16/01/2018

[Album] The Animal In Me : "Who's Laughing Now"

Artiste : The Animal In Me
Album : Who's Laughing Now
Premier Album
Sortie : 2013
Genre : Métalcore, Post-Hardcore, Electronicore
Label : Indépendant / Autoproduction
Morceaux à écouter : Doctor Doctor!, More To Life, Toy Soldiers
♥♥(♥)
Écouter l'album sur Youtube <
> Site Officiel <

De qui on parle, déjà ? C'est en 2012 que l'on découvrait The Animal In Me avec un EP baptisé Instincts et surtout un clip pour "I Created A Monster" qui a permis au groupe de (beaucoup) gagner en visibilité. Bien que ce premier EP ne casse pas des briques, la présence d'une voix féminine pour étoffer le Métalcore du groupe aura permis à ce dernier de se démarquer et à se constituer une solide fan base, notamment sur les réseaux sociaux où la bande a pris l'habitude de poster énormément de vidéos dont plusieurs covers de morceaux Pop, pour la plupart issus le top 40 (tout comme ont aussi pris l'habitude de le faire les gaillards de chez Our Last Night). Ce n'est donc qu'un an plus tard que le groupe californien décide de livrer son premier album, un délai relativement court mais qui s'explique par l'énergie et la volonté mises en oeuvre par le combo pour produire lui-même sa musique, en do it yourself, en s'affranchissant donc de toute autorité de la part d'un label ou d'un producteur extérieur à la bande.

Double-jeu. En restant indépendant et en ayant la liberté de faire ce qui lui plaît, le groupe développe donc son projet musical en restant dans la lignée de l'EP Instincts qui avait sans nul doute répondu aux attentes d'adeptes de Métalcore venus trouver ce qu'il manquait peut-être au genre, à savoir une voix féminine affirmée. Il faut dire qu'on ne compte plus le nombre de groupes aux États-Unis qui cultivent cette très étrange mode se résumant à avoir deux types de chant et donc deux voix, une hurlante et l'autre claire, alors que la grande majorité de ces mêmes groupes sont entièrement constitués par des membres masculins. Plutôt que d'avoir un homme chantant avec une voix efféminée, pourquoi ne pas directement jouer la carte de la chanteuse faisant partie intégrante du groupe ? The Animal In Me semble avoir flairé le bon filon et joue cette fameuse carte à fond, tant et si bien que la bande arrive à s'approprier un style tout en affirmant assez fortement sa personnalité. Et c'est un point fort qu'on ne peut lui enlever.

Basique mais charmeur. Musicalement, toutefois, la musique de The Animal In Me ne s'éloigne pratiquement jamais de ce qui se fait de plus générique dans le genre Métalcore mélodique et Post-Hardcore de son temps. La batterie est évidemment programmée lorsqu'on sait combien peut coûter une session studio pour enregistrer cet instrument. Ajoutons à cela de grands renforts d'arrangements électro aux touches orchestrales (cette fameuse touche "épique" qu'on peut aussi retrouver chez un groupe We Came As Romans) et on obtient le cocktail de base de tout ce qui se fait dans le genre ("More To Life"). Malgré tout, les riffs sont accrocheurs et l'alternance entre les voix ultra-contrastées de Shane et Laura permet de développer différentes facettes au sein d'un même morceau ("Your Time Is Done") et on se surprend à même préférer les passages où c'est cette dernière qui pousse la chansonnette tant le dépaysement est total dans un genre labouré dans tous les sens par ses pairs masculins. Là où la touche Pop est la plus exploitée, c'est sans nul doute sur le morceau qui donne son nom à l'album ("Who's Laughing Now") où la rythmique et les arrangements électro laissent à penser qu'il s'agit tout simplement d'une cover de morceau du top 40, justement. Bien évidemment, il n'en est rien et les Taylor Swift ou autres Katie Perry n'ont qu'à bien se tenir tant Laura semble se balader dans ce style musical (ce n'est d'ailleurs pas pour rien que le groupe s'amuse à les reprendre avec tant d'aisance). Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que certaines reprises faites par le groupe arrivent à conquérir un public pourtant peu habitué au Métalcore mais néanmoins charmé par la voix de la chanteuse. En ce sens, The Animal In Me est peut-être l'un des groupes qui arrive le mieux à mélanger deux genres musicaux aussi diamétralement opposés, notamment parce que Laura fait le plus parfait des grands écarts entre ces deux derniers.

Pas déplaisant. Si on ajoute à cela quelques textes suffisamment fédérateurs et à l'interprétation tout aussi libre (on peut tout aussi bien y voir une critique de l'industrie musicale ou un appel à l'émancipation contre toute autorité supérieure qu'une invitation à la création libre, à la compréhension de nos propres émotions et de nos relations aux autres : bref, des thèmes souvent chers au genre Métalcore), The Animal In Me réussit véritablement à faire le lien entre le genre Pop et le Métalcore le plus rudimentaire mais néanmoins efficace. Le résultat reste peu intéressant musicalement parlant mais l'intention est là et on se surprend à finalement trouver ça sympa à écouter. En conclusion, ce premier album n'est certes pas une pépite mais arrive à retenir l'intention, au pire à faire doucement sourire et au mieux, à faire apprécier le genre Métalcore à des gens davantage habitué à d'autres styles musicaux beaucoup plus radio-friendly. Et c'est déjà pas rien !

> Retrouvez tous les textes des morceaux de The Animal In Me sur le site officiel du groupe.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire