25/01/2016

[EP] Fossil Eyes : "Fall 2013"

Artiste : Fossil Eyes
EP : Fall 2013
Sortie : 2013
Genre : Emo Rock, Rock Progressif, Postcore
Label : Autoproduction
♥♥♥(♥)
> Ecouter et Télécharger gratuitement l'EP via BandCamp <

De qui on parle, déjà ? D'une bande originaire d'un bled du Michigan, aux Etats-Unis. Des gens qui font de la musique pour le plaisir et qui surtout ne demandent rien en retour, chacune de leur production étant littéralement offerte en téléchargement gratuit via la page BandCamp du groupe. Après une première démo de trois titres sortie courant 2012, le groupe proposait ce nouveau recueil un an plus tard, en automne, et le baptisait sobrement Fall 2013. On sent d'ailleurs chez le groupe un intérêt plus que faible pour nommer ses productions, chaque morceau ici n'ayant comme titre qu'un chiffre accompagné du terme "track". Plutôt sobre. Cependant, on notera tout de même la présence des textes postés sur cette page BandCamp et ça, c'est plutôt sympa.

Musicalement, ça donne quoi ? Fossil Eyes n'avait présenté que trois titres une année plus tôt mais il y avait du potentiel et surtout une intention musicale évidente. Ce Fall 2013 vient largement combler nos attentes avec des mélodies et compositions rudement bien fichues. Avec ce visuel nous donnant l'impression de souffrir d'un strabisme et qui s'inscrit dans le même registre que celui de la Demo 2012, Fossil Eyes proposait là une véritable évolution dans sa musique. Comme si le groupe avait grandi et mûri pour proposer quelque chose qui lui correspond et qui tirait sa force des trois titres déjà présentés. Un recueil de cinq pièces toujours dans la même direction Emo Rock/Post-plein-de-choses mais qui cette fois n'est pas avare en introductions et passages instrumentaux poétiques et inspirés. Un vrai plaisir surtout quand la musique communique autant d'émotions que ces textes torturés, chantés avec toujours la même colère et la même mélancolie. Il y a du travail et c'est un très bon moment qu'on passe à écouter les instruments s'exprimer pour porter une voix qui, dans un sens, rappelle Rou sur le premier album d'Enter Shikari (dans un autre registre toutefois). Entre l'intro jouissive de cette "Track 1" qui s'étire sur presque une minute et trente secondes, ces deux guitares semblant dialoguer sur "Track 2", ce final explosif sur "Track 3", cette guitare solo miroitante sur "Track 4" et "Track 5", il y a véritablement quelque chose qui se passe, qui prend aux tripes, comme si la voix n'était qu'un habillage venu s'ajouter avec harmonie aux instruments sans être véritablement nécessaire. Et, de ce fait, celle-ci se fond dans l'ensemble et devient un bonus permettant tout simplement de poser un message humain sur le langage de la musique. C'est fort et on y revient avec un (très) grand plaisir. Reste que ce chant pleurant ne plaira pas à tout le monde, il faut le reconnaître. En ce sens, Fossil Eyes aurait très bien pu être un groupe instrumental mais là n'est tout simplement pas l'objectif de la formation.

Et qu'est-ce qu'on nous raconte ? Comme dit plus haut, le groupe a aussi la générosité et surtout la bonne idée de fournir les textes de chacun de ses morceaux. Et ça, quand on ne parle pas couramment l'anglais, c'est une aide précieuse pour saisir le minimum de ce que Jared Koons veut nous raconter. Alors, évidemment, on sait plus ou moins que l'Emo, c'est (souvent) un condensé de sentiments enfouis et de frustration amoureuse. Dès le premier titre, on sent qu'il est question d'un rapport à une personne, d'une fin de relation, d'une rupture qui laisse un grand vide dans l'existence. Et ce ne sont pas les notes pleurantes de la seconde moitié du morceau qui feront dire le contraire. Ensuite, il suffit de se pencher davantage sur le champ lexical pour comprendre que notre ami Koons est plutôt torturé à l'intérieur, partagé entre se morfondre ou aller de l'avant ("Some said evolve, some said give up, and others tell me good luck" sur "Track 2") Pessimiste ? Dépressif, même ? Peut-être. Ou alors, il joue parfaitement son rôle au micro, interprétant ses textes avec tant de conviction qu'on y croit sans broncher. Ainsi, on peut relever quelques lignes comme "All hope is gone" en conclusion de "Track 3" ou "I'm isolated here, all alone. I've never felt so at home" sur "Track 5". De la joie à l'état brut, qu'on vous dit ! [irony inside] N'empêche qu'on a envie de sourire de cette tristesse dégoulinante mais qu'on se laisse facilement prendre au jeu, la musique ayant ce pouvoir suffisamment fort pour nous faire oublier le propos des textes. Et ça, c'est balèze.

Un recueil touchant. Le constat est facile à faire : on peut ne pas aimer l'Emo Rock pour tout ce qu'il représente et apprécier cet EP pour son intérêt musical. Fossil Eyes a décidément mis la barre assez haute, misant sur des morceaux plus longs que sur la Démo 2012 et où les instruments se taillent une belle part. C'est même parfois très Progressif sur les bords (la seconde moitié de "Track 5" par-exemple) et on prend plaisir à se réécouter les mêmes morceaux, pour revivre et ressentir à nouveau l'énergie libérée par les guitares torturées ou la luminosité de certaines lignes solo. Et quand on en est là, c'est que la musique est plutôt bonne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire