31/12/2012

[EP] Eths : "Autopsie"

Artiste : Eths
EP : Autopsie
Sortie : 2000
Genres : Métalcore, Néo Métal, Deathcore
Labels : Coriace, Musicast
♥♥♥
> Ecouter l'EP sur Youtube <

J'aurais plutôt eu tendance à considérer ce premier disque d'Eths comme un premier album tant la claque était grande à sa sortie et tant son intérêt reste conséquent encore aujourd'hui. Difficile d'oublier la tête de mes camarades de classe quand je leur annonçais, après quelques secondes d'écoute, que cette voix si gutturale était celle d'une fille, Candice Clot, pourtant davantage inspirée par Mylène Farmer dans sa jeunesse. Elle raconte que c'est plus tard, en écoutant Courtney Love et des groupes comme Korn que son intérêt pour la musique Métal grandit.

La plupart des néophytes du genre pratiqué par Eths ont bien vite fait de souligner la violence, le bruit, les cris et tout ce qui apparaît comme trop "dur" pour leurs tympans. Néanmoins, il ne faut pas s'arrêter à ça dans la musique du groupe tant les nuances apportées sont grandes. Candice a cette capacité à pouvoir gueuler comme le plus couillu des bonhommes, certes, mais on pourra aussi lui reconnaître cette part de féminité et de sensualité dans une voix qu'elle module aisément. Ainsi, le final sur "Le Mâle" laisse presque pantois après un passage instrumental fort sympathique.

Originaire de la cité phocéenne, le groupe arrive même à placer ses influences Rapcore ("Des Hommes Bons") qui apportent une touche d'exotisme de plus à cet EP de sept titres qui marque surtout par les thèmes abordés. Il est en effet difficile de dissocier le nom du groupe d'un univers sombre, glauque même, et ô combien pessimiste en ce qui concerne la nature humaine ("Des Hommes Bons"). Une noirceur exacerbée par des riffs gras, lancinants et proposant des ambiances dérangeantes distillées par des guitares aux lignes tout droit sorties de films d'horreur (couplets de "Pourquoi ?", "Dévore"). Car il est bien question d'horreur ici : le viol, la mort, la violence gratuite, la religion, tout y passe (ou presque) et même si les textes ne sont pas toujours bien compréhensibles, les quelques mots de ceux que nos oreilles peuvent capter suscitent une interrogation : pourquoi tant de haine ? Il suffit tout simplement d'oublier tout ce qui est beau en ce bas monde pour bien vite voir toute la noirceur qui s'y trouve aussi...

Et quoi de mieux que de taper dans le Deathcore pour faire passer la pillule avec encore plus de force ? "La Chair et le Sang" fait partie de ces titres qu'on aime sans trop savoir pourquoi : les textes sont extrêmement durs, la musique assassine, et la voix de Candice encore plus difficile à apprécier tant son chant ressemble davantage au cri d'un animal à l'agonie qu'à une voix humaine. On notera aussi le côté Néo Métal d'un morceau comme "A la Droite de Dieu" où l'alternance entre différents types de chants rappellerait presque du Drew Simollardes de chez Reveille à l'exception de ces cris hurlés, à la limite de la vomissure que Candice arrive à gerber de ses cordes vocales. Enfin, un morceau caché, remix de "Encore" qui figurait sur la démo sortie l'année précédente, où le HardTek pointe le bout de son nez, ce qui en aura surpris plus d'un après les vingt-cinq premières minutes de cet EP...

Bref, un EP qui décoiffe et qui marque l'arrivée d'un groupe qui fera du bruit (dans les deux sens du terme) sur la scène Métal française. Une curiosité pour ceux qui ne connaîtraient pas ; un petit moment nostalgique pour les autres.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire