09/12/2014

[Album] Casseurs Flowters : "Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters"

Artistes : Casseurs Flowters
Album : Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters
Premier Album
Sortie : 2013
Genres : Rap, Electro
Labels : 7th Magnitude, Wagram
Morceaux à écouter : Stupide Stupide Stupide, Deux Connards dans un Abribus, Les Putes et Moi, Manger c'est Tricher
♥♥♥♥
> Ecouter l'album sur Deezer <

Génèse. Au départ, ça ne devait être qu'un délire entre potes (et ça l'est). L'alliance entre Orelsan et Gringe, qui a débuté il y a longtemps déjà (au début des années 2000), s'est pourtant rapidement transformée en un duo efficace et imparable. Les deux gaillards se connaissaient à peine et, sur une proposition un peu farfelue d'Orelsan à Gringe, ils décident de rapper ensemble. S'en suit des enregistrements de mixtapes et la carrière solo d'Orelsan qu'on connaît désormais bien. Pourtant, les deux compères n'ont jamais vraiment arrêté de bosser ensemble, notamment avec les participations de Gringe aux albums d'Orelsan sur les morceaux "Entre Bien et Mal" et "Ils sont Cools".

Un album entre potes. C'est loin d'être nouveau : bosser avec des potes, ça aide à être productif. Surtout quand on est sur la même longueur d'ondes. Il suffit parfois de suivre l'évolution de la discographie d'un groupe pour mettre en relief les tensions entre ses membres suite à un changement de line-up par-exemple. En découle une différence de cohésion entre certains albums et parfois des conflits entre les membres lors de tournées ou phases d'enregistrement. Le résultat est parfois moyen et la tension entre les personnes se ressent, celle-ci pouvant même s'exprimer sur scène (rappelez-vous Marilyn Manson qui se prend la tête avec son guitariste John 5 lors d'un concert). Ici, Orelsan et Gringe sont on ne peut plus proches car ayant vécu une dizaine d'années en colocation, ce qui aide à se connaître et à partager des anecdotes du quotidien (ce détail rappelle d'ailleurs le lien qui unit Jack Black et son acolyte Kyle Gass sur le premier album de Tenacious D). Concernant les producteurs exécutifs Skread et Ablaye, Orelsan et Gringe sont tout aussi proches d'eux (un détail rappelé sur la conclusion de "Stupide Stupide Stupide") : Skread a produit les deux albums d'Orelsan et Ablaye a suivi ce dernier sur ses tournées. En même temps, les deux compères sont fondateurs du label 7th Magnitude qui a jusque là produit toutes les créations d'Orelsan... Une bande de potes qui s'exprime joyeusement sur cet album lors d'interludes suffisamment bien joués pour paraître naturels, preuve que le tout sent clairement le vécu.

Des sujets simples. La politique et le social, on le sait, sont des sujets "casse-gueule". Et bien qu'Orelsan soit plutôt familier de ces thèmes là, d'une façon plutôt détournée en traitant les désillusions de la jeunesse actuelle dans ses albums solo, Gringe et lui préfèrent ici prendre tout ça avec davantage de légèreté. Certes, il reste des traces de ce mal-être adolescent, notamment parce qu'ils avaient à cœur d'écrire dessus depuis pas mal d'années. Mais les trentenaires qu'ils sont aujourd'hui ont pris le parti d'en rire, d'ironiser sur leur cas et de faire de leurs morceaux de véritables sketchs qui traitent sensiblement les mêmes sujets mais avec un détachement notable. Tout y passe (ou presque) : l'argent ("Prends Des Pièces"), l'attente du bus ("Deux Connards Dans Un Abribus"), cette désagréable impression de se faire entuber après avoir acheté un CD de mauvaise qualité ("La Mort Du Disque"), et un nombre impressionnant d'anecdotes relatives à des soirées alcoolisées que n'importe qui pourrait vivre ("Manger C'est Tricher"). Le "rap game" n'est cité qu'une seule fois, preuve que les Casseurs Flowters ne sont que trop peu intéressés par la place qu'il peuvent occuper dans la cour du Rap français. Orelsan et Gringe parlent d'eux ("Dans La Place Pour Être") et nous invitent à découvrir leur univers  décalé ("La Nouvelle Paire") grâce à une mise en abîme du travail de production d'un album (rappelé par Ablaye et Skread lors des skits, ce qui n'est pas sans rappeler ce que chantait Java dans "C'est la Vie"). Le but est clair : faire de la musique pour rire, raconter ces fameuses tranches de vie de deux ados attardés qui se lèvent dans l'après-midi pour jouer à la console et manger des pizzas en attendant le soir pour retourner prendre l'apéro (l'alcool étant un sujet récurrent, le morceau "Manger C'est Tricher" rappelant les Svinkels et leur "Cereal Killer"). Comme une journée qui se répéterait sans cesse. Comme si les deux lascars étaient restés... bloqués ("Bloqué").Un album qui semble clairement "stupide" sauf que ce recueil cache en réalité un travail de fond bien plus recherché.

Un album-concept. Raconter des histoires demande une certaine maîtrise de la narration. Et quoi de mieux que l'album-concept pour le faire en musique ? Orelsan et Gringe ne sont pas les premiers à le faire (voir Coheed & Cambria ou Tenacious D) mais en décidant de raconter 24h de leur vie dans ce qu'elle a de plus banal et à la fois ce qu'elle a de plus farfelu, les Casseurs Flowters réussissent à nous plonger dans leur quotidien sans une once d'ennui. Les titres s'enchaînent dans une logique simple au cours de 24h assez mouvementées où les deux compères échangent, se promènent, passent du temps avec leurs potes et vont même parfois jusqu'à philosopher. Un album-concept qui est complété par des clips inventifs et recherchés (dont le plan séquence de "Regarde Comme Il Fait Beau" est sans conteste le chef d'oeuvre si on oublie tout le travail de post-production sur le clip de "Fais Les Backs"). Du duo qu'ils forment, Orelsan et Gringe puisent leur force et leur inspiration, n'hésitant pas à s'exprimer sous forme de dialogues où ils sont parfois en désaccord comme sur l'excellent "Les Putes Et Moi" (qui de par le sujet qu'il traite, rappelle quelque peu "Ma Mère La Pute" de Mr Roux).

Un album de Rap qui sous ses airs de blague musicale est en réalité un objet travaillé et préparé avec soin. Un album complet et réussi qui nous fait passer un bon moment, narrant des anecdotes auxquelles il est assez facile de s'identifier tout en nous faisant sourire. Le pari d'Orelsan et Gringe est réussi : mettre en forme leurs histoires d'ados avec la maturité des adultes qu'ils sont devenus depuis : un régal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire