écoute pour quatorze titres aux sonorités Métal "gras" et aux chants beaucoup plus mélo. C'est sans doute là que ça ne passe pas. Car certaines pièces perdent leur sens et surtout leur intérêt en développant un Néo Métal tout ce qu'il y a de plus basique. Malgré quelques arrangements édulcorés, on se perd dans une certaine forme de platitude ("Have You Ever Felt ?") où rien ne décolle, ni la voix de Machado, ni les instruments même si on retrouve les guitares flamenco et les airs latino sur des solos charmants qui font tout le charme du groupe ("Numb").

Le tout reste un peu trop gentillet et ne s'accorde plus les envolées violentes et hargneuse du premier album. Comme si une page était tournée et que la cible avait changé. "Commercial" dites-vous ? Peut-être un peu.

Pourtant tout commençait plutôt bien. Avec un "Te Amo... I Hate You" en ouverture, on pouvait supposer que la sauce serait badigeonnée sur l'intégralité de cette galette, un peu comme un un bon plat pourtant très épicé. Des cris hurlés, presque vomis, suivis d'envolées lyriques au chant clair avec des percussions sur fond de double pédale sauvage. Mais dès le second morceau, un nouveau côté Mélodique incroyablement sucré fait son apparition (un clip avec une jolie femme en détresse, des effets spéciaux douteux : on est bien dans le ton du Néo Métal pour teenagers en mal de vivre !). Bien évidemment, tout n'est pas à jeter : il y a là-dedans quelque chose d'efficace qui aura eu le mérite d'être accessible au plus grand nombre. Mais cette nouvelle direction devient regrettable au fil de l'album où on se perd de plus en plus dans un Néo Métal beaucoup moins intéressant.

Bon évidemment, c'est facile de critiquer car les refrains deviendraient presque entêtant, facile à chantonner et on se surprend à fredonner quelques phrases d' "Unframed" par-exemple. Quelques tentatives d'expérimentations sont faites avec l'étonnant "Re-Birth" au rythme soutenu mais ce sera bien la seule surprise de cet album pas désagréable mais très convenu.

Facile d'accès et efficace car calibré pour faire mouche, ce deuxième album est réservé aux "grands" fans de Néo Métal. Les autres écouteront par curiosité parce que ça se laisse écouter. Les autres passeront juste leur chemin. Dommage car le potentiel du groupe (qui avait été clairement démontré dans leur premier album) est loin d'être mis en avant ici. Si telle est la "Confession", ou pourra alors tenter de leur pardonner...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire