30/03/2015

[Album] Chunk! No, Captain Chunk! : "Pardon My French"

Artiste : Chunk! No, Captain Chunk!
Album : Pardon My French
Deuxième Album
Sortie : 2013
Genres : Métalcore Mélodique, Pop Punk, Easycore, Post-Hardcore
Label : Fearless Records
Morceaux à écouter : Restart, I Am Nothing Like You, The Best Is Yet To Come
♥♥
> Ecouter l'album sur Youtube <

On va essayer de la faire courte. Le Pop Punk ou tous ses dérivés, c'est loin d'être ma tasse de thé. Pourtant, la découverte de Something For Nothing aura été quelque chose de marquant. Une véritable surprise, même. Des français capables de sortir un truc pareil, j'avais du mal à y croire. Et pourtant ! Le son était gras, la double pédale envoyait sévèrement et malgré des passages avec une voix à faire trembler un ogre, il y avait ces autres passages ultra Pop, comme la plupart des groupes de Punk Rock Californien savent les faire. Mais on était bien loin des petites douceurs de Blink, Sum 41 ou les autres trucs dans ce goût-là. Là, ça envoyait la purée et faisait vibrer les oreilles et même le chant clair de Bert sonnait comme un renaissance du genre : oui, c'est à ce moment-là que l'Easycore a fait irruption dans mes cavités auditives. Et j'avais trouvé ça marrant, voire même "intéressant".

Qu'allait-il donc se passer pour ce second opus de CNCC, maintenant que l'effet de surprise n'existait plus ? Je dois honnêtement admettre que je ne me suis pas davantage penché sur le genre en allant écouter d'autres groupes du même acabit (survol et promenade de vidéos en vidéos sur Youtube quoi). Peut-être est-ce un tort ? Sans doute. Quoiqu'il en soit, ma culture est donc ultra limitée et se limite aux parisiens partis signer chez Fearless, la grosse écurie du genre et de beaucoup de dérivés du Post Hardcore. Une grosse production qui se ressent notamment dans le traitement de la batterie (sonnant souvent pareil d'un groupe à l'autre) mais aussi dans le temps laissé aux groupes pour pondre un nouvel opus. Ici, deux ans environ (et il en est sensiblement de même pour les autres groupes ayant signé sur le label, comme A Skylit Drive par-exemple) entre la signature et la sortie de ce Pardon My French. Et je ne sais pas si c'est un constat uniquement personnel mais j'ai comme l'impression que cette usine à disque a du mal à faire dans l'exceptionnel... Surtout que cet album a été réédité l'année suivante en version Deluxe avec quelques morceaux supplémentaires ("Kids", "Insanity", "Good For You") qui auraient largement mérité d'être dans la version d'origine pour la pimenter un peu... Si ça, c'est pas une arnaque commerciale... Bref.

Alors, (re)plongeons dans les souvenirs d'une première écoute qui remonte à avril/mai 2013, date de sortie de ce second album. Il n'en était pas ressorti quelque chose de dingue : convenu et sans véritable tube qui reste en tête, à part évidemment "Restart" qui avait déjà bien tourné sur la toile ou le très lourd et assassin "I Am Nothing Like You" ou le final planant et en choeurs de "The Best Is Yet To Come". En gros, pas grand chose de mémorable avec cette galette. En tout cas en ce qui me concerne. Les titres s'enchaînent sans vraiment laisser de trace et on est loin de l'effet "surprise" de Something For Nothing.

Pourtant, ce qui est assez dingue, c'est qu'il n'y a pas grand chose à dire car dans le genre, CNCC excelle : les riffs sont efficaces, la batterie suis la cadence avec vigueur et les passages Pop invitent à la fête (à l'américaine) et à quelques pas de danse. C'est d'ailleurs avec un ton décalé que le groupe se fait véritablement plaisir et fait plaisir à son public en arrivant parfois sur scène dans des costumes absurdes, en publiant des vidéos de promo drôles et décalées ou en traitant des sujets avec auto-dérision et mis en images dans des clips plutôt funs ("Haters Gonna Hate"). C'est donc de l'Easycore très bien exécuté que nos frenchies avaient servi là. Je pense simplement ne pas être le bon public pour ce genre musical déjà bien labouré et dont les codes sont assez évidents (à l'oreille). Toutefois, CNCC a au moins le mérite de profiter d'un véritable monstre à deux têtes en la personne de Bert au chant, passant d'un Docteur Jekyll pour les passages Pop-sucre à un Mister Hyde des plus impressionnants lors des passages screamés. Très fort et surtout très bien exécuté lors des performances Live du groupe (comme pour les Emodays 2013 à Lyon par-exemple). En gros, dans le genre, c'est du lourd, c'est sûr.

Un album qui respecte donc très bien les codes du genre musical pratiqué mais qui manque de prise de risque, de subtilités et qui sort peut-être un peu moins du lot que son prédécesseur. Il faut quand même admettre que pour les fans de Pop Punk ou d'Easycore, c'est pas mal du tout. Reste à savoir ce qui sera proposé pour le troisième album et si il arrivera à me réconcilier avec le groupe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire