09/03/2017

[EP] Casablanca Drivers : "¿Donde Estoy?"

Artiste : Casablanca Drivers
EP : ¿Donde Estoy?
Sortie : 2016
Genre : Rock, Surf Rock, Rock Psychédélique
Label : Sons Of Beaches
♥♥♥♥
> Ecouter l'EP sur SoundCloud <

De qui on parle ? Ils sont corses et se sont rassemblés en 2011 pour former Casablanca Drivers. Ces gars-là sont amis et même s'il vaut mieux bien s'entendre pour jouer dans un groupe, ça se voit dans certains de leurs clips (voir le bêtisier de "The Shores Of Danger"). Avec un amour certain pour la rigolade et le Rock'n Roll, ils prennent le titre du film sorti en 2004 et réalisé par Maurice Barthélemy  pour nom de bande. Qu'on aime ou qu'on n'aime pas Casablanca Driver, il faut reconnaître le ton décalé et le discours totalement perché du film, ce qui en fait un objet (presque) unique, un peu comme ce groupe français finalement. Après un premier EP sorti en 2014 et répondant au nom énigmatique de 2002PIZZA (en écoute sur BandCamp), les corses désormais installés à Paris ont pondu en 2016 ce second effort au visuel qui communique finalement peu. On notera toutefois l'emploi de beaucoup de langues différentes, ¿Donde Estoy? signifiant "Où suis-je ?" tout en étant accompagné d'un texte en japonais. Ce recueil comprenant en plus des morceaux aux titres en espagnol avec "La Ola" et en allemand avec "Das Autobahn", le tout chanté en anglais. Perturbant.

Chaleur chaleur ! ¿Donde Estoy? a beau débuter par un "Red Man" qui nous parle du Père Noël en faisant ainsi un rappel à l'hiver, ce sont davantage le soleil et l'air chaud de l'été qui traversent nos oreilles à l'écoute de cette basse si ronde et ces guitares ruisselantes. Casablanca Drivers manipule ici le Rock comme un cache-misère qui nous emmène très loin du thème abordé. On pourrait croire que ce subterfuge musical n'est qu'un parti pris pour ce premier titre mais c'est en fait toute la direction musicale de ¿Donde Estoy? qui s'expose avec ce premier morceau. Les Casablanca Drivers nous plongent dans un univers à part, entre plages américaines avec palmiers et Rock psychédélique des années 60 et 70. Véritable coup de rétro dans les oreilles, on se laisse emmener par cette batterie faussement naïve et qui se fait discrète pour laisser des nappes de guitares s'écouler avec amour dans les airs. Tout est fait pour nous plonger dans cette dimension à la fois oldschool et délectable : c'est lumineux, chaleureux et diablement bien orchestré, chaque instrument semblant traité avec un soin tout particulier. Et que dire de ces voix suaves et langoureuses qui semblent vouloir faire l'amour à nos tympans ? Vraiment, il n'y a pas grand chose à dire tant la qualité est remarquable et la direction musicale claire et limpide comme l'eau d'un lagon, ce même lagon dans lequel on se verrait aisément faire trempette en sirotant un bon cocktail sous le soleil.

La classe américaine. Tout y est : un anglais dégoulinant avec un naturel déconcertant ainsi que des guitares hurlantes et pourtant liquides qui font passer le moindre solo pour une déclaration d'amour (et d'humour ?) au Rock d'une époque pourtant réservée aux gens assez vieux pour l'avoir traversée. Mais c'est aussi (et surtout) ce ton et cet univers tout autant décalés qu'assumés qui font toute la différence. En résulte une identité singulière que les Casablanca Drivers distillent aussi dans des vidéos qui illustrent parfaitement leur musique. Que ce soit "La Ola" et son clip tourné sur fond vert dont le synthé est tout aussi psychédélique que les animations balancées derrière les membres du groupe, la thématique faussement sociale de "Red Man" et son clip un poil subversif ou plus récemment cet échange avec Jean-Claude Van Damme dans le clip de "The Shores Of Danger" (nouveau clin d’œil, aux années 80 cette fois), on est face à des mecs qui ont compris comment captiver l'audimat tant musicalement que visuellement. La grande classe !

Dans le mille ! Faites le test : passez cet EP dans n'importe quelle soirée et il y aura forcément un moment où quelqu'un vous dira "Hey c'est pas mal, ça. C'est qui ?". Peu importe ce qu'on aime habituellement écouter, la musique des Casablanca Drivers a cet étrange pouvoir de plaire à tout le monde, ce côté passe-partout entre chill et déconnade qui lui permet de faire mouche à tous les coups. Les corses maîtrisent leur sujet et nous en font profiter au maximum. Et on ne va pas s'en plaindre ! Un EP à écouter dans toutes les conditions et peu importe avec qui : ça sera de toute façon un bon moment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire