04/04/2016

[Album] Casseurs Flowters : "Comment C'est Loin"

Artiste : Casseurs Flowters
Album : Comment C'est Loin (Bande Originale)
Deuxième Album
Sortie : 2015
Genre : Rap, Electro, Bande Originale
Label : 7th Magnitude
Morceaux à écouter : Freestyle Radio Phoenix, Si Facile, Inachevés
♥♥♥(♥)
> Ecouter l'album sur Deezer <

On en est où ? Qui aurait cru que "le groupe de Rap le moins productif" serait de retour avec autant de nouveautés dans son sac en cette année 2015 ? Après un premier album (réussi) sous le nom Casseurs Flowters, Orelsan et Gringe ont décidé de continuer l'aventure avec un film et un nouvel opus retraçant cette fameuse journée consacrée à l'écriture d'un morceau de Rap. Sur le papier, ça pouvait sembler redondant mais c'était sans compter sur l'intelligence d'Orelsan à l'écriture et derrière la caméra (aidé par Christophe Offenstein) pour proposer une histoire aussi plaisante que touchante. Entre la création pure et l'autobiographie, Orelsan et Gringe crèvent l'écran avec le film et redoublent d'inventivité en proposant une bande originale évitant l'erreur de répéter exactement les mêmes choses que dans l'album sorti en 2013. Une nouvelle casquette d'acteur que les deux compères portent déjà depuis le milieu d'année 2015 avec la mini-série Bloqués de Canal +, des rôles qui leur vont si bien qu'on a l'impression que jouer devant une caméra a toujours été quelque chose de naturel pour eux.

Une nouvelle aventure. Comment raconter sensiblement la même chose que dans l'album sorti en 2013 sans ennuyer le spectateur ayant déjà pris connaissance de ces fameuses péripéties retraçant vingt-quatre heures de la vie des deux rappeurs ? Un défi casse-gueule qu'Orelsan et Gringe ont relevé avec brio tant le film est une réussite et un petit bijou de simplicité mais aussi de sincérité. Quant à la bande originale, elle révèle une fois de plus l'inventivité et l'inspiration (presque) sans faille des deux amis qui ont passé tellement de temps ensemble que leur complémentarité semble être une évidence. Quand Orelsan est le benêt du duo et Gringe le personnage plus incisif et réfléchi dans Bloqués, ils deviennent plus sensible et attachant pour le premier et plus en colère contre lui-même pour le second dans le film. Et ces identités se retrouvent dans leurs façons respectives de rapper. Une sorte de combinaison improbable qui rappelle pourtant que l'amitié, ça se fait parfois contre toute attente. En ce sens, le film (et cette bande originale) ont un ton beaucoup plus sérieux que le premier album des Casseurs Flowters et met ses personnages en situation réelle, nous plongeant dans cette fameuse journée avec autant d'humour que de vérité, parfois dure. On y découvre la relation amoureuse chaotique de Gringe ("Le Mal Est Fait"), une matinée difficile entre Orelsan et son père (qui donne lieu à un morceau très fort : "Quand Ton Père T'engueule"), le passé des deux copains et leur passage en radio ayant poussé Ablaye et Skread à devenirs leurs producteurs ("Freestyle Radio Phoenix") jusqu'à leur méthode pour écrire un morceau à deux ("Inachevés"). Un film simple mais qui, contrairement à d'autres films prenant le Rap comme fil conducteur, s'inscrit dans un contexte plus large : une jeunesse française perdue entre vingt et trente ans, face à des choix de vie parfois décisifs et subissant une réalité sociale (et économique) prise en pleine face comme une mandale en pleine tronche.

Les copains d'abord. Il apparaît évident qu'Orelsan et Gringe ne pouvaient pas confier leurs rôles à des acteurs. Ces deux-là sont sans doute les seuls à pouvoir parler de leur quotidien de la meilleure des façons. Dans le film, ils sont comme on les a toujours imaginés depuis le premier album des Casseurs Flowters (et même avant ?), végétant dans leur canapé, vivant chaque jour la même histoire et galérant pour écrire un morceau de Rap. Et afin de nous plonger encore plus dans cette aventure d'une banalité sans nom, ce sont tout simplement leurs potes qu'ils font évoluer à leurs côtés. Ainsi que leur famille (la grand-mère d'Orelsan qui se joint à lui pour une séquence certes pas très bien jouée mais extrêmement touchante dans le film et pour le clip de "J'essaye, J'essaye"). Le résultat est donc frais et sincère : une tripotée d'anonymes qui nous offrent une tranche de vie dans la ville de Caen, accompagnés bien sûr par Skread et Ablaye.

Toujours la même journée. Comme dit plus haut, l'histoire du film (et donc de cette bande originale) et sensiblement la même que celle proposée sur le premier album des Casseurs Flowters. On a donc pas mal de clins d’œil faits à ce premier opus et au reste de la carrière solo d'Orelsan. Entre les prostituées (cf. "Les Putes Et Moi"), la séquence d'introduction qui aurait pu faire office de clip pour "Stupide ¡ Stupide ¡ Stupide ¡", la petite asiatique joueuse de piano dans le bar (cf. "La Petite Marchande de Porte-Clefs"), cette séquence dans l'abribus sur la même instru que la version du premier album, la séquence dans le bar "L'Embuscade" (cf. "Manger C'est Tricher") et beaucoup d'autres petites choses, on retrouve tout un univers auquel on est déjà familier si on a suivi la discographie du duo depuis ses débuts. Une sorte de petit cadeau fait aux spectateurs (et auditeurs) assidus qui se seraient déplacés pour voir le film. Toutefois, si le premier effort des Casseurs Flowters suivait une trame chronologique très claire tout au long d'une journée d'Orelsan et Gringe, cette bande originale, quant à elle, est plus découpée entre extraits du film et nouveaux morceaux, tous ne suivant pas une chronologie logique (ou alors celle du film). Et tant mieux.

Des cadeaux musicaux. La grande majorité des bandes originales de films sont des recueils des morceaux composés et présents dans les films concernés. Avec ce Comment C'est Loin, Orelsan et Gringe ont l'intelligence de ne pas se moquer du spectateur ayant vu le film et décidant d'acheter cet album - ou inversement. En effet, on y trouve plusieurs morceaux qui ne sont pas présents dans le film et ça, c'est une très bonne surprise, à l'image de "Pas N'importe Quel Toon" qui n'est pas sans rappeler l'univers de Roger Rabbit. Du coup, l'album et le film sont comme une production trans-média, ils se recoupent, mais ils peuvent aussi être pris comme deux objets indépendants. Et lorsqu'on réfléchit un peu à la masse de travail que l'écriture de ce disque et l'écriture et le tournage du film peuvent représenter, on se rend compte que ces gars-là ne sont plus vraiment les gros branleurs qu'ils ont pu être. Reste que cet album est un peu moins plaisant à écouter que le premier effort des Casseurs Flowters de par son ton plus grave et plus sérieux, mais qu'il comporte suffisamment de morceaux traitant de sujets qui diffèrent de celui-ci pour avoir un intérêt qui lui est propre.

Quoi pour la suite ? C'est LA question qu'on peut désormais se poser. Après tant de choses accomplies et une réussite certaine dans tous leurs projets mis en oeuvre, que peuvent bien prévoir les deux gaillards que sont Gringe et Orelsan ? Pour le premier, en plus de continuer de jouer aux côtés du second pour la série Bloqués, on parle d'un premier album solo et même d'un premier rôle au cinéma. Pour Orelsan, le champ des possibles est plutôt grand. Quoiqu'il en soit, comme le dit Gringe dans une interview donnée à Noisey, il faudra un peu de temps pour digérer tous ces nouveaux événements et peut-être sortir un disque sur cette nouvelle vie. Et si ces gars-là deviennent papas un jour, il y a fort à parier qu'il y aura un paquet "d'histoires à raconter" !

Verdict. Comme le premier album des Casseurs Flowters, ce Comment C'est Loin est une franche réussite. Entre les coupures instrumentales évidemment concoctées par Skread, ces nouveaux morceaux et le film, on a là un objet sensible, vrai et bien foutu. Cependant, comme dit plus haut, l'aspect "décousu" de cet album et la variété des morceaux en font un objet un peu plus difficile à écouter que celui sorti en 2013 mais on a là un bon album de Rap qui ne s'inscrit pas dans tout ce qu'on a l'habitude d'entendre à droite ou à gauche, loin du rap game et tout ce qui s'en approche. Un disque mature, en somme.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire