16/01/2017

[EP] Lòdz : "And Then Emptiness"

Artiste : Lòdz
EP : And Then Emptiness
Sortie : 2012
Genre : Post-Métal, Post-Core
Label : Autoproduction / Send The Wood Music
♥♥♥(♥)
> Ecouter l'EP sur BandCamp <

De qui on parle ? Qu'Internet ou certaines connaissances en géographie puissent rappeler une ville de Pologne à l'annonce du nom de la formation lyonnaise que voilà, c'est un fait. Mais on parle bien ici de musique. Formé un peu plus d'un an avant la sortie de ce premier EP, Lòdz est un groupe qui se limite à seulement quatre musiciens avec pour porte-étendard un chanteur/guitariste en la personne d'Éric. Développant un univers musical sombre et mélancolique, Lòdz a su trouver sa place dans le paysage musical français, et notamment celui du Métal et tous ses dérivés dès la sortie de ce premier effort en 2011 et qui fut réédité un an plus tard chez Send The Wood Music.

Une écoute agréable. Magnifique et réussi, le visuel de ce premier recueil laisse transparaître l'aspect poétique et mélancolique de la musique du groupe. Si on se réfère au titre de l'EP, on imagine tout de suite que la musique que Lòdz va proposer ne sera pas de type festif. Toutefois, le choix de cette photographie révèle aussi une délicatesse et une sensibilité palpables, le tout enrobé dans un Métal aux influences Post-Core multiples. À l'écoute, Lòdz délivre une quantité impressionnante de références assumées mais remaniées avec une patte qui fait toute l'identité de la formation lyonnaise. Les Deftones, Cult Of Luna ou encore Thrice ne sont jamais bien loin et alimentent de près ou de loin la musique du quatuor qui propose ainsi un cocktail aux airs de "déjà entendu quelque part", certes, mais néanmoins fort intéressant. Toutefois, la force de Lòdz ne se trouve pas dans le son mais plutôt dans l'approche musicale. Comme dit plus haut, les émotions et sentiments sont véritablement transmis via la musique grâce à des instruments qui arrivent à captiver l'oreille sans en faire des tonnes, et ça c'est plutôt fort en plus d'être un régal. Si on ajoute à cela la voix d'Éric qui alterne entre chant clair presque murmuré parfois et cri sorti tout droit de ses entrailles, on a de beaux ingrédients pour varier les plaisirs. C'est violent diront certains, mais les oreilles ne subissent pas : au contraire, on savoure, notamment sur des couplets où les textes en anglais glissent dans nos oreilles et où la base rythmique basse/batterie accompagne une guitare solo bien souvent légère et lumineuse, comme une étincelle d'espoir à l'horizon. Le résultat est là : avec seulement cinq titres au compteur, ce And Then Emptiness s'avère proposer un univers suffisamment riche en développant des ambiances fortes et structurées, la preuve qu'il y a du talent, même pour une formation relativement jeune.

Maturité et élégance. Il y a des signes qui trompent rarement : lorsqu'un groupe décide de pondre des titres de cinq minutes en moyenne, il y a fort à parier qu'on est loin de la production musicale standard à portée commerciale de grande envergure. Et dès l'entame du premier couplet de "Song For Chaos", il n'y a plus de doute : Lòdz est là pour nous raconter des histoires, nous faire partager l'instant, l'émotion, la tristesse ou la rage. Sans se perdre dans des passages trop lourds à digérer ou d'autres qui, au contraire, auraient perdu en saveur, le groupe arrive à captiver sur la durée et à nous plonger dans son univers. Un pouvoir rendu possible grâce à quelques arrangements très discrets mais qui font toute la différence avec n'importe quel autre groupe lambda post-coreux ou de Métal. On n'y fait pas nécessairement attention à la première écoute, mais il y a quelques chose de magique dans les quelques notes de piano audibles sur "Song For Chaos", l'intro et l'outro de "Next To You" ou encore "Erase It All". C'est peu de chose mais cela suffit à apporter une certaine élégance à une musique rude et dure. Si on ajoute à cela des textes qui nous parlent de sentiments profondément humains, de relations qui ne sont plus que des tas de cendres ou d'émotions que tout un chacun est un jour amené à ressentir au cours de sa vie, on a un projet musical qui, sans être profondément ambitieux, dégouline de maturité. En clair, Lòdz est un groupe qui sait déjà ce qu'il fait et où il va.

Charmeur. Avec And Then Emptiness, Lòdz met les deux pieds dans le grand plat du Métal français (et international) en montrant qu'on peut faire de la belle musique sans étalage de technique ou à grand renforts d'arrangements en post-production. Une chose est sûre, c'est que ce premier EP donne très envie d'écouter la suite en laissant un grand "vide" après ces cinq titres. Un grand vide qu'il est désormais facile de combler puisque l'album Something In Us Died sorti deux ans plus tard est lui aussi en écoute intégrale via la page BandCamp du groupe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire