21/08/2012

[EP] Skrillex : "More Monsters and Sprites"

Artiste : Skrillex
EP : More Monsters and Sprites
Sortie : 2011
Genres : Dubstep, Drum and Bass, House Alternative et Progressive
Labels : Big Beat, Atlantic

>Ecouter l'EP sur Grooveshark<

Tout est dans le titre de cet EP : plus de "Monsters and Sprites". En gros, encore plus de remixes du fameux morceaux présenté sur l'EP qui porte son nom : "Scary Monsters and Nice Sprites". Il suffit de voir la tracklist pour voir qu'avant même d'écouter cet EP, il faudra se contenter de seulement deux nouveaux morceaux pondus par Skrillex. Pour sa défense, Sonny s'est tout de même fait voler ses ordinateurs (en gros, ses outils de travail quoi) à l'époque et a ainsi perdu toutes ses productions en cours. On peut donc comprendre le peu de nouveautés qui figurent sur cet EP mais cela justifie-t-il d'en sortir un à tout prix ? Je ne pense pas...

Quoiqu'il en soit, c'est juste cet état d'esprit (sans doute imposé par les labels) que je trouve critiquable, car le travail de Sonny n'est ici pas mauvais du tout, bien que sentant le déjà vu ailleurs.

On a donc droit à un "First Of The Year" assez banal mais ô combien puissant (et qui change un peu de ce que Skrillex a l'habitude de faire), surtout lorsqu'il est servi avec un clip qui décoiffe. C'est toutefois la seconde piste de cet EP qui doit retenir les attentions : en effet "Ruffneck", bien que peu folichon à mes oreilles, reste une originalité pour Skrillex. Une sorte de prise de risque qui sort un peu de sa House-Dubstep habituelle. Pas mal du tout mais le gaillard ne peut s'empêcher d'en servir une seconde tournée avec un remix de ce même morceau (qui profite cependant d'un clip, et ça, ça aide à faire passer la pilule !). Bien que ce remix reste intéressant, c'est quand même d'une redondance assez fatigante (qui rappelle d'ailleurs la fâcheuse tendance des EPs de Skrillex à présenter des remixes de ses propres morceaux...).

On arrive ensuite au gros de cet EP : pas moins de quatre remixes de son désormais ultra-célèbre "Scary Monsters and Nice Sprites". Cet étalage aura au moins l'avantage de présenter quatre différentes pattes, dont celle de Dirtyphonics qui vient pimenter le titre de sa sauce Drum and Bass / Drumstep des plus épicées. Un petit régal et une certaine fierté pour les auditeurs français que nous sommes ! La suite réserve son lot de petites surprises, avec le remix de Phonat qui sonne en total décalage avec le reste (mais qui n'est finalement pas pour nous déplaire : un peu de nouveauté de faisant pas de mal). Le remix par The Juggernaut s'apparente plus ou moins à celui des Dirtyphonics mais reste suffisamment original pour se distinguer. Enfin, Kaskade étale le titre phare de Skrillex sur plus de huit minutes en l'orientant directement pour les dancefloors. Pas fou-fou pour moi mais il y a fort à parier que beaucoup de clubbers y auront trouvé leur compte.

En bref, un autre EP de Skrillex, avec d'autres remixes et (quelques) nouveaux morceaux. Musicalement, ça reste propre, respectable et suffisamment intéressant pour y jeter une oreille mais il faut avouer que cette répétition d'un seul et même titre est quelque chose de lassant à la longue ! Les fans y trouvent leur compte sans aucun problème, les autres resteront sans aucun doute sur leur faim et iront voir ailleurs (les producteurs de Dusbtep n'étant pas une espèce rare depuis le début des années 2010...).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire