07/10/2015

[Live Report] God Is An Astronaut + Young Cardinals (CCO Villeurbanne / Lyon)

C'est en réécoutant l'EP de Young Cardinals et un album pris au hasard dans la discographie de God Is An Astronaut (l'album éponyme sorti en 2008, en l'occurrence) que je me suis soudainement souvenu de cette soirée vraiment sympathique qui s'est déroulée entre les murs du CCO de Villeurbanne le 29 avril 2015.

Une soirée placée sous le signe du Rock Progressif mais décliné sous deux formes bien différentes, les irlandais de GIAA préférant la musique instrumentale pour s'exprimer.

Le CCO de Villeurbanne fait partie de ces salles lyonnaises trop petites pour de grosses têtes d'affiches mais parfaitement adaptées pour des groupes de qualité désireux de se produire dans de bonnes conditions. Au même titre que le Warmaudio ou le Marché Gare, la capacité modeste de cette salle permet de se retrouver en comité restreint pour profiter au mieux des artistes.

C'est donc dans une ambiance chaleureuse qu'une petite bande d'environ 150 personnes s'est retrouvée pour passer la soirée en compagnie de deux groupes plutôt méconnus du grand public. Les Young Cardinals n'avaient à leur compteur qu'un EP de quatre titres mais ce petit recueil aura suffi aux lyonnais pour se faire un (petit) nom. Une renommée ayant pris davantage d'ampleur depuis la signature chez Send The Wood, le label indépendant basé à Montpellier. Comme d'habitude, les lyonnais pétaient le feu et étaient très fiers de partager la scène avec God Is An Astronaut. Une soirée avec un goût tout particulier pour les petits protégés de Fabrice Boy (toujours aux manettes de balances très bien faites pour une réussite sonore notable), le groupe fêtant son dernier concert avant de s'enfermer en studio pour enregistrer son premier album. Lors de cette soirée, le groupe aura joué sept morceaux dont six de ce futur opus et l'incontournable "Eyes Wide Open" extrait de l'EP Lights | Burns | Despair. Une très belle façon de se faire une idée de ce que les Young Cardinals ont sous le capot et qu'on pourra découvrir prochainement. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette galette promet du lourd. Malgré un début de soirée où la fosse sera restée plutôt timide, le groupe réussira à chauffer tout le monde avec ces fameuses nouvelles compos qu'on a hâte d'entendre dans les conditions optimales que peuvent offrir un bon casque audio et un fauteuil digne de ce nom. Un set toujours aussi bien exécuté, très pro, vivant malgré le côté shoegaze de la musique du groupe, qui gagne en cachet avec le temps, à l'image de Jordan qui s'était tondu la tête pour l'occasion, abandonnant ses cheveux longs mais vivant ses textes sur scène avec toujours autant de passion. Comme il l'a déjà été dit (à l'occasion du concert du groupe au Marché Gare quelques mois plus tôt notamment), Young Cardinals semble très bien parti pour devenir un groupe de gros calibre dans les mois ou années à venir.


Sont ensuite arrivés les irlandais de God Is An Astronaut, un groupe emblématique du Post-Rock et Rock Progressif à tendance atmosphérique de la scène mondiale. Le groupe, qui devait jouer à Lyon en fin d'année 2014, avait été contraint d'annuler quelques dates de sa tournée (dont celle de Lyon justement) en raison de l'inaptitude de son batteur à pouvoir jouer pour des raisons médicales suite à une infection due à des piqûres d'insectes aux jambes. On attendait donc avec impatience le passage des irlandais pour un concert en terre lyonnaise.
Déjà huit albums au compteur et un nombre impressionnant de compositions qui prouve que le quatuor n'est pas en manque d'inspiration malgré une musique sans parole. Ou plutôt sans texte. Car la présence des micros sur scène venait rappeler que les irlandais donnent de la voix pendant certains de leurs titres, y ajoutant ces nappes spectrales, comme soufflées, qui font toute l'identité de leur musique.
Mais ce qui fait aussi le charme de God Is An Astronaut, c'est l'humanité (et la simplicité oserai-je dire) qui se dégage de ses membres. Outre les deux frangins Kinsella qui communiquent aisément avec le public, manifestant une joie évidente d'être sur scène, certaines personnes (dont les Young Cardinals) rapporteront que ces gars-là sont des "crèmes", des gens adorables avec qui il était très agréable de passer du temps. Les irlandais ne manqueront d'ailleurs pas de saluer les membres du groupe lyonnais pendant leur set, sans oublier d'arborer un t-shirt à l'effigie des Young Cardinals. Une dédicace qui en dit long sur les relations qu'ont pu créer les deux formations en quelques dates seulement.
Concernant le set, pas grand chose à dire. C'était une véritable expérience que de voir cette musique instrumentale prendre vie sous les yeux d'un public qui a manifestement apprécié la prestation. D'un prime abord plutôt intimiste et calme, la musique de God Is An Astronaut se voit métamorphosée sur scène, portée par des bonhommes ne regardant pas que leurs pieds en jouant et libérant une énergie communicative. Et tout ça en n'étant pas avares en remerciements et petits mots glissés entre chaque morceau. Une setlist variée, reprenant certains titres emblématiques tels que "The End Of The Beginning", "Fragile" ou encore "Forever Lost", avec trois morceaux plutôt pêchus comme "Vetus Memoria" extraits du dernier album Helios | Erebus sorti en 2015, sans oublier une conclusion jouissive sur "Suicide By Star", une tuerie. Sans aucun doute le titre le mieux adapté pour terminer un concert de cette qualité.

Young Cardinals
God Is An Astronaut
Une soirée dont on se souvient avec délice, où reignait une ambiance conviviale et où le son était vraiment très bon. Il n'y a parfois pas besoin d'une affiche chargée pour faire d'un simple concert une grande soirée quand la qualité prime sur la quantité et Sounds Like Hell l'a bien fait comprendre ce jour-là. Un souvenir certes flou mais qui ne donne qu'une envie : se réécouter la discographie de God Is An Astronaut et surtout patienter jusqu'à la sortie du premier album des Young Cardinals.

Remerciements, donc, à l'association Sounds Like Hell pour proposer des soirées de cette qualité. Remerciements aussi à Kymmo Photographie pour ses jolis clichés et n'hésitez pas à aller voir l'album photo de cette soirée dans son intégralité sur sa page Flickr. Remerciements aussi à Fabrice Boy pour l'attention qu'il porte à nos tympans et sa gentillesse ainsi qu'aux membres de Young Cardinals pour les quelques mots échangés lors de cette soirée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire