03/12/2012

[EP] Dead Sailors : "D.↓.S"

Artiste : Dead Sailors
EP : D.↓.S
Sortie : 2012
Genres : Post Rock, Emo, Instrumental
Label : Autoproduction
♥♥♥♥
> Ecouter et Télécharger l'EP sur BandCamp <

Ahhh ! La Bretagne ! Ses crêpes, son cidre, son chouchen, son océan, ses marins... Tiens, oui les marins ! Quand ils ne prennent pas le large, tout laisse à croire qu'ils font de la musique. Du biniou ? De la harpe ou de l'accordéon ? Pas tous. L'inspiration musicale vient à toucher une nouvelle génération qui s'inspire très bien de ce qui se fait outre Atlantique, et on ne leur en voudra pas quand ça sonne bien et que le plaisir se ressent. Dead Sailors, ce sont quatre gars qui, fraîchement rassemblés, un peu plus tôt dans l'année, ont offert un premier EP sur la toile qui a déjà conquis son public et fait quelque peu parler de lui à la fin de l'été.

Au programme, quatre morceaux, dont un sobrement intitulé "Intro", ce qui laisserait à penser que l'on est face à seulement trois titres. Erreur. Et, de toutes façons, on dit bien souvent que la qualité prime sur la quantité alors quand le dicton est corroboré par une musique efficace, on ne va pas se plaindre. Les "Marins Morts" sont donc là pour simplement présenter leur musique, leur monde, leur potentiel. Quatre titres qui distillent chacun une ambiance et un style propre, comme pour bien montrer que le quatuor est capable de toucher à plusieurs genres bien distincts.

Ainsi, tout débute avec une "Intro" où ce qui frappe en premier lieu, c'est la qualité du son : un mixage/mastering d'une qualité irréprochable pour un EP en autoproduction (il suffit de comparer avec l'EP de LD Kharst par-exemple pour tout de suite entendre la différence). Ensuite, ce sont ces notes aériennes, comme une litanie mélancolique portée par la houle, que la batterie vient marquer et ponctuer de coups nets et précis ou de légers roulements aux toms. Puis cette voix, écorchée, pleurante, presque brisée qui vient débiter un texte presque à l'agonie, le tout porté par des chœurs chaleureux. Tout est dit. On y est. Et on n'a qu'une envie, c'est de poursuivre le voyage.

Et la suite ne tarit pas en surprises : on enchaîne avec "You're Not My Friend" beaucoup plus nerveux, aux sonorités Post Rock et Métal beaucoup plus affirmées, et cette ligne inspirée portée par une batterie ô combien jouissive. Oui, l'inspiration est bien là, et on se délecte à écouter ces deux voix écorchées se répondant même si il y a fort à parier que beaucoup de gens y seront allergiques ! Chacun ses goûts, mais les bonhommes le savent bien : ils ne plairont pas à tout le monde et ils s'en moquent bien. La musique est là, la passion aussi, et toujours ces chœurs d'une intensité et une sensibilité communicatives. Un titre qui passe comme une lettre à la poste.

On pourrait croire qu'on a tout vu, tout entendu, mais seule la moitié du voyage a été effectuée. Et on est une fois de plus surpris avec "At The Hospital" où c'est dans un anglais presque parfait que l'on déguste les textes parlés sur un ton pratiquement humaniste tinté à la fois de mélancolie et d'optimisme presque noircis par une réalité bien souvent implacable. Comme écorchés à vif, les compères communiquent exceptionnellement bien leurs sentiments et on est pris aux tripes, bien malgré nous.

Comme si ça ne suffisait pas, le meilleur est pour la fin : un "Apollo' qui nous propulse dans l'espace d'un Post Rock délicieux. Preuve que le combo maîtrise sa musique, un morceau instrumental construit sur la fameuse transmission radio de la mission spatiale du même nom où tous les ingrédients qu'on connaît déjà et qui fonctionnent chez des groupes comme Long Distance Calling ou Russian Circles sont employés avec brio. Introduction, montée, bridge, notes dissonantes : tout est là et l'expérience est un plaisir incommensurable. Pas que ce titre soit exceptionnel en comparaison des pointures citées ci-dessus mais quand on pense à nos petits français composant un titre pareil, c'est avec une certaine fierté qu'on espère qu'ils iront loin ! Tout comme leur "Apollo" nous emmène loin...

Un premier EP de quatre titres seulement mais d'une qualité rare : un son impeccable, des compositions soignées, efficaces et maîtrisées. Un petit bonheur dont on aurait tort de se priver, surtout quand on peut se l'offrir gratuitement depuis BandCamp. Et même si la voix des compères en rebutera plus d'un, ils pourront toujours se délecter d'un titre instrumental sur quatre. Vivement la suite et bons vents à eux !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire