22/06/2015

[EP] Gus Vendetta : "EP"

Artiste : Gus Vendetta
EP : EP
Sortie : 2014
Genres : Hardcore, Post-Rock-Hardcore à faible tendance Chaotique
Label : La Voix des Hères
♥♥
> Ecouter et télécharger l'EP sur BandCamp <

Si Gus Vendetta dit de sa musique qu'il s'agit de "Post-Rock-Hardcore au kiwi avec de vrais morceaux de fruits", pas de doute, il s'agit bien d'un certain type de Hardcore que le groupe distille. Difficile de le mettre dans une case mais les faits sont là : du chant énervé, des textes plutôt sombres et pessimistes, des guitares qui crient (et couinent parfois), une basse pour appuyer le tout et une batterie qui martèle, tout ce qu'il faut pour raconter des histoires qui ne sont pas destinées à faire dormir les enfants.

Sorti sur le label indépendant VDH, ce trois titres est présenté de façon peu conventionnelle : servi dans une pochette - que dis-je ? un écrin ! - de papier cartonné veiné couleur rouge vif, l'objet se découvre à l'ouverture tel une missive scellée à la cire. Comme s'il renfermait quelque chose à ne pas mettre entre toutes les mains. Si c'est le but recherché, l'effet de surprise fonctionne bien et malgré le peu de morceaux présents sur ce recueil, il donne de l'intérêt (de la valeur ?) à cette simple galette rangée à l'intérieur. Et concernant le contenu, le packaging pourrait bien servir les textes en français aux propos revendicateurs.

Rares sont les groupes français à encore officier dans la langue de Molière, une langue qui ne facilite pas vraiment l'exportation de la musique à l'étranger. Pourtant, cela n'empêche pas certains de se faire un public en dehors de nos frontières (je pense notamment aux lyonnais de Plèvre qui, il n'y a pas si longtemps, fin 2014, ont tourné en Europe en compagnie d'Anna Sage, les parisiens préférant quand même l'anglais au français). Difficile de dire s'il pourra en être de même pour Gus Vendetta...

Trois titres en français, donc, qui offrent la possibilité de comprendre et même (pourquoi pas ?) chantonner les textes du groupe. Celui-ci propose une vision torturée du monde (et de son Gus ?) qui, à l'image du visuel, semble bâillonné par des sentiments profondéments noircis par la nature même de l'Homme. Comme un cheminement en trois étapes, cet EP nous laisse d'abord croire à un espoir futile sur "La Poursuite", pour ensuite nous mettre face à un triste constat et un état létargique quasiment inéluctable sur "Point Mort", pour ensuite conclure sur le point de non-retour qu'est "Gangrénés", un morceau aux textes durs pouvant rappeler ce que des groupes comme Plèvre cultivent dans leur musique, à savoir de la crasse, la mort et l'immondice.

Ce premier EP de Gus Vendetta (qui est d'ailleurs en téléchargement libre name your price) est donc un court essai symptômatique d'un monde souvent vu comme courant à sa propre perte. Et si tant d'artistes en arrivent à la même conclusion, chantant à gorge déployée comme pour nous avertir alors qu'il est peut-être déjà trop tard, ne faudrait-il pas commencer à se poser des questions ? Trois titres difficiles tant par les sujets abordés dans les textes que par la direction musicale où la guitare solo pleure des lignes dissonantes comme si elle était à l'agonie, s'imposant devant les autres instruments, la batterie se faisant presque oublier derrière ce déchaînement de cordes torturées. Dommage car ce déséquilibre gâche un peu les bonnes intentions musicales du groupe.

Il ne manque pas grand chose à Gus Vendetta pour décrocher sa place sur cette scène française où la violence et la noirceur du monde sont dépeintes avec tout le bon goût qu'on lui connaît.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire