03/04/2014

[EP] Exotype : "Emerge"

Artiste : Exotype
EP : Emerge
Sortie : 2012
Genre : Métal/Métalcore Dubstep
Label : Autoproduction
♥♥♥
> Ecouter l'EP sur Youtube <

Injecter de l'Electro ou, plus spécifiquement, des ingrédients propres à la vague Dubstep de la fin de cette première décennie des années 2000 n'est pas une nouveauté. Beaucoup de groupes s'y sont essayé, certains mieux que d'autres. On évitera de citer la plupart des groupes de Post-Hardcore et Métalcore qui portent désormais cette étiquette un peu simpliste et fourre-tout de "Electronicore" à partir du moment où quelques synthés se font entendre dans leurs compos.

Exotype fait donc du Métal avec un soupçon de sonorités (apparemment) Dubstep. Korn avait tenté l'expérience avec son dixième album, sans véritable grand succès, la faute à une production Electro qui ne venait pas du groupe lui-même (et surtout parce que la bande de Jonathan Davis nous avait habitués à beaucoup mieux fut un temps). Dans d'autres cas comme Enter Shikari ou The Browning, c'est un peu différent, et le fait que ces groupes soient reconnus pour leurs styles respectifs prouve que la recette fonctionne plutôt pas mal. Exotype prend donc le parti d'injecter de la "wobble bass" sur une guitare à huit cordes accompagnée de l'incontournable batterie à double pédale.

Et le résultat passe plutôt pas mal. Bon, certes, on est loin d'une prouesse musicale valant véritablement le détour et la musique d'Exotype est très loin de rassembler les foules. On aime ou on déteste, comme bien souvent dans ce genre de cas. Il se trouve que, personnellement, j'aime bien. Notamment parce que les riffs sont gras à souhait mais aussi parce que Steven McCorry s'accorde des passages au chant clair, chose que j'apprécie malgré le fait que tout ça sonne évidemment très teenager...

Au programme de cet EP, cinq morceaux suffisamment contrastés pour ne pas trop se lasser. Car le genre a cette tendance à provoquer l'ennui sur la durée, la faute à un côté brouillon de l'ensemble, les synthés couplés à la guitare donnant parfois l'impression d'une soupe sonore qui rend l'écoute difficile. De plus, ce n'est pas vraiment du côté des textes qu'il faut chercher l'intérêt chez Exotype ("You think you know everything, You know nothing !") mais plutôt dans l'image générale que le groupe développe. Un intérêt certain pour les nouvelles technologies (d'où la touche Electro, sans doute) mais une prise de recul vis-à-vis de tous ces nouveaux moyens de communication. "Kilo" fait directement allusion à cela, malgré une certaine pauvreté dans les textes. Mais faut-il parfois dire les choses d'une façon compliquée pour que le message soit clair ? ("Did you think you could hide behind that screen forever ?").

Quoiqu'il en soit, Exotype n'est pas une révélation ni LE groupe qui s'imposera dans le genre mais la bande arrive à se démarquer un minimum par une petite prise de risque et une personnalité qui peut encore être approfondie. Ce premier EP a d'ailleurs profité d'un clip pour assurer sa promo ("Synthetics") et ça a plutôt bien marché car un album est prévu pour 2014 (extrait ici), le groupe ayant signé chez Rise Records. Affaire à suivre, donc.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire