21/12/2012

[Album] Linkin Park : "Minutes To Midnight"

Artiste : Linkin Park
Album : Minutes To Midnight
Troisième Album
Sortie : 2007
Genres : Métal Alternatif, Rock Electro, Rock Alternatif
Labels : Warner Bros, Machine Shop
Morceaux à écouter : Given Up, Bleed It Out, In Pieces

> Ecouter l'album sur Grooveshark <

Difficile de passer à côté de Linkin Park depuis le carton qu'a été "Hybrid Theory". Pourtant, en tant qu'ancien "fan", j'ai rapidement lâché ce groupe pour diverses raisons après "Meteora" : beaucoup d'autres trucs bien plus intéressants musicalement à écouter et surtout, déception. Pourquoi déception ? Pas difficile à expliquer. Tout simplement, le temps a passé et Linkin Park n'est plus ce qu'il était. Certes, il serait bien moche de critiquer un groupe qui essaie d'autres genres, qui change. Sauf que le changement, chez Linkin Park, sent bien trop la pompe à fric ! Contrairement à un groupe comme Deftones qui a su se démarquer en tentant ça et là des expérimentations musicales sans pour autant perdre en qualité, Linkin Park m'apparaît comme le parfait exemple du groupe ayant suivi ce qu'on appelle communément "la tendance". Quelle tristesse !

Le premier détail flagrant et qui saute tout de suite aux yeux : le design de cet album. Changement radical de typo mais surtout changement de look vestimentaire pour l'ensemble des membres du groupe. Exit les jeans larges ou t-shirts de teenagers braillards tapant dans le Néo Métal de base, ces accoutrements ayant été troqués contre jeans serrés, chemises sombres et vestes en cuir. Sans oublier les lunettes de soleil noires pour un style totalement "bad ass". Oui, il y a un truc qui ne sonne pas pareil dans la dégaine des six compères sur cette pochette (et dans le clip de "What I've Done") et qui, étrangement, pour moi, ne sonne pas juste. Une image de rockeurs bien loin de l'énergie et la fougue d'un premier album désormais bien loin...

Ce "Minutes To Midnight" affiche donc un changement de ton, et l'intro (inutile car n'ouvrant pas le morceau suivant) le prouve tout de suite : une ambiance beaucoup plus lointaine et légère, des guitares moins saturées, un tempo lent : on croirait écouter du Post Rock intrumental ! Fort heureusement, on est (un peu) rassuré par "Given Up" qui rattrape le coup grâce à ses riffs plus incisifs et sa basse très bien traitée sur les couplets. On retrouve un Chester Bennington gueulard qui en profite d'ailleurs pour lâcher un cri d'une quinzaine de secondes en fin de bridge et même si on peut supposer que la production aide à la performance, on ne peut que reconnaître que le bonhomme sait crier dans un micro. Un second morceau qui rassure plus ou moins les fans de la première heure comme moi (notez que j'écris au présent mais j'ai évidemment posé une oreille sur cette album à sa sortie en 2007...).

Pourtant, on déchante rapidement dès le troisième morceau (ce qui n'est pas bon signe quand la tracklist n'en comporte que douze, et encore, avec une intro...). Un "Leave Out All The Rest" qui bien que charmant est extrêmement difficile à supporter à cause de ce refrain sans saveur.

La première vraie surprise arrive juste après avec un "Bleed It Out" entraînant (au clip vraiment sympa) où le groupe s'exprime dans un Rock Electro qu'on ne lui connaissait pas. Une ligne de batterie très "dancefloor friendly" qui a le don de faire bouger les foules. Pourtant, on s'attend à ce que l'ensemble décolle ou explose avant la fin du morceau mais ce moment tant attendu n'arrive malheureusement pas. Musicalement, le morceau reste donc très répétitif et c'est bien dommage.

En ce qui concerne le reste, on sent bien que Linkin Park essaie d'innover, de créer différemment, sauf que les genres abordés appartiennent déjà à d'autres groupes et que le tout sonne étrangement faux. Pour quelqu'un comme moi qui avait adoré "Hybrid Theory" et passablement aimé "Meteora", c'est presque une duperie d'entendre des morceaux aussi sucrés que "Shadow Of the Day" ou "Valentine's Day", le premier cité ayant sans doute mérité d'être chanté par un groupe comme U2...

Bref, c'est une bien belle déception. Linkin Park donnait l'impression de "vendre son âme" avec cet album dont la musique n'avait plus grand chose à voir avec les bases posées les années précédentes. Certes, on pourra admettre que les quatre ans qui se sont écoulés entre "Meteora" et ce "Minutes To Midnight" ont pu permettre cette évolution musicale mais pour les fans de la première heure comme moi, il y avait de quoi avoir les poils qui se hérissent. Facilement accusé de desseins commerciaux, approuvé par certains comme une évolution sympathique, ce troisième album enfonçait le clou mis en place par "Meteora" en divisant définitivement les fans. Même si quelques pièces comme "No more Sorrow" ou "In Pieces" sont tout de même sympathiques à l'oreille (à noter aussi l'un des rares solos de guitare que le groupe ait offert sur "The Little Things Give You Away"), on est loin de ce qui aurait pu être fait, à savoir une évolution musicale tendant vers une approche davantage Rock ou Electro mais sans pour autant délaisser totalement les bases du Néo Métal qui avaient fait toute l'identité du groupe au début des années 2000. Dommage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire