01/12/2016

[Album] PVRIS : "White Noise"

Artiste : PVRIS
Album : White Noise
Premier Album
Sortie : 2014
Genre : Rock Electro Alternatif
Label : Rise Records
Morceaux à écouter : My House, Eyelids, Mirrors
♥♥♥(♥)
> Ecouter l'album sur Youtube <

De qui on parle ? Comme beaucoup de groupes, Pvris a un passé et la formation originaire de Lowell dans le Massachusetts n'avait pas grand chose à voir avec ce qu'elle est maintenant, tant musicalement parlant que dans le line-up. Baptisé Operation Guillotine à ses débuts en 2012, le groupe proposait un Métalcore à base de chant crié, au style nerveux, et comptait cinq membres. C'est au début de l'année 2014 que Pvris est finalement devenu un trio. Après une première signature chez Tragic Hero, la bande formée par Lyndsey Gunnulfsen, Alex Babinski et Brian MacDonald signe plus tard avec Rise Records et devient le premier groupe du label à avoir une chanteuse en tant que leader.

Orientation musicale. Du Métalcore, Pvris n'a pas gardé beaucoup d'ingrédients. Pratiquement aucun, même. C'est au fil du temps passé en studio que le groupe a commencé à incorporer des sonorités électroniques et Pop pour finalement arriver à ce style particulier résumé par le terme bâtard "Alternatif". C'est notamment grâce au travail de Blake Harnage (de chez Versa) que le trio apprend à travailler la production électronique et à assumer sa nouvelle orientation musicale. Une décision qui s'est avérée payante puisque le succès a été au rendez-vous dès la présentation du titre "St. Patrick" en début d'année 2014, bien avant la sortie de l'album.

La poule aux œufs d'or de Rise. Le label Rise Records est bien connu pour ses signatures démocratisant le genre Métalcore en le rendant plutôt accessible au grand public (voir des groupes comme Fire From The Gods, Of Mice & Men ou Exotype). Mais c'est le Huffington Post qui souligne le coup de chapeau opéré par le label dès l'été 2014 en expliquant que "Rise a peut-être fait son acquisition la plus intelligente à cette date en signant un groupe emmené par une femme dont la voix douce tranche avec le reste des groupes du label" (grosso merdo). Le journal a plutôt eu du flair puisque l'album a atteint de très bonnes positions dans les charts à travers le monde et que Rise n'a pas lésiné sur les moyens : en effet, White Noise est un album qui compte un clip pour chacun de ses morceaux, chose dont peu d'autres groupes peuvent se vanter ! (voir la playlist Youtube de l'album)

Une identité sonore et visuelle. Pas besoin d'avoir un bac avec mention pour réaliser que l'identité visuelle du groupe a été soignée : le packaging de l'album, le miroir en tant que symbole apparaissant de façon récurrente, la monochromie dans les vidéos (avec de rares apparitions de la couleur) sont autant de témoins qui montrent que rien n'a été laissé au hasard pour façonner l'image du groupe et coller au titre White Noise de ce premier album. En ce qui concerne le "bruit blanc" justement, on peut admettre que chaque titre de l'album possède une nappe de synthé en toile de fond qui semble rappeler l'essence même de cette réalisation sonore atypique mais il s'agirait plutôt d'une sorte de métaphore développée par Lynn Gunn au cours de l'écriture de ce premier effort. Dans une interview (en anglais), elle parle de son état psychologique au moment de l'élaboration de l'album et il semblerait que c'est dans une phase passagère de solitude et de dépression que la chanteuse-guitariste-parolière s'est sentie comme "possédée" ou "accompagnée" d'une présence surnaturelle. Voilà qui explique énormément de choses quant à certains titres de l'album comme "Ghosts", "Holy" (où elle parle d'une ancienne connaissance à elle très portée sur la religion) ou la référence au film Poltergeist dans le clip de "White Noise". Le personnage de l'artiste ne semble donc pas créé de toute pièce mais littéralement influencé par sa vie, Lynn admettant avoir travaillé à Guitar Center et avoir plutôt mal vécu les premières années de la vie du groupe avant la sortie de ce premier album qui l'a véritablement aidée à prendre confiance en elle. Tous ces éléments se retrouvent dispersés dans cette galette beaucoup plus riche qu'on pourrait le penser, la frontwoman avouant se considérer parfois comme une "gothique joyeuse".

Plaisir coupable. C'est un fait : on se laisse facilement charmer par la voix de Lynn Gunn et les ambiances vaporeuses de cet album, les synthés lumineux ou encore les beats électroniques parfois marqués. Pourtant, il y aurait de quoi grincer des dents, notamment parce que la grande majorité des titres de cet effort sont très radio friendly. Il serait bien facile de reprocher beaucoup de choses à ce White Noise pour le démonter et même arriver à le détester mais voilà, ça tient la route et on peut arriver à aimer ce que fait Pvris, qu'on soit davantage orienté Métal ou au contraire, plutôt Pop et Electro. Les influences se retrouvent ici exploitées avec intelligence et efficacité et on peut facilement y trouver son compte. Certains morceaux sont davantage orientés Rock avec une guitare omniprésente sur le refrain, une batterie bien traitée et une énergie communicative ("My House" ou "Fire" par-exemple). D'autres ont quant à eux une touche Electro bien plus accentuée ("White Noise" en particulier) où les synthés se font vibrant ("St Patrick") ou d'une épaisseur palpable ("Mirrors") pour créer des ambiances qui donnent toute leur identité aux différents morceaux de l'album. Enfin, il faut reconnaître à Lynn Gunn une capacité à faire évoluer sa voix dans divers répertoires pour apporter l'émotion, l'énergie et la sensibilité dont ce White Noise regorge ("Smoke" ouvre d'ailleurs la galette de la meilleure des façons en présentant toutes les capacités vocales de la chanteuse).

Rien qui déborde. White Noise est un bloc qui passe sans aucune difficulté, avec une identité sonore marquée et des arrangements d'une propreté quasi-irréprochable. C'est léger, porté par une voix enchanteresse, parfois très Rock ou au contraire davantage Electro sans jamais s'éloigner de la ligne directrice que le groupe s'est créée mais c'est peut-être tout ça qui le limitera à l'avenir... Le trio a pourtant les capacités pour développer davantage son univers. Reste à savoir si Rise Records prendra le risque de laisser la formation expérimenter d'autres choses ou lui imposera de rester sur le sentier que ce White Noise a clairement défriché. Affaire à suivre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire